Géraldine Savary présidera la Commission de surveillance de La Poste

L'ancienne conseillère aux États socialiste occupera un poste à 50% à la PostCom. Elle rejoint également la Commission fédérale du cinéma.

Image: Yvain Genevay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Officiellement conseillère aux États jusqu'à dimanche, la socialiste Géraldine Savary le dit d'emblée: si elle prend la présidence de la Commission fédérale de La Poste (PostCom), équivalent à un taux de travail de 50%, ce n'est pas pour «pantoufler».

La Lausannoise y a été nommée par le Conseil fédéral, sur proposition de la ministre socialiste Simonetta Sommaruga. Géraldine Savary rejoint également la Commission fédérale du cinéma, là aussi comme présidente, proposée par Alain Berset, l'autre socialiste du gouvernement.

Ces nominations ont été décidées mercredi par le Conseil fédéral. Mais elles sont communiquées ce vendredi par la Chancellerie fédérale, dans un document de 223 pages listant les membres des nombreuses commissions fédérales.

«Je navigue un peu à vue puisque je n'ai pas pu rencontrer celui que je vais remplacer à la PostCom avant ma nomination effective par le Conseil fédéral», explique Géraldine Savary, qui a siégé 12 ans à la Commission des transports et des télécommunications du Conseil des États.

Elle accède à ce poste alors que La Poste est souvent critiquée à cause des fermetures de ses offices. La surveillance de ce dossier fera justement partie des nouvelles prérogatives de la politicienne vaudoise.

«La PostCom est un organe de régulation qui s'occupe notamment de vérifier si les fermetures de bureaux de poste sont faites en conformité avec la loi et les ordonnances, explique Géraldine Savary. La Poste est un colosse aux pieds d'argile. Les chantiers sont importants, dont la question des salaires, des concurrents en matière de distribution, le respect des conditions du marché.»

Elle y voit aussi les enjeux de la distribution des journaux et de l'impact écologique de géants comme Zalando ou Amazon.

Quant à la Commission fédérale sur le cinéma, Géraldine Savary en parle comme d'un «coup de cœur». «C'est une commission consultative qui s'intéresse à l'aide au septième art, en matière de financements. J'ai la volonté de la rendre plus dynamique et moins discrète. C'est de l'économie culturelle à mieux mettre en évidence.»

Créé: 29.11.2019, 15h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.