Un Gastronomia raccourci fâche les restaurateurs

SalonGastroVaud accuse l'organisateur bâlois MCH de saborder le rendez-vous professionnel de Beaulieu.

En 2016, une Place du Marché avait été installée à Beaulieu.

En 2016, une Place du Marché avait été installée à Beaulieu. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les sections latines de GastroSuisse sont fâchées contre MCH. L’organisateur bâlois (qui gère Beaulieu et tient le salon Igeho à domicile) a modifié le concept de Gastronomia, le salon bisannuel des professionnels, rebaptisé Rendez-vous HORECA. «Ils n’ont pas eu le courage de dire qu’ils ne veulent plus d’un salon de la gastronomie.»

Les raisons de la colère? Elles sont multiples selon eux: d’abord le passage du salon de quatre à deux jours (5 et 6 novembre). La foire visera désormais davantage l’hôtellerie. Les exposants ont le choix entre des packages allant de 6900 fr. (pour un stand de 9m2 et 50 invitations) jusqu’à 39 500 fr. (54 m2 et 500 entrées). Il faudra être invité pour participer à ce salon pro que MCH décrit comme «exclusif».

Si le site Internet est déjà en ligne, MCH dit vouloir communiquer à la fin de ce mois. Mais sa responsable de la communication, Corinne Moser, accepte de répondre à nos questions par mail en allemand. «Le concept ne correspondait plus aux attentes des visiteurs et des exposants. Nous n’avons pas atteint nos chiffres en 2016 et beaucoup d’exposants ne voulaient plus participer en 2018.» Pour la direction, le nouveau rendez-vous repose sur trois piliers, exposition, forum et hospitalité. «Avec l’ILMAC 2017 (ndlr: salon pro de la chimie), nous avions lancé une plate-forme similaire qui a répondu aux attentes du marché.»

En face, Gilles Meystre, président de GastroVaud et coordinateur des sections latines de GastroSuisse, a d’autres souvenirs: «À Gastronomia 2016, on avait misé sur le plaisir, manger, boire. À la fin, tout le monde était content, y compris MCH.» Dans le journal de la branche, un article dénonce une réduction du nombre d’exposants de 342 à 120. L’organisateur dément: «Il y en avait 140 en 2016 et nous avons tablé sur 120 cette année. S’il y en a plus, nous les accepterons volontiers.»

Gilles Meystre et ses confrères songent au boycott: «MCH tient le couteau par le manche. Si nous n’allons pas à ce nouveau salon, ça arrange les Bâlois qui pourront le supprimer sous prétexte de manque de fréquentation. Si nous allons à Igeho à la place, cela les arrange aussi. Mais on ne va jamais retrouver à Bâle la convivialité latine que nos membres recherchent. On ira peut-être cette année à Martigny, c’est plus petit mais c’est sympa. S’il n’y a plus que du convenience food à Lausanne, cela ne nous intéresse plus.»

Rendez-vous HORECA annonce pourtant aussi une section Hospitalité, «réseautage, gastronomie, plaisir et bonne humeur à volonté», selon lui.?Et Corinne Moser l’assène: «L’intérêt décroissant des exposants et des visiteurs a montré que Gastronomia ne pouvait pas survivre ainsi à long terme.»

(24 heures)

Créé: 15.03.2018, 16h42

Le nouveau salon

Rendez-vous Horeca

lundi 5 et mardi 6 novembre 2018

rendezvous-horeca.ch

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...