Passer au contenu principal

Genève et Vaud revendiquent des contingents plus importants

Les deux cantons romands qui ont refusé l'initiative se battront ensemble.

François Longchamp, président du Conseil d'Etat genevois.
François Longchamp, président du Conseil d'Etat genevois.
Pierre Abensur

Avec Bâle-Ville, Zurich et Zoug, Vaud et Genève ont en commun d’avoir refusé l’initiative UDC et de contribuer à la péréquation intercantonale (RPT). De là à demander des contingents plus importants en échange de leurs largesses, il y a un pas que personne ne franchit explicitement.

Si des rencontres avec les cantons alémaniques contributeurs sont prévues, Vaud et Genève tiennent déjà une position commune. Pour François Longchamp, président du Conseil d’Etat genevois, les deux cantons romands devront bénéficier d’un traitement particulier dans la répartition des permis de travail. Pour trois raisons: «Genève, avec la Genève internationale, et Vaud comme siège des fédérations sportives internationales peuvent revendiquer un statut spécifique. Ensuite, les deux cantons créent de la richesse et en redistribuent aux autres. Les entreprises qui créent cette richesse ont besoin de personnels très qualifiés. Enfin, nos deux cantons ont une légitimité particulière. Ils ont dit non à la fin de la libre circulation. Il me semble que ceux qui ont fermé la porte doivent en assumer les conséquences.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.