Henri Dès tire les larmes avec «son» hymne national

ChansonLe Vaudois n’a pas été retenu par le jury du concours visant à réformer le «Cantique suisse». Mais il le chantera quand même.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’aime tes lacs et tes montagnes. J’aime tes villes et tes campagnes. Je te chante mon amour, tous les jours.» C’est par ce premier couplet que débute Mon Hymne, la version revue et corrigée par Henri Dès du Cantique suisse. Le chanteur vaudois aux 5 millions de disques écoulés a en effet pris part, en toute discrétion, au concours lancé l’an dernier par la Société suisse d’utilité publique (lire ci-contre).

«Je me suis investi»

«La musique composée par Alberich Zwyssig est très belle, il me semblait important de la conserver. En revanche, le texte du Cantique suisse est dépassé, et ne colle plus à la sensibilité d’aujourd’hui. D’ailleurs les gens ne s’en souviennent pas», explique le papa de La petite Charlotte, qui a travaillé d’arrache-pied pour revisiter l’hymne. «L’écriture m’a pris un mois, alors qu’il me faut d’ordinaire deux jours pour composer une chanson. Je me réveillais la nuit pour coucher quelques bribes de texte sur des feuilles de papier à côté de mon oreiller. Je me suis investi comme jamais pour ce projet.»

La déception est donc vive quand, en décembre dernier, il apprend que les jurés n’ont pas retenu ses paroles. Dans la lettre qu’il reçoit, signée par un notaire lucernois, une phrase atténue toutefois son dépit: «Le jury m’a encouragé à utiliser ce texte d’une autre manière, tout en m’en rendant les droits.»

Emotion

Henri Dès décide alors de ne pas laisser dormir Mon Hymne dans un tiroir mais l’enregistre avec l’accompagnement au piano de Martin Chabloz. Et c’est après l’avoir fait écouter à Jeanne, sa petite fille de 12 ans, qu’il réalise pleinement l’impact émotionnel du texte. «Elle a pleuré dans mes bras pendant cinq minutes. Mes enfants, aussi, ont eu la larme à l’œil.» Il grave, dans la foulée, une nouvelle version, enregistrée avec le concours du Chœur Chabada, et passe un coup de fil à Jean-Marc Richard pour lui demander son avis. Ironie du sort: ce dernier faisait partie du jury chargé d’évaluer les 208 projets de chansons reçus par la Société suisse d’utilité publique.

«Quand Henri Dès m’a appelé, ça m’a fait tilt. Je me suis rappelé ce texte que j’avais trouvé touchant et d’une grande simplicité. En tant que juré, j’ignorais évidemment qui en était l’auteur, mais je sais que, même si ce projet ne fait pas partie des trois finalistes encore en lice, il est allé très loin», confie l’animateur, qui juge le Cantique suisse, dans sa version actuelle, «inchantable», surtout dans les écoles. «Ses paroles ne collent plus avec la réalité d’aujourd’hui. En revanche, j’adhère pleinement au texte d’Henri Dès. Il y a la notion d’accueil, d’ouverture aux autres, d’amour du prochain. En enregistrant sa chanson alors qu’il a été recalé, il prouve aussi qu’il n’est pas mauvais perdant.»

Première demain à Vevey

Conquis, Jean-Marc Richard a invité Henri Dès à interpréter Mon Hymne en direct et en primeur, le 1er Août, à la radio. Ce sera dans le cadre du Kiosque à musiques, sur La Première, en direct de Vevey. Quelques disques avec la chanson seront distribués gratuitement à cette occasion. Ils seront disponibles par la suite, moyennant une thune, et par courrier: Mon Hymne, CP 68, 1026 Echandens.

A Vevey, les animations autour du 1er Août sont toujours très courues. La venue d’Henri Dès risque de drainer une foule encore plus nombreuse en fin de matinée. «On entendra l’hymne national deux fois dans la ville cette année, sourit Pierre Smets, coordinateur des festivités. La version écrite par Henri Dès en fin de matinée, et la version traditionnelle dans l’après-midi, pendant la cérémonie officielle.»

Quel avenir pour Mon Hymne «On ne sait pas où l’on va. Ça ne donnera peut-être rien, ça donnera peut-être beaucoup», répond le chanteur, pour qui «patriotisme» n’est pas un gros mot: «Quand je donne un concert en France, les gens pensent que je suis Français. Et quand je suis en Belgique, on croit que je suis Belge. Mais je n’ai jamais caché mes origines, au contraire. J’aime les gens de chez nous. Après avoir vécu dix-neuf ans en France, j’ai réalisé la chance exceptionnelle que nous avons de vivre dans ce pays aussi beau à voir qu’à vivre.» (24 heures)

Créé: 31.07.2015, 07h18

Le texte d'Henri Dès

J’aime tes lacs et tes montagnes J’aime tes villes et tes campagnes Je te chante mon amour
Tous les jours
Et quand je pars en voyage
Je te prends dans mes bagages
Je te porte dans mon cœur
Tu es ma part de bonheur
Mon pays que j’aime
Ma Suisse que j’aimerai toujours Tu nous prends tu nous rassembles
Tu nous aides à vivre ensemble Dans l’amour et dans la paix Dans la paix
Et malgré nos différences
Tu nous offres notre chance
Ton enfant te remercie
De prendre soin de sa vie
Mon pays que j’aime
Ma Suisse que j’aimerai toujours Tu affrontes la tempête
Aux éléments tu tiens tête
Devant la menace
Faisons face
Donne-nous force et courage Tous debout quand vient l’orage Et chantons d’un même cœur (2x)
Mon pays que j’aime
Ma Suisse que j’aimerai toujours

Jean-Marc Richard milite pour la réforme

Pas touche au Cantique suisse! La réforme de notre hymne national, conduite par la Société suisse d’utilité publique (SSUP), soulève scepticisme et critiques, dans le monde politique notamment. Le débat passionne aussi les foules: plus de 100'000 personnes ont participé à un vote sur Internet pour désigner les trois finalistes, toujours en lice, d’un grand concours artistique. Ce dernier avait préalablement recensé 208 contributions anonymisées, dont celle d’Henri Dès. Le Cantique suisse, qui fait office d’hymne national depuis 1961, est jugé «difficile à retenir, lourd de style et dépassé par la réalité» par la SSUP. Un avis partagé par l’animateur Jean-Marc Richard, qui a fait partie du jury du concours. «Il est nécessaire d’intégrer les notions de culture, d’ouverture aux autres dans le nouvel hymne. Il me semble également important que l’aspect citadin de la Suisse y trouve une place. J’ai eu beaucoup de plaisir à faire partie de ce jury. Il y a eu une vraie discussion, un vrai débat.»

Prochaine étape: la grande finale télévisée, agendée au 12 septembre. D’ici cette échéance, il est possible de voter, en ligne, jusqu’au 6 septembre (www.chymne.ch/fr). Et ensuite L’hymne lauréat sera proposé au Conseil fédéral, «quand il aura atteint un niveau de popularité suffisant parmi la population», indique la SSUP.

Articles en relation

Concours en ligne pour le prochain Cantique suisse

Hymne national La Société suisse d'utilité publique (SSUP), lance le 2e et dernier vote qui vise à remplacer l'hymne national. Le gagnant des trois projets sera soumis au Conseil fédéral. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.