L’«insoumis» Jean-Michel Dolivo ne sera pas un ministre collégial

Élection au Conseil d'ÉtatLe respecté député de la gauche radicale a cinquante années d’activisme derrière lui. Il veut «faire gouverner la rue».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

29 avril 1983, rue du Midi 14, à Lausanne. Des documents en espagnol classés «Confidencial» volent dans la rue, jetés par la fenêtre du consulat guatémaltèque. Une banderole barre la façade: «Guatemala: 1000 assassinats par mois depuis 1982. À bas la dictature.» L’occupation «pacifique» a duré deux petites heures ce matin-là, relate la «Tribune de Lausanne». Parmi les sept manifestants, le secrétaire du Parti socialiste ouvrier (PSO). Un certain Jean-Michel Dolivo, jeune trentenaire.

Le candidat d’Ensemble à Gauche au Conseil d’État a aujourd’hui les yeux rieurs quand on lui rappelle ce fait d’armes. Un parmi tant d’autres: «Des occupations d’ambassades, on en a fait quelques-unes à Berne.» Mais pas de quoi noircir un casier judiciaire. «On passait une nuit au poste, c’est tout. Les États ne déposaient pas plainte, évitant de nous offrir une tribune lors d’un procès.» En 1976, le militant a aussi perturbé un match de Coupe Davis entre la Suisse et la Rhodésie, pour dénoncer son régime d’apartheid. Expulsion du court manu militari. Marxisme et tennis ne font pas bon ménage.

On comprend vite que Jean-Michel Dolivo ne ferait pas un ministre collégial. «Non. En tant que représentant d’une gauche insoumise, je ne respecterai pas le cadre des compromissions et des marchandages.» Ses premières décisions: autoriser «tous les employées et les hommes solidaires» de son département à participer à la grève féministe du 14 juin, et ouvrir un local pour mettre à l’abri d’un renvoi forcé les migrants déboutés.

Sacré Jean-Michel Dolivo! Sa biographie condense un demi-siècle d’histoire romande de l’extrême gauche. Son parcours débute à Bienne en 1966, quand l’ado de 15 ans, aîné d’une fratrie de trois, entre dans un mouvement de résistants à la guerre du Vietnam. Ses parents sont des intellectuels: lui pasteur, elle enseignante. «Ils n’ont pas vu mon engagement d’un très bon œil, même si mon père était favorable à l’objection de conscience, admet-il. À l’origine, ce sont mes lectures de l’époque, Sartre, Camus, les existentialistes, qui ont forgé mes convictions.»

Le jeune homme rejoindra brièvement le Parti ouvrier populaire, avant de rallier la Ligue marxiste révolutionnaire, qui deviendra plus tard le PSO, puis SolidaritéS, chacune de ces entités coagulant divers groupuscules derrière de mêmes idéaux. Lui se définit comme «marxiste critique avec aussi des références libertaires».

Citoyen lourdement fiché

Jean-Michel Dolivo enseigne l’histoire au Gymnase de Bienne, avant d’être frappé d’une Berufsverbot, interdiction de travail notifiée aux fonctionnaires suspectés d’accointances communistes ou séparatistes. Comme nombre d’intellectuels de gauche, il travaillera deux ans comme tourneur dans une usine de métallurgie à Bienne, pour voir la bête capitaliste de l’intérieur. En 1989, le scandale des fiches, – l’espionnage illégal de citoyens perçus comme dangereux par la Confédération – le révulse. «Mon dossier fait une centaine de pages, il commence en 68 et s’arrête en 82. Ils ont dit avoir perdu le reste.»

Antifasciste, anticapitaliste, antimilitariste, antinucléaire, féministe, syndicaliste: Dolivo est de toutes les luttes, de toutes les manifs. De toutes les élections, aussi. Depuis plus d’une décennie, l’infatigable militant est enfin un élu du peuple, au Conseil communal de Lausanne d’abord, puis au Grand Conseil, où il siège depuis 2007. Ce n’est pas pour son humour qu’il s’y démarque. Toujours sérieux et courtois, le parlementaire ne rate aucune occasion de s’exprimer, suscitant du respect mais aussi de l’agacement dans l’hémicycle. L’homme prend de la place, et semble aimer ça: «Il montre un goût certain pour la présidence du groupe Ensemble à Gauche, qu’il occupe depuis cinq ans alors qu’elle devait être tournante», observe un ex-collègue de la coalition, un rien narquois.

À 67 ans, sa candidature au Conseil d’État surprend, vu le nombre de jeunes que compte SolidaritéS. Étouffe-t-il la relève par son omniprésence? Il a été poussé en regard de «son expérience», jure-t-on à l’interne. «Il a vraiment une vision collective du mouvement. C’est d’ailleurs cette qualité qui m’a fait rester quand je suis arrivée chez SolidaritéS en 2008», assure Isabelle Lucas, une amie et militante passée auparavant par ATTAC. «C’est quelqu’un de très intègre, qui a une vie en totale cohérence avec ses idées.» La charte de son collectif d’avocats lui impose de toujours défendre la partie la plus faible d’un contrat ou d’un litige. Le défenseur du prolétariat ne gagnerait pas plus de 5000 francs par mois, selon ses propres dires.

Son ami de quarante ans, Daniel Süri, assure qu’«il n’a jamais eu d’ambition pour lui-même». «Il est toujours très disponible, à l’écoute. Il compartimente très bien sa vie, il est assez discret sur le plan personnel.» Ses hobbies? Jean-Michel Dolivo évoque le cinéma – «mais moins ces temps» et la lecture: des romans historiques, surtout. Ceux de l’écrivaine espagnole Almudena Grandes Hernández ou du Français Paul Nizan. Bon. Et finir «Le capital», dont il avoue n’avoir lu, tout jeune, que les premiers chapitres? «Oh, quand j’aurai un peu plus de temps…» Pas demain la veille, donc. Son nom circule pour les élections fédérales.

Créé: 22.02.2019, 06h56

Biographie

Naissance:
Le 15 novembre 1951, à Paris, où son père pasteur et sa mère enseignante se sont installés après leurs études. Retour en Suisse, à Bienne, en 1956.

État civil:
Célibataire, sans enfants.

Formation:
Matu latin-grec, licences en histoire et en sciences sociales et politiques à l’UNIL en 1972, puis en droit en 1987. Brevet d’avocat en 1990.

Activités salariées:
Enseigne l’histoire au Gymnase de Bienne entre 1973 et 1975. Travaille deux ans comme tourneur en usine. Devient permanent de la Ligue marxiste révolutionnaire, puis revient à Lausanne en 1981, comme secrétaire de la section locale du Parti socialiste ouvrier. Avocat dès 1990, il sera aussi secrétaire politique de l’Union syndicale vaudoise.

Parcours politique:
Élu plusieurs fois au Conseil communal de Lausanne entre 2006 et 2017. Siège au Grand Conseil depuis 2007.

Hobbies:
Lecture, cinéma.

Articles en relation

Rebecca Ruiz, une candidate calibrée, formée à l’école du PSV

Élection au Conseil d'État La conseillère nationale part favorite pour remplacer Pierre-Yves Maillard. Certains la jugent un peu légère. Plus...

Le préfet Dessauges part en campagne en tapant sur ses patrons

Election Le candidat UDC a lancé sa campagne lundi. Il fait du social et de la fiscalité le cœur de son discours. Quitte à tirer sur le Conseil d’État, qu’il représente pourtant dans son district Plus...

Choc frontal entre Rebecca Ruiz et Pascal Dessauges

Débat Tout oppose la candidate socialiste et le candidat UDC pour l’élection complémentaire au Conseil d’État. Ils croisent le fer à quatre semaines du scrutin. Plus...

Trois outsiders pour chambouler la coalition PLR-PS

Succession Maillard Si les candidats de la gauche radicale Anaïs Timofte et Jean-Michel Dolivo se présentent en opposants au Conseil d’État, le PDC Axel Marion veut pérenniser une alliance de circonstance. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.