L’Hôpital Riviera-Chablais fonce à vive allure

RennazSur le chantier, on est à pied d’œuvre pour respecter le délai de fin 2018. C'est un défi de taille, et il y en a d'autres à relever.

Sur le chantier de Rennaz, la cadence doit rester soutenue pour tenir le délai de décembre 2018.
Vidéo: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des tubes verts affleurent du béton, là où la réception du futur Hôpital Riviera-Chablais (HRC) orientera les visiteurs de l’établissement intercantonal de 300 lits à l’horizon 2019, à Rennaz. Ici, entre quatre murs, il faut imaginer l’un des quatorze puits de lumière qui jalonneront les 215 mètres de l’établissement conçu en longueur. Là, sur un parterre de ferraille, le service d’oncologie et le service de radiothérapie. «Et là, c’est un auditoire de 300 places et non une piscine», plaisante Karl Halter, devant un parterre de béton noyé par la pluie. Au milieu du bal des grues et de quelque 120 employés, le directeur de projet a officié hier comme guide du jour entre un rez-de-chaussée bien avancé et un premier étage à ciel ouvert.

L’exercice d’abstraction a eu pour but de montrer que le HRC carbure à plein régime après le retard de dix-huit mois. Ce dernier a été occasionné par les recours en justice qui ont suivi l’attribution des travaux à l’entreprise générale Steiner, jusqu’à la décision du Tribunal fédéral de confirmer le mandat au groupe zurichois en septembre 2015. La priorité absolue va désormais au respect du délai de fin de chantier: décembre 2018. Un planning que Karl Halter qualifie «d’extrêmement ambitieux».

Les 330 millions ne suffiront pas

Le défi est d’autant plus ardu que des modifications sont intervenues en cours de travaux, pour améliorer le projet. Il revient toutefois à Marc-Etienne Diserens, président du conseil de fondation HRC, de les limiter au minimum. Et pour cause: il est déjà acquis que l’entier de l’enveloppe budgétaire maximale, soit 330 millions, sera insuffisant. «Nous enregistrons à ce stade un surcoût de 4 millions de francs dû à l’évolution du projet, notamment une adaptation de la technique utilisée pour prévenir un problème sismique, admet-il. Cela reste tout à fait acceptable pour un projet de cette envergure.» Sur les 330 millions, 240 iront au seul site de Rennaz. Le reste servira, notamment, à l’aménagement de deux antennes médico-chirurgicales sur les hôpitaux du Samaritain à Vevey et de Monthey (lire ci-contre).

«Nous avons privilégié les places de parc des patients et favoriser une mobilité douce pour accéder au site»

Le projet HRC comporte un autre chantier de taille: fédérer les équipes de cinq sites de soins aigus (à Montreux, Aigle, Monthey et deux à Vevey) «et favoriser l’émergence d’une nouvelle culture institutionnelle». Au-delà des belles intentions, Pascal Rubin, directeur général de HRC, s’est heurté à de fortes résistances, notamment sur la Riviera. Les négociations de trois nouvelles conventions collectives de travail, en vigueur depuis le 1er janvier 2015, et la question des écarts salariaux et du rôle des antennes de Vevey et Monthey, ont valu leur lot d’échanges vénéneux.

La question du parking du personnel a aussi fait couler beaucoup d’encre. Ses 380 places obligeront une part des 1000 employés à se rendre à Rennaz par les transports publics. «Nous devrons habituer des personnes à modifier leurs habitudes de déplacement, lance Pascal Rubin. Nous avons privilégié les places de parc des patients et favorisé une mobilité douce pour accéder au site.»

Créé: 21.09.2016, 22h48

Galerie photo

Le chantier de l'Hôpital Riviera-Chablais carbure à plein régime

Le chantier de l'Hôpital Riviera-Chablais carbure à plein régime Sur le chantier, on est à pied d'œuvre pour respecter le délai de fin 2018. Ce n'est pas le seul front sur lequel il faut régater

Permanence médicale à Monthey

Depuis l’origine du projet Hôpital Riviera-Chablais (HRC), il est prévu que le site de Rennaz s’appuie sur deux antennes médico-chirurgicales à Vevey (sur le site actuel du Samaritain) et Monthey. HRC a ainsi validé début septembre l’adjudication d’un mandat de 3,2 millions de francs au bureau d’ingénieurs-conseils Emch+Berger pour penser la transformation des deux sites. Coût du chantier, qui débutera après le déménagement à Rennaz en 2019: 22 millions. Sur le site de Monthey, HRC prévoit toutefois dès le deuxième semestre 2017 une permanence médicale avec des consultations sans rendez-vous du lundi au vendredi de 8 h à 20 h, et le samedi de 9 h à 13 h. Il n’y aura, en revanche, pas de service de garde. «Ce projet vise avant tout à palier la pénurie de médecins de premier recours dans le Chablais» explique Pascal Rubin, directeur général de HRC. L’opération vise aussi à contrer la concurrence privée qui se profile dans un maillage médical chablaisien connu comme trop large. Un réseau de 100 professionnels est notamment en gestation à l’horizon 2017 à Collombey (VS).

Articles en relation

L'hôpital unique s'est payé des fondations dernier cri

Rennaz Le premier lot de travaux s'achève. Une technique inédite a été utilisée pour éviter que le sol ne s'affaisse en cas de séisme. Plus...

Le futur Hôpital Riviera-Chablais sort de terre

Santé La pose de la première pierre du futur hôpital unique a eu lieu ce vendredi. Malgré les procédures juridiques, il devrait ouvrir en 2018 Plus...

Steiner obtient le chantier de l’Hôpital de Rennaz

Verdict Le Tribunal fédéral attribue le contrat de 240 millions à la société désignée à la base et écarte un concurrent italien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...