Un historien trop critique s'attire les foudres de l'Etat

EvictionBruno Corthésy a participé à la rédaction du livre sur la rénovation du château Saint-Maire. Ses textes ont été retirés de la publication par «mesure de rétorsion».

Bruno Corthésy a été évincé de l’ouvrage collectif sur la rénovation du château Saint-Maire.

Bruno Corthésy a été évincé de l’ouvrage collectif sur la rénovation du château Saint-Maire. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ai commis à leurs yeux un délit d’opinion et j’ai été écarté sans ménagement. C’est une mesure de rétorsion. J’ai sollicité un entretien qui ne m’a même pas été accordé… Quel mépris!» Bruno Corthésy ne mâche pas ses mots. Comme d’habitude. Cet historien de l’architecture indépendant assume le fait d’être un trublion. Lundi, c’est lui qui a organisé à Lausanne une manifestation intitulée «Broulis dégage!» et qui a réuni cinq personnes. Pourquoi cet activisme? «Dans la plupart des pays démocratiques, quand un ministre est pris en faute, on demande sa démission, non?»

Le bouillant quinquagénaire critique depuis des années la politique de gestion du patrimoine menée sous l’égide de Pascal Broulis. Un récent événement a envenimé les choses: Bruno Corthésy s’est vu éjecter d’un ouvrage à paraître l’été prochain sur la rénovation du château Saint-Maire, siège du Conseil d’État. Il avait rédigé un article sur les différentes représentations picturales du château, un autre sur les rénovations au XXe siècle et un troisième sur les aménagements de la place. Patatras! Le 2 février, la commission de rédaction fait savoir par mail que ses contributions ne seront pas publiées. Bernard Verdon, chef de projet et architecte au SIPaL (Service immeubles, patrimoine et logistique), Philippe Pont, chef du SIPaL, et Vincent Grandjean, chancelier de l’État de Vaud, cosignent le courrier électronique relayé par Brigitte Pradervand, coordinatrice du livre.

Décision politique?

Bruno Corthésy dit savoir par des personnes proches du dossier que Pascal Broulis, conseiller d’État en charge du Patrimoine, a participé à la réunion où cette décision a été prise. La décision était-elle politique? Questionnés hier à ce propos, ni le ministre ni les fonctionnaires de son département ne répondent. Vincent Grandjean précise par écrit que la commission chargée de l’ouvrage «a pris la décision sans aucune ingérence extérieure».

La raison de ce couperet? Un courrier de lecteur que Bruno Corthésy a adressé à 24 heures, fin janvier. «Le château de Saint-Maire est éventré pour y faire passer un ascenseur en dépit du préavis négatif de la Commission fédérale des monuments historiques, y écrivait notamment l’historien. Il faut bien que les conseillers d’État puissent monter sans se fatiguer de leur parking à leur salle de réunion.» Vincent Grandjean a répondu par le même canal quelques jours plus tard, précisant que la Commission fédérale a «avant tout fait l’éloge de la prise en charge globale et du sérieux de la conservation entreprise».

«Propos grossiers»

«Un désaccord exprimé publiquement est une chose, des propos grossiers, outranciers et mensongers en sont une autre», écrit aujourd’hui Vincent Grandjean. Il précise que la décision d’éviction a été «pleinement assumée» par la commission car Bruno Corthésy a lui-même «brisé la relation de confiance». Celui-ci s’étonne: «Mes contributions pour le livre ne portaient pas sur cet aspect de la rénovation. Je constate que dans le canton de Vaud il suffit d’exprimer un désaccord pour qu’on vous éjecte… C’est pesant.» (24 heures)

Créé: 13.03.2018, 20h41

Articles en relation

La noce à Thomas de Bruno Corthésy

L'invité Pierre Frey revient sur la protection du patrimoine dans le canton. Plus...

Le château d’Hauteville pillé une seconde fois

L'invité Bruno Corthésy, historien de l’art, s'indigne de l'attitude des services de l'Etat dans cette affaire. Plus...

Au cœur des chantiers du Château et du Parlement

Lausanne L’Etat lance un périodique sur le patrimoine. L’occasion de visiter deux monuments cantonaux en chantier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...