Passer au contenu principal

Huit cas de rougeole ont été détectés à l’UNIL

Toutes les personnes ont été en contact direct avec un étudiant contagieux la semaine dernière.

L'université a demandé aux étudiants de vérifier leurs carnets de vaccination.
L'université a demandé aux étudiants de vérifier leurs carnets de vaccination.
Keystone

Alors que «20 minutes» évoquait, jeudi, quatre cas de rougeole à l’Université de Lausanne (UNIL), ce sont désormais huit personnes qui sont officiellement atteintes. «Toutes sont épidémiologiquement liées au premier cas, détecté la semaine dernière», précise Christiane Petignat, médecin adjoint au médecin cantonal. Un chiffre qui pourrait augmenter puisque certains cas sont toujours en cours d’analyse.

Il y a quelques jours, l’UNIL était informée par le médecin cantonal qu’une personne atteinte de la rougeole avait fréquenté la Faculté des sciences et de l’environnement. Une communication avait été mise en place dans l’entourage proche de l’élève puis à l’échelle de toute l’université. «Nous suivons à la lettre les consignes du médecin cantonal car il n’y a pas de spécialiste des épidémies et de la contagion sur le campus», indique la porte-parole de l’UNIL Géraldine Falbriard. Ici, il ne s’agit pas d’une «épidémie» à proprement parler puisque tous les cas sont liés, plutôt d’une «multiplication de cas».

Dix évictions préventives

Dans un courriel adressé à tous ses membres, l’UNIL invite les «personnes se sachant particulièrement vulnérables ou que la situation inquiète» à prendre contact avec le Service de sécurité, environnement et prévention de l’UNIL pour obtenir des informations.

«Nous avons aussi demandé un large contrôle des carnets de vaccination», explique Christiane Petignat. Il a été recommandé à tous les élèves de se vacciner ou de se faire injecter la deuxième dose du vaccin, si nécessaire. Dix personnes non vaccinées et ayant été en contact direct avec l’étudiant font l’objet d’une «éviction sociale et universitaire» de 21 jours.

Toujours par courriel, l’UNIL rappelle que «le virus de la rougeole est parmi les plus contagieux» et que «les conditions de coexistence universitaire, dans les auditoires, restaurants et autres lieux réunissant de grandes quantités de personnes sont particulièrement favorables à sa propagation». Finalement, il est souligné que «la rougeole n’est de loin pas une maladie bénigne pour une population de jeunes adultes».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.