Passer au contenu principal

«L'immunothérapie bénéficie à moins de la moitié des patients»

Les indications des nouveaux médicaments oncologiques s'étendent, touchant de plus en plus de malades

La professeure Solange Peters, cheffe du Service d'oncologie médicale du CHUV, fait le point sur les espoirs et les limitations des nouveaux traitements.
La professeure Solange Peters, cheffe du Service d'oncologie médicale du CHUV, fait le point sur les espoirs et les limitations des nouveaux traitements.
CHRIS BLASER - A

L’an dernier, 24 heures se faisait l’écho du combat d’une Vaudoise atteinte d’un cancer du poumon. Son assurance-maladie refusait de rembourser l’immunothérapie (traitement reposant sur la réactivation du système immunitaire) prescrite par ses médecins. Les choses ont évolué, depuis, en matière d’usage des anticancéreux de nouvelle génération. Leurs indications se sont élargies (lire ci-contre) et le mouvement n’est pas près de s’arrêter. Le point avec la professeure Solange Peters, cheffe du service d’oncologie médicale du CHUV et future présidente de la Société européenne pour l’oncologie médicale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.