Passer au contenu principal

L’incendie aurait dû faire disparaître le cadavre

Un Géorgien est soupçonné d’avoir, en 2012, tué un homme puis monté un dispositif pour bouter le feu à son logement. En vain.

Le verdict sera prononcé lundi après-midi au tribunal de Montbenon.
Le verdict sera prononcé lundi après-midi au tribunal de Montbenon.
Philippe Maeder

Une planche en bois posée sur la cuisinière allumée, reliée à des tissus et à des couvertures, le tout jusqu’au lit où reposait la victime. Voilà le «système de mise à feu» dont il était question, mercredi, au Tribunal criminel de l’arrondissement de Lausanne. Un dispositif censé mettre le feu, à l’aube du 9 décembre 2012, à un appartement du chemin Louis-Boissonnet, à Lausanne, et faire disparaître le cadavre de son occupant, mort peu avant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.