Le groupe BCV pénalisé par le conflit fiscal US

BanquesLe groupe BCV (Banque cantonale vaudoise) a vu son bénéfice net reculer de 10% l'an dernier à 280 millions de francs, en raison notamment d'éléments extraordinaires liés au programme de régularisation fiscale US.

Le bénéfice du groupe BCV a reculé de 10% en 2013.

Le bénéfice du groupe BCV a reculé de 10% en 2013. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'économie suisse et vaudoise s'est bien comportée, mais l'établissement a subi des vents contraires: taux d'intérêt toujours bas, ralentissement du trade finance, croissance modérée des affaires hypothécaires et hausse de l'avalanche réglementaire.

«La banque a poursuivi un bon développement l'an dernier dans un contexte contrasté», a déclaré jeudi Pascal Kiener, président de la direction générale devant la presse réunie à Lausanne.

L'établissement, qui estime avoir réalisé de bons résultats opérationnels, salue notamment l'apport de 2,9 milliards de nouveaux fonds domestiques.

Des correctifs de valeurs et provisions exceptionnelles de 43 millions, liés au programme américain de régularisation fiscale et au paiement de l'acompte dans le cadre de l'accord fiscal entre la Suisse et le Royaume-Uni, ont ainsi péjoré le bénéfice net. Le résultat brut du groupe, qui comprend notamment la privée Piguet Galland, s'est mieux comporté: -3% à 471 millions.

Les revenus sont en repli de 2% en comparaison annuelle à 991 millions de francs. Le résultat des opérations d'intérêt sont en recul de 3% à 501,5 millions de francs.

La gestion prudente des liquidités, la persistance de taux d'intérêt bas et la croissance volontairement modérée des prêts hypothécaires explique ce chiffre, a expliqué Thomas Paulsen, directeur financier.

«Une des plus sûres au monde»

Les affaires hypothécaires n'ont ainsi progressé que de 2% à 511 millions l'an dernier. «La BCV a limité volontairement la croissance à moins de 4% pour calmer la dynamique de prix dans l'immobilier lémanique et pour protéger la qualité de son bilan», a ajouté Pascal Kiener.

Le groupe a ainsi pu améliorer son ratio de fonds propres FINMA de 14,4% en 2012 à 17,9% l'an dernier. Le relèvement du volant anticyclique de la Banque nationale suisse (BNS) début 2014 est davantage un signal que quelque chose de significatif pour la BCV qui estime que son taux de fonds propres ne sera touché que de 0,3 point.

Le groupe se félicite d'être une des banques les plus sûres au monde, S&P ayant confirmé la notation d'AA. L'établissement est satisfait d'avoir pu faire progresser la masse sous gestion de 6% à 83,9 milliards, dont 7,2 milliards proviennent de Piguet Galland (en recul de 3% sur un an).

L'apport net d'argent frais est de 1,6 milliard. L'arrivée de nouveaux fonds domestiques de 2,9 milliards a été péjorée par le recul de l'offshore (-1,3 milliard). Au total, la somme du bilan est en hausse de 2% à 40,5 milliards.

Vaud recevra 244 millions

Au titre de l'exercice 2013, le conseil d'administration propose à l'assemblée générale qui se tiendra le 1er mai le versement d'un dividende ordinaire de 22 francs par action nominative et de distribuer un montant extraordinaire de 10 francs par action, prélevé sur la réserve issue d'apport de capital. Au total, le groupe versa 275 millions à ses actionnaires.

Le canton de Vaud recevra lui seul 244 millions, soit 185 millions de dividendes qui s'ajoutent aux 59 millions d'impôts cantonaux et communaux.

Concernant l'exercice en cours, le groupe BCV prévoit d'évoluer «dans la continuité de 2013». Son appréciation est fondée sur une situation économique et un développement des marchés financiers ne se détériorant pas «significativement». (ats/nxp)

Créé: 20.02.2014, 15h09

Un programme pas terminé en 2014

La Banque cantonale vaudoise (BCV) estime que le programme de régularisation fiscale américain ne sera pas terminé en 2014, vu la complexité du sujet. Le président de la direction générale, Pascal Kiener, a déclaré «ne pas pouvoir dire s'il y aura une nouvelle provision» cette année.

«Nous sommes dans une phase de grande incertitude. La notion de faute n'a pas été définie», a déclaré mardi devant la presse réunie à Lausanne Pascal Kiener. «Nous n'avons jamais démarché sur sol américain, mais en tant que cinquième banque suisse, basée en région lémanique, nous avons affaire à beaucoup d'employés de multinationales, dont certains sont américains».

Articles en relation

La BCV et la BCGE participent au programme US

Fiscalité Les banques cantonales des cantons de Vaud et Genève ont décidé de faire partie du programme fiscal américain. Plus...

La BCV verse 3,5 millions en faveur du futur musée des Beaux-Arts

Vaud La plateforme pôle muséal à Lausanne reçoit une nouvelle donation. Plus...

La BCV enregistre un recul de son bénéfice brut

Banque Le groupe Banque cantonale vaudoise (BCV) a réalisé un bénéfice brut de 351 millions de francs entre janvier et fin septembre, en recul de 4% par rapport à la même période de 2012. Plus...

Le bénéfice net de la BCV en repli

Résultats Le groupe Banque cantonale vaudoise (BCV) a réalisé un bénéfice net de 151 millions de francs durant le premier semestre 2013. Cela représente en recul de 4% par rapport à la période correspondante de l'an passé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.