Passer au contenu principal

Gros crédits pour le tram Lausanne-Renens

Le parlement vaudois approuve un prêt de 287 millions aux Transports lausannois pour le tram t1.

Le tram à son terminus lausannois de la place de l'Europe.
Le tram à son terminus lausannois de la place de l'Europe.
DR
Le tram au futur arrêt du Galicien, à Prilly. Le pont actuel sera prolongé.
Le tram au futur arrêt du Galicien, à Prilly. Le pont actuel sera prolongé.
Groupement Paragraf - SD ingénierie - BG - Architr
Un  bus à haut niveau de service (BHNS) au Grand-Pont, une fois qu'il sera fermé à la circulation automobile.
Un bus à haut niveau de service (BHNS) au Grand-Pont, une fois qu'il sera fermé à la circulation automobile.
DR
1 / 5

Le Grand Conseil vaudois a accepté à la quasi unanimité mardi un crédit de 287 millions pour le développement du tramway t1 Lausanne Flon-Renens. Lors du premier débat, il a accordé d'autres montants, en faveur notamment du projet de Bus à haut niveau de service (BHNS).

A côté des 287 millions de francs, qui constituent un prêt conditionnellement remboursable aux transports publics de la région lausannoise (tl), le Grand Conseil a accepté une demande de 20 millions pour donner un coup de pouce aux aménagements de la première étape du réseau BHNS.

Dans la foulée, le Parlement a donné son aval à des crédits de 14 millions pour les études relatives au prolongement du tram de Renens en direction de Villars-Sainte-Croix. Il a octroyé 5,5 millions pour le développement ultérieur du réseau de BHNS et une garantie d'emprunt 111 millions pour construire un garage atelier.

Nouvelle épine dorsale

Le Projet d'Agglomération Lausanne - Morges (PALM) arrive dans une phase concrète. Ce projet de décret est attendu avec impatience par les communes de l'Ouest lausannois, a souligné la PLR Claudine Wyssa, syndique de Bussigny, lors de la discussion d''entrée en matière.

Les Lausannois ont fait l'erreur de renoncer au tram en 1952. Le T1 en sera la nouvelle épine dorsale, a relevé le socialiste Alexandre Rydlo.

Rampe contestée

Dans ce projet, plusieurs députés, notamment dans le camp rose-vert, ont contesté la réalisation d'une nouvelle route, la rampe Vigie-Gonin, qui fait l'objet de plusieurs oppositions. Ils ont déploré la disparition d'espaces verts au profit de la voiture.

Les Verts, qui ont déposé une demande d'alternative à cette rampe au Conseil communal de Lausanne, soutiennent cependant fermement le projet dans son ensemble, a relevé le député Cédric Pillonnel. Avec ce tramway nommé désir, on ne peut que rattraper un peu le retard pris en matière de transports publics, a-t-il lancé. La Vert'libérale Graziella Schaller a déploré que d'autres solutions n'aient pas été recherchées.

La commission a examiné le projet sous toutes ces coutures, il n'est plus possible de modifier quoi que ce soit sans une cascade de conséquences, a expliqué son rapporteur l'UDC Philippe Modoux. La rampe Vigie-Gonin est indispensable pour assurer le trafic routier sur la petite ceinture, a-t-il déclaré.

Projet cohérent

Certes, il sera nécessaire de défricher un bout de la forêt. Mais on va reconstruire le cordon boisé in situ, a noté Nuria Gorrite, cheffe du Département des infrastructures et des relations humaines.

Ce projet est assorti d'un certain nombre de peurs liées à trop ou pas assez de place accordée à la voiture. Or, il est estimé cohérent par l'Office fédéral des transports (OFT), a rappelé la conseillère d'Etat.

«Dans les agglomérations, nous devons construire les infrastructures en tenant compte de la réalité du bâti. Nous ne sommes pas dans Sim City», a déclaré la ministre. La réalité, ce sont les 52% des emplois vaudois au coeur de l'agglomération Lausanne Morges, la moitié de tous les emplois du canton.

L'avenir à l'Ouest

C'est un projet général, équilibré, multimodal. Si un seul des éléments fait défaut, la solution deviendra bancale et rendra caduque la décision de l'Office fédéral des transports. «Ne faisons pas l'erreur inverse. Ne répétons pas l'histoire à l'envers, en empêchant le trafic routier», a lancé la ministre.

Le projet a été conçu en 2005. Onze millions de voyageurs sont attendus pour ce tram. Dans le meilleur des cas, compte tenu des recours annoncés jusqu'au Tribunal fédéral, le projet pourra être mis en service en 2023, a-t-elle noté.

ATS

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.