Passer au contenu principal

Les installateurs-électriciens ont manifesté

La profession veut négocier des améliorations à sa convention collective de travail

«Cela fait plus de vingt-cinq ans que les électriciens vaudois n’ont pas manifesté», relève Laurent Tettamanti, secrétaire syndical à Unia. Jeudi soir, ils étaient une cinquantaine devant le siège de l’Association cantonale des installateurs électriciens, à Tolochenaz.

Les professionnels de la branche souhaitent ainsi lancer une campagne pour ouvrir les négociations avec le patronat en vue du renouvellement de la convention collective de travail (CCT) en 2018. «Nous aimerions obtenir des compléments vaudois à la CCT nationale, indique Laurent Tettamanti. Actuellement, c’est le métier le plus mal valorisé dans la construction.»

Selon le syndicaliste, ces mauvaises conditions expliquent l’hémorragie d’installateurs électriciens: «Il faut aussi rappeler que la formation est relativement longue. Quatre ans sont nécessaires pour obtenir le CFC et quatre autres années pour arriver au salaire de base d’un électricien qualifié. Beaucoup de gens quittent le métier pour se réorienter.» La manifestation a été suivie d’un concert de reggae.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.