Passer au contenu principal

La gestion des cadeaux, le nouveau défi des hôpitaux

La population marque sa reconnaissance pour le personnel hospitalier avec des dons par centaines.

Sylvain Richard, president du MClub, et David Lizzola, directeur de Leguriviera SA, ont livré des paniers gourmands à plusieurs hôpitaux romands. Tout est soigneusement emballé pour respecter les règles en vigueur. Il leur a par contre été demandé de retirer les bouteilles de vin.
Sylvain Richard, president du MClub, et David Lizzola, directeur de Leguriviera SA, ont livré des paniers gourmands à plusieurs hôpitaux romands. Tout est soigneusement emballé pour respecter les règles en vigueur. Il leur a par contre été demandé de retirer les bouteilles de vin.
Vanessa Cardoso

----------

À lire ci-dessous: Les grands chefs soignent les papilles des urgentistes

----------

Il y a une courbe qui n’apparaît jamais dans les statistiques liées au coronavirus. Elle donnerait à coup sûr le vertige. Cette courbe est celle de la reconnaissance du public pour le monde hospitalier. Elle pourrait se calculer en additionnant les cadeaux qui déferlent quotidiennement sur les hôpitaux. Il y en a tellement que les établissements se sont organisés pour canaliser cette générosité bienveillante.

Depuis le début de la crise sanitaire, le CHUV a ainsi reçu 5000 biscuits d’un grand distributeur, des fleurs, des cup cakes, des gants de protection de la part de salons de coiffure ou d’un labo de l’Université de Lausanne, ou encore de la crème pour les mains d’une entreprise de cosmétiques, entre autres. Des centaines de messages arrivent aussi au centre universitaire pour soutenir le personnel.

Des aides pas toujours faciles à accepter

Certaines aides sont en revanche difficiles à accepter. Un coiffeur s’est proposé de couper les cheveux gratuitement dans les étages. Le CHUV a décliné pour des raisons évidentes d’incompatibilité avec les règles du confinement. Un couple de seniors a souhaité donner un lit médicalisé dont il n’avait plus l’utilité. Le CHUV en a suffisamment. «Plusieurs jeunes enfants se sont proposés pour cuisiner des gâteaux pour les équipes, raconte Antonio Racciatti, directeur des ressources humaines du CHUV, qui veille à trouver des solutions quand les offres ne sont pas adaptées. Je les ai plutôt invités à faire des dessins, qui seraient transmis sur notre intranet et sur les tableaux électroniques dans les services.»

«Tous les cadeaux sont importants. Ce sont autant de messages de soutien qui sont essentiels pour le moral des équipes»

Face à la vague de cadeaux, le CHUV a été obligé de clarifier sa pratique. «La difficulté, ce sont les produits alimentaires, note Pierre-Yves Müller, directeur de la logistique. Nous avons dû poser des règles de base par souci de sécurité envers nos équipes.» Des règles qui ont par ailleurs été copiées ailleurs dans le canton. La livraison de 440 pizzas offertes par un gentil restaurateur de Renens en a fait les frais la semaine dernière, après que seule une soixantaine avaient été acceptées.

Gare à l’intoxication

Concrètement, il est encore possible de faire des cadeaux alimentaires au personnel du CHUV. Pour cela, il est impératif que les aliments préparés soient emballés sous vide avec l’indication des allergènes et une date de péremption. «Nous ne pouvons pas prendre le moindre risque», insiste Pierre-Yves Müller. Les effectifs sont trop précieux en période de crise pour en perdre à cause d’une indigestion ou d’une réaction allergique.

La dernière contrainte veut que le cadeau soit distribué dans les services par les équipes de la logistique hospitalière pour réduire les risques de contamination.

«Nous ne voulons pas freiner le magnifique élan de solidarité, insiste Antonio Racciatti. Tous les cadeaux sont importants. Ce sont autant de messages de soutien qui nous font chaud au cœur et qui sont essentiels pour le moral des équipes, très sollicitées.» Le CHUV remercie d’ailleurs par écrit tous les généreux donateurs.

Des mesures supplémentaires ont été mises en place pour encadrer l’élan de générosité vis-à-vis des soignants. Pour répondre à une demande de la population, un fonds d’entraide en faveur du personnel a été créé sous l’égide de la Fondation CHUV. La somme récoltée sera destinée à soulager celles et ceux dont la situation aura été affectée durablement par le virus.

----------

Les grands chefs soignent les papilles des urgentistes

Ces cadeaux alimentaires ont non seulement été emballés dans les règles de l’art, sous vide ou atmosphère contrôlée, comme l’exigent les hôpitaux, mais ils sont aussi en partie l’œuvre de grands chefs cuisiniers romands représentant six étoiles Michelin et 102 points au Gault&Millau. Franck Giovannini (Hôtel de Ville, à Crissier), Pierrick Suter (Hôtel de la Gare, à Lucens), Marie Robert (Le Café suisse, à Bex), Mathieu Bruno (Restaurant Là-Haut, à Chardonne), Pierrot Ayer (Le Pérolles, à Fribourg) et Carlo Crisci (Cossonay) ont décidé de soigner les papilles des urgentistes.

Cinq cents paniers gourmands ont été offerts vendredi aux services des soins intensifs du CHUV, des HUG, des Hôpitaux Riviera-Chablais, de Fribourg et de Sion. L’action émane du MClub, un groupe d’entrepreneurs épicuriens, essentiellement liés aux métiers de bouche, dont ces maîtres-queux font partie. «Nous sommes touchés par l’abnégation et le courage incroyable du personnel hospitalier durant cette obscure période, explique Sylvain Richard, président du MClub. Nous souhaitions leur montrer notre soutien.»

Voir le contenu

«Les chefs cuisiniers se sont mis aux fourneaux durant deux jours dans ce but», explique David Lizzola, à l’origine de l’opération, patron de Léguriviera, qui livre fruits et légumes à de nombreux hôpitaux et restaurants. «Actuellement, les urgentistes ont peu de temps pour se préparer à manger, poursuit ce dernier. Une fois leur service terminé, ils peuvent donc emporter chez eux un de ces paniers gourmands, que nous avons déposés dans les halles de stockage des établissements hospitaliers.»

Les grands chefs ont concocté du potage aux légumes, de la terrine de lapereau et de chevreuil, de la fondue, des desserts au caramel ou encore des mignardises. Les paniers contiennent en outre des barquettes de pâtes, de la Pataclette, des pâtés, de la viande séchée, du chocolat et des boissons aux fruits offerts par Tempo di Pasta La Rouvenaz, Produits Épagny, Opaline et plusieurs maisons de vins.

Créé en 2014, le MClub a pour but d’offrir une plateforme de rencontre entre décideurs, de développer le relationnel et les affaires entre ses membres et d’organiser des événements originaux et récréatifs.

Claude Béda

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.