Passer au contenu principal

Grosse indemnité exigée après une action antidjihadiste

Un des trois hommes arrêtés en juin 2017, à Lausanne et à Aubonne, réclame plusieurs dizaines de milliers de francs.

La justice fédérale annonce le prochain classement de son enquête sur un des trois hommes arrêtés à Lausanne et à Aubonne en juin 2017. Il réclame un montant de plusieurs dizaines de milliers de francs.
La justice fédérale annonce le prochain classement de son enquête sur un des trois hommes arrêtés à Lausanne et à Aubonne en juin 2017. Il réclame un montant de plusieurs dizaines de milliers de francs.
Image d'illustration/Keystone

L’affaire avait marqué les esprits en raison d’une arrestation sur le parking bondé de l’Outlet d’Aubonne, le samedi 24 juin 2017. Une rumeur de présence d’explosifs dans une voiture, liée à un prétendu projet d’attentat djihadiste, s’était ensuite répandue, à tort. Six mois plus tard, le Ministère public de la Confédération, compétent en matière de terrorisme, commence à rendre des décisions judiciaires à propos des trois hommes interpellés à Lausanne et à Aubonne. Il vient d’annoncer un prochain classement et un abandon des soupçons de participation à la planification d’un acte terroriste concernant un Franco-Algérien de 29 ans arrêté le 24 juin 2017 alors qu’il circulait à vélo dans l’Ouest lausannois. Il avait passé 6 jours en détention avant d’être libéré.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.