Après huit ans de bataille, Vaud a sa loi sur l’accueil parascolaire

Grand ConseilLes députés ont bouclé leurs travaux sur l’accueil pour les écoliers. La droite reste critique.

Pour la conseillère d’Etat socialiste Nuria Gorrite, la LAJE est «un pas important dans la reconnaissance des besoins des familles d’aujourd’hui».

Pour la conseillère d’Etat socialiste Nuria Gorrite, la LAJE est «un pas important dans la reconnaissance des besoins des familles d’aujourd’hui». Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2009, 71% des électeurs vaudois acceptaient l’«école à journée continue». C’est-à-dire l’accueil des écoliers en dehors des heures de classe, dans des structures spécialisées. Huit ans plus tard, le Grand Conseil a validé hier les modifications de la loi sur l’accueil de jour des enfants (LAJE) par 99 voix contre 4, avec 34 abstentions de droite.

C’est le temps qu’auront duré les négociations entre notamment le Canton, les communes et les employeurs. Le but a été de régler, entre autres, les questions de financement et de réglementation, en matière de pédagogie, de personnel et d’infrastructures. Le minimum obligatoire voté par les députés garantira aux écoliers une offre minimale identique dans le canton dès 2020 et les horaires évolueront selon leur âge. «C’est un pas important dans la reconnaissance des besoins des familles d’aujourd’hui», commente la conseillère d’Etat socialiste Nuria Gorrite.

Loi «baroque» mais «équilibrée»

Comme elle, la gauche et le centre se réjouissent. «L’accueil de jour est la pierre angulaire de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle», estime la députée socialiste Myriam Romano-Malagrifa. «Cette loi est ambitieuse et innovante.» Une loi «baroque», mais «équilibrée», selon la Verte Sylvie Podio. «Chacun joue son rôle au niveau financier», c’est-à-dire le Canton, les communes, les employeurs et les parents.

«L’accueil de jour est la pierre angulaire de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle»

A trois mois des élections, les critiques demeurent. Ainsi la gauche radicale a validé le texte, mais souligne que le nombre de places de crèche ne répond pas à la forte demande. «Certains parents continueront à devoir attendre longtemps», souligne Jean-Michel Dolivo (SolidaritéS).

L’UDC et le Parti libéral-radical restent sceptiques et seule une minorité de leurs élus a validé la loi. «Une partie des parents ne travaille pas, mais ils bénéficient de cet accueil à moindre prix», analyse la PLR Véronique Hurni. La droite craint que l’Etat ne se substitue aux parents: «L’éducation des petits Vaudois doit rester de leur responsabilité», commente l’UDC Maurice Treboux. «Le gouvernement majoritairement de gauche doit assumer les coûts de sa politique accompagnatrice.»

Quant à l’horaire du mercredi, qui a enflammé les débats, il a été tranché hier par 73 voix contre 70 et une abstention. Désormais les communes devront ouvrir des structures pour les enfants jusqu’à 10 ans le mercredi après-midi en cas de «besoins avérés». La droite préférait la limite de 8 ans. (24 heures)

Créé: 31.01.2017, 21h11

En bref

Droit politique
Assouplir la règle du dépouillement

Faut-il déclarer nul le vote du citoyen qui a glissé plusieurs bulletins dans l’enveloppe lors d’une élection? Soutenant un postulat de Serge Melly (AdC), les députés ont demandé au Conseil d’Etat de revoir cette pratique quand le nombre de suffrages exprimés ne dépasse pas le nombre de sièges à pourvoir. La volonté de l’électeur est alors jugée claire.

Droit politique, bis
Pas de suppléants dans les Conseils

Le Grand Conseil a enterré une idée du socialiste Julien Eggenberger: réfléchir à un système de suppléance dans les Conseils communaux, qui aurait permis à un élu de s’absenter sur une longue période et de retrouver ensuite son siège.

Prison
Soutien aux enfants de détenus

Par 62 oui et 59 non, les députés ont émis le vœu que le Conseil d’Etat «fasse l’effort financier nécessaire» à la survie de la fondation REPR, qui soutient les proches et enfants de détenus. Le vote suivait une interpellation de Mireille Aubert (PS).
V.MA.

Articles en relation

Les parents veulent des horaires de crèche élargis

Enfance Pro Familia et l’Association des parents d’élèves (APE) demandent aux députés de choisir l’option élargie pour les heures d’ouverture des garderies. Plus...

Les garderies au cœur de la bataille électorale

Grand Conseil Le parlement a changé sa décision sur les horaires des crèches. A trois mois des élections, le débat est crispé. Plus...

Quelle formation faudra-t-il pour travailler dans une garderie?

Accueil de jour Le Grand Conseil se penchera sur le cursus demandé aux employées des crèches. Les syndicats émettent quelques réserves. Il en va de la qualité de l’encadrement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.