L’illuminé qui décloisonne les frontières musicales

PortraitPassionné, Jérémie Zwahlen dépoussière l’art choral avec les projets insolites de son Chœur Auguste.

Jérémie Zwahlen propose, du 18 au 20 mai, Une nuit avec Camille. Un concert donné par le Choeur Auguste à la Maison de quartier de Chailly, à Lausanne.

Jérémie Zwahlen propose, du 18 au 20 mai, Une nuit avec Camille. Un concert donné par le Choeur Auguste à la Maison de quartier de Chailly, à Lausanne. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le rendez-vous est donné dans les locaux de l’Ecole de jazz et de musique actuelle (EJMA) à Lausanne. Jérémie Zwahlen sirote une eau minérale accoudé au comptoir: «Une école qui dispose d’un bar juste dans son hall d’entrée, c’est génial, non?» Décontracté et souriant, le trentenaire n’en a pas moins un agenda de ministre. Il enseigne à l’EJMA et aux Collèges des Ruvines de Cully, tout en dirigeant la Chanson de Fribourg (chorale fondée en 1952), le Petit Chœur des Ruvines, celui des professeurs et évidemment le Chœur Auguste. Son bébé, pour lequel il signe tous les arrangements vocaux et instrumentaux, a vu le jour en 2013. «Dans le cadre de mes études à la Haute Ecole de musique de Lausanne (HEMU), je devais diriger un chœur. En ville, ce n’est pas évident d’obtenir un tel poste. Je n’avais pas envie de m’occuper d’une chorale mixte de campagne vieillissante… Je viens de là, je sais de quoi je parle! J’ai donc décidé de créer le Chœur Auguste, pour me faire plaisir. J’ai démarré avec des instrumentistes de la HEMU qui aimaient bien chanter. Nous n’étions qu’une dizaine, c’était triste.» Pour séduire un public plus large, Jérémie Zwahlen se penche sur le répertoire et décide d’aller chercher des morceaux hors catalogue traditionnel. «Grâce au projet A night at the Opera de Queen , nous sommes passés de 10 à 40 chanteurs!» Aujourd’hui, la chorale doit refuser du monde.

«Jérémie est un passionné, il parvient à casser les frontières entre musique classique et populaire. Le fait qu’il soit aussi supporteur du Lausanne Sport et du LHC témoigne bien de son ouverture d’esprit», explique Jean-Marie Equey, instituteur au Collège des Ruvines et chanteur dans le Chœur Auguste. Dominique Tille, également directeur, se dit très impressionné parce que Jérémie Zwahlen parvient à faire avec son auguste projet. «Il réinvente le concert pop rock en mode choral. Ce qu’il fait est subtil et intelligent. Il rayonnait déjà quand il chantait dans le chœur de la HEMU. Il y a quelque chose d’illuminé chez lui.»

Enfance campagnarde Jérémie Zwahlen passe son enfance à la campagne en s’investissant dans les sociétés locales, chantant au culte, jouant dans la fanfare. Avec un père boulanger-pâtissier de formation, qui a travaillé comme policier puis assureur pour finir artiste peintre et une mère institutrice, Jérémie Zwahlen a toutefois été initié à la musique dès son plus jeune âge. «Mon père n’a pas eu la chance de faire des études, il était autodidacte en musique. Mes grands-parents maternels jouaient dans des sociétés locales. Je viens d’une vraie famille de mélomanes.» Où la fibre sociale est aussi très forte. «Ma mère, véritable paysanne vaudoise, a ouvert une ferme pédagogique et propose de l’appui scolaire pour des enfants en grandes difficultés. Ma sœur est infirmière à Rive-Neuve.» Cette même clinique de soins palliatifs où leur père a fini ses jours. «Il a été le recordman de l’institution en y passant un mois et demi, alors que la plupart des patients n’y restent que deux semaines.»

Jérémie Zwahlen utilise l’humour et l’autodérision à foison. Quand on lui demande quel type de directeur de choral il est, il dit tout de go: «Fasciste!» Dominique Tille explique: «Il est passionné et entier. Il dit ce qu’il pense en toute simplicité et s’y tient.» Pour Jean-Marie Equey: «Il a beaucoup d’humour et de bienveillance. Il est toutefois exigeant car il fait du travail de qualité. En chantant dans l’ensemble Auguste, il faut s’attendre à ramener du travail à la maison. Il faut tout savoir par cœur.»

Après A night with Cash, joué en février, l’équipe composée désormais de 50 choristes proposera, dès le 18 mai, Une nuit avec Camille. «Elle a un ambitus ( ndlr : intervalle entre la note la plus grave et la plus aiguë) proche de celui de Freddie Mercury et ses chansons s’adaptent bien pour un chœur. En choisissant un répertoire varié, j’espère happer un nouveau public.» Et de préciser: «Je ne veux pas d’une succession de solistes accompagnés de choristes qui se contentent de faire des «ouh-ouh» en arrière-plan!» Malgré ses hautes exigences de qualité et le travail qui en découle, Jérémie Zwahlen arrive visiblement à convaincre même les plus jeunes. A Cully, les deux tiers des enfants de 10 à 12 ans du Collège des Ruvines (soit 60 garnements) choisissent de sacrifier leur pause de midi du vendredi, ainsi que quelques week-ends pour faire partie du Petit Chœur et se produire devant le public en fin d’année scolaire.

Cette année le trentenaire a un emploi du temps un peu trop chargé. Sa passion lui prend presque tout son temps. Mais quand il ne fait pas de musique, il aime regarder le sport à la télévision («en tant que Suisse, j’ai une longue histoire d’amour avec Roger Federer») et aller au café. «Je vis au-dessus d’un bistrot qui est fermé le lundi. C’est un vrai problème!» Quand on lui fait remarquer que des troquets qui sont ouverts le premier jour de la semaine, à Lausanne, ce n’est pas ce qui manque, il répond: «Oui, mais celui qui est en bas de chez moi, c’est le mien!»

Cérébral, Jérémie Zwahlen a trouvé son équilibre depuis un an auprès de son amie, une institutrice à l’école primaire qui aime la nature et lui permet de souffler. Par le passé, il a été à deux reprises en couple avec des musiciennes: «Nous avions les mêmes préoccupations, les mêmes doutes inhérents à la création.» Et il le dit aussi, sans fard: «... le même ego.»

Créé: 02.05.2017, 08h57

Bio

1987 Il naît le 12 décembre à Morges. Il grandit à Bournens avec ses parents et sa sœur, de deux ans sa cadette.
2007 C’est au gymnase, grâce à deux professeurs de musique qui montaient des spectacles en signant eux-mêmes les arrangements, que lui vient l’envie de faire la même chose. «Ils avaient une énergie de création incroyable.»
2012 Bachelor à la Haute Ecole de musique de Lausanne (HEMU).
2013 Il fonde le Chœur Auguste en janvier. Son père décède des suites d’un cancer à la clinique de soins palliatifs Rive-Neuve de Blonay. Il interrompt temporairement son master.
2016 Il devient professeur à l’Ecole de Jazz et de Musique actuelle (EJMA) de Lausanne et reprend la direction de la Chanson de Fribourg.
2017 Il obtient son master of arts en «musique à l’école» à la HEMU.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...