Passer au contenu principal

Huit fleurets mouchetés pour contrer le statu quo

Chez les socialistes, on s’agite en coulisses pour organiser une riposte à la demande de dérogation de Pierre-Yves Maillard et, surtout, d’Anne-Catherine Lyon. Enquête.

De g. à dr.: Jessica Jaccoud, Rebecca Ruiz, Géraldine Savary, Florence Germond, Fabienne Freymond Cantone, Cesla Amarelle, Ada Marra et Roxanne Meyer-Keller.
De g. à dr.: Jessica Jaccoud, Rebecca Ruiz, Géraldine Savary, Florence Germond, Fabienne Freymond Cantone, Cesla Amarelle, Ada Marra et Roxanne Meyer-Keller.

«Bouffer du Lyon». Le jeu de mots servi en titre et en manchette du dernier Matin Dimanche à propos des manœuvres socialistes contre la conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon en a choqué plus d’un. «La violence qui se déchaîne n’est pas digne de nos valeurs», réagit une députée socialiste. «Mon parti me fait de la peine», renchérit une autre. L’écœurement n’est pas partagé par tous. Un camarade fait remarquer: «En se bouchant les oreilles et en donnant les verges pour se faire battre, notre conseillère d’Etat s’est mise toute seule dans le pétrin.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.