La gauche va chercher à «diaboliser» Voiblet

Conseil d’Etat Le candidat UDC part seul face au trio rose-vert. Revue des tactiques

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Seul contre trois femmes et un figurant. Depuis hier midi, dernier délai du dépôt des listes, le scénario pour le second tour du Conseil d’Etat est connu. Pour permettre à la droite de retrouver une majorité, l’UDC Claude-Alain Voiblet va devoir faire trébucher les socialistes Nuria Gorrite, Anne-Catherine Lyon ou la Verte Béatrice Métraux.

Le candidat surprise de Vaud libre, Emmanuel Gétaz, n’a guère de place dans la stratégie des deux camps. Gauche et droite promettent un «choix de société» aux Vaudois, et veulent davantage marquer leurs différences sur les grandes thématiques. La campagne a cependant peu de chance de s’emballer. Ce n’est certes pas l’avis du grand stratège des socialistes, Pierre-Yves Maillard. «La droite va durcir la campagne pour le second tour, révéler sa véritable nature.» Une prédiction sous forme d’espoir. Avec des débats plus agités, la gauche rêve de provoquer des dérapages chez le tribun de l’UDC.

Du côté des stratèges de droite, pas question de tomber dans ce panneau. «En réélisant nos trois sortants au premier tour, les électeurs ont démontré leur attachement à un fonctionnement harmonieux du gouvernement, estime Catherine Labouchère, présidente des Libéraux. Nous devons montrer que nous respectons leur volonté avec l’arrivée de Claude-Alain Voiblet.» Si celui-ci veut mener une campagne «plus libre», il a clairement l’intention de conserver le ton d’un homme d’Etat et ne pas reprendre la véhémence d’un secrétaire de parti.

«Vendre Claude-Alain Voiblet seul n’est pas possible. Nous voulons promouvoir une politique, et une équipe pour la mener.» La formule du radical Michel Mouquin résume l’état d’esprit du centre droit. Fini le pessimisme d’avant le premier tour, les troupes ont désormais un petit espoir, parlent d’«une ouverture», pour permettre à l’UDC de retrouver un siège au gouvernement. En organisant hier une conférence de presse moins d’une heure après le dépôt des listes, les ministres réélus Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba ont certainement voulu amplifier cette nouvelle dynamique.

«Diaboliser» Voiblet
La gauche ne perd pas pour autant le moral. Le plan pour faire tomber dans les urnes le candidat d’en face ne change pas: rappeler son appartenance au parti de Christoph Blocher. «Nous prévoyons de rappeler quelques-unes de ses déclarations, de ses positions très à droite, explique Yves Ferrari, président des Verts vaudois. Oui, nous voulons un tout petit peu le diaboliser.»

Le camp du centre droit prévoit de s’attaquer à la ville de Lausanne. Tout au long de leur conférence de presse, les libéraux-radicaux n’ont cessé de mettre en avant «le laboratoire de la politique de la gauche dans le canton». Premier citoyen de cette commune, Claude-Alain Voiblet relativise cependant ces attaques en estimant qu’«il s’agit juste d’illustrer la différence entre deux politiques».

Pierre-Yves Maillard ne craint pas la comparaison. «La droite fait son fonds de commerce avec Lausanne depuis plus de 20?ans. Je trouve très curieux ce patriotisme qui vise à attaquer la capitale vaudoise.» D’autant plus que de tels propos crispent plusieurs libéraux-radicaux lausannois.

Dans les deux camps, les stratèges promettent une campagne très intensive sur le terrain. Petit avantage à gauche, où les trois candidates peuvent se répartir le canton. «Mais avec Philippe Leuba et Pascal Broulis, nous allons accompagner Claude-Alain Voiblet dans tous ses déplacements», relativise Jacqueline de Quattro. Même technique du côté de Pierre-Yves Maillard. Quelle équipe perdra un de ses membres pour faire son entrée au Château le 1er juillet prochain? Réponse dans les urnes le 1er avril prochain. ?


Emmanuel Gétaz veut affirmer l’existence d’un centre

Face aux partisans du «vote utile» au second tour, Vaud Libre a créé la surprise, hier, en maintenant la candidature d’Emmanuel Gétaz. Mais, avec à peine plus de 5% de suffrages au premier tour, le centriste ne prétend pas bousculer l’ordre des choses. Alors à quoi bon? Pour Emmanuel Gétaz, la réponse est une évidence: entre le trio rose-vert à gauche et la candidature UDC à droite, «l’électorat du centre ne sait vraiment pas pour qui voter».

Les critiques ont fusé hier. A commencer sur la boîte mail du candidat de Vaud Libre. «J’entends des gens qui se plaignent des deux bords», sourit Emmanuel Gétaz. Le risque de dilution des voix existe à gauche comme à droite.

Qu’importe pour le candidat du centre. «Ça trouble la paix dans les chaumières politiques, mais on ne va quand même pas s’excuser d’exister!» lâche-t-il. Car Emmanuel Gétaz se présente comme le candidat d’un centre désormais présent dans l’échiquier politique. Au Grand Conseil, les quatre PDC élus et l’unique représentant de Vaud Libre sont susceptibles de former un groupe. Et le parti annonce la création prochaine de nouveaux «groupes Libres» dans le canton.

Le centre compte ainsi jouer des coudes afin de bien marquer le terrain entre ses deux ailes politiques, de manière à pérenniser cet élan. Emmanuel Gétaz se veut volontaire: «Il faut affirmer que le centre existe et que les électeurs pourront encore compter sur des candidats dans les moments décisifs.»

Reste à savoir si Emmanuel Gétaz saura réunir les sensibilités centristes. «Il devrait en tout cas recueillir un grand nombre de voix des électeurs du PDC», estime Thierry de Preux, président des démocrates-chrétiens, dont le congrès a décidé laissé la liberté de vote à ses troupes. (24 heures)

Créé: 13.03.2012, 22h53

Dossiers

Articles en relation

Emmanuel Gétaz se lance, Toto Morand renonce

Election du Conseil d'Etat Vaud Libre, le parti du centre, maintient Emmanuel Gétaz au second tour de l’élection au Conseil d’Etat. Le bouillonnant Guillaume Morand préfère, lui s'abstenir. «Si par ma faute Voiblet passe, je m’en voudrais pendant cinq ans!» explique-t-il. Plus...

Les dés sont jetés et l'ordre des listes connu

Cantonales 2012 - Second tour Il y a eu la bombe lâchée ce matin par Emmanuel Gétaz, qui représentera le centre au second tour des Cantonales. Mais point d'autre surprise ce midi, à l'heure de la clôture des listes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.