Instagram suspend un moqueur de bobos

LausanneLe compte Realsousgare régalait près de 8300 abonnés de ses critiques pleines d'ironie. Son créateur crie à la censure.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis l’été dernier, les bobos du quartier Sous-Gare, à Lausanne, sont partagés. D’un côté, ils redoutent de se voir brocarder sur le compte Instagram Realsousgare. De l’autre, ils s’abonnent en masse pour suivre les gentilles moqueries du blogueur anonyme qui y poste chaque jour jusqu’à trois photos accompagnées d’une courte légende bien sentie en franglais. Des «mèmes», dans le jargon d’internet. Mais alors que le compte totalisait 8300 abonnés la semaine dernière encore, Instagram l’a suspendu du jour au lendemain. «C’est à n’y rien comprendre. Il s’agit d’une censure arbitraire. On nous fait croire sur Instagram qu’on prend soin de nous. Il y a plein d’effets sympas mais au final, on est soumis», s’indigne Norbert*, le jeune blogueur de 18 ans.

Humour et dérision

Bobo, c’est la contraction de bourgeois-bohème, «une personne plutôt jeune, aisée et cultivée, affichant son anticonformisme», selon la définition du Larousse. À Lausanne, ils se concentreraient notamment dans le quartier Sous-Gare, entre les cafés branchés et les magasins bios du boulevard de Grancy. On en aurait aperçu aussi du côté du parc de Milan. Et leurs petites habitudes n’ont pas échappé à Norbert. «Je les connais bien: je vis Sous-Gare depuis que je suis né. Je les observe. Je retiens des trucs ou des situations dans la rue. Je porte un regard ironique sur leur monde. Alors plutôt que de garder mes réflexions pour moi, j’ai décidé de les partager sur Instagram.»

Ce qui amuse Norbert? Mettre le doigt sur les contradictions des bobos. Comme se soucier du réchauffement climatique mais continuer à prendre l’avion ou s’élever contre la misère tout en habitant le quartier le plus trendy de Lausanne. «Même s’ils ont l’impression de vivre en pleine conscience, malgré leurs efforts, ils en reviennent toujours à leur propre personne, à leurs préoccupations très individualistes.» Un humour sarcastique, plein de dérision et pourtant d’affection, couronné de succès sur le Net. «J’en suis très fier et cela me fait énormément plaisir. Imaginez: il y a environ 1000 habitants dans le quartier Sous-Gare, et mes abonnés étaient huit fois plus nombreux. Sans doute parce que je commençais à élargir mes publications pour les rendre pertinentes à davantage de monde», explique Norbert.

«Ce sont sans doute les algorithmes de Mark Zuckerberg qui ont bugué»

Et puis, mardi passé, impossible de se connecter à son compte Instagram. Le compte Realsousgare était désactivé et suspendu pour non-respect des règles de la communauté. «Mes images ne sont pas violentes et mes propos ne sont ni haineux ni racistes. Ce sont sans doute les algorithmes de Mark Zuckerberg (ndlr: le patron de Facebook et d’Instagram) qui ont bugué.»

Instagram ne répond pas

Norbert s’est fendu d’une trentaine d’e-mails à Instagram. Les réponses reçues sont toutes automatiques. «Il n’y a personne à l’autre bout. Personne à qui parler. Il n’y a rien d’humain là-dedans.» La raison de la suspension du compte Realsousgare pourrait résider dans le fait que Norbert utilise des photos pour ses posts sans en référer à leurs auteurs, donc en ne respectant par leurs droits. «Je ne suis pas le seul à agir de la sorte, et je ne fais pas commerce de mon compte», se défend le blogueur. Ce dernier attend donc qu’Instagram revienne sur sa décision temporaire pour tourner à nouveau ses chers bobos en dérision. Et que ces derniers se rassurent: Norbert prépare son retour: il met plein de mèmes de côté pour eux en attendant.

Les amateurs de mèmes locaux peuvent toujours se consoler avec le compte d’un autre créateur lausannois: Prish Garantish. Celui qui tire son pseudo de la bière des étudiants «Prix Garantie» annonce près de 7000 abonnés sur Instagram. Sa cible: les étudiants – comme lui – de l’Université de Lausanne.

* Nom connu de la rédaction

Créé: 10.01.2019, 16h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.