L'institution qui envoie son calendrier à tous les Romands

Calendrier de l'Avent (2/24)Editée à quelque 900'000 exemplaires, l'oeuvre à 24 fenêtres de l'Institution de Lavigny permet d'animer des ateliers protégés tout en récoltant des fonds.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la 49e édition de son calendrier de l'Avent, l'Institution de Lavigny a opté pour un jeu de miroir. «Cette année, on illustre plus particulièrement la vie de l'institution», annonce Micheline Ryser, communicante. Et pour cause: c'est Amélie Buri, la graphiste du lieu, qui a usé de ses talents pour traduire en images la fête de Noël des résidents.

Une prise de vue aérienne et nocturne du site enneigé fait office de couverture. Tourner cette page permet d'entrer dans le lieu de vie, où se sont réunies des personnes handicapées et leurs familles. «Il fait froid, on s'approche et on arrive au milieu de la lumière de la chaleur humaine», présente l'auteure des images, qui connaît bien ces célébrations puisqu'elle a commencé à travailler à Lavigny en tant qu'infirmière/éducatrice.

Des sous pour un atelier de jardinage
Imprimées à près de 900'000 exemplaires, ces illustrations ont été distribuées dans tous les ménages de Suisse romande. En réponse, certains feront des dons. De quoi dégager quelque 200'000 francs de bénéfices. «Cet argent nous permet de financer une partie des loisirs des résidents et de développer des projets», indique Thierry Siegrist, directeur. Les prochains à sortir de terre seront un internat, un semi-internat ainsi qu'un nouveau bâtiment qui accueillera un atelier protégé de jardinage. Des travaux de rénovation sont aussi prévus pour la chapelle.

En tout, quatorze ateliers protégés de l'Arc lémanique participent à l'élaboration du calendrier de l'Avent. A Lavigny, ce sont environ soixante personnes qui effectuent l'assemblage-pliage-collage-emballage. «Ils ont à cœur de livrer quelque-chose de parfait», introduit Pierre Cottier, maître socioprofessionnel. Parmi eux, Daniel Gevisier, 61 ans. Ses gestes appliqués traduisent son envie faire plaisir. «C'est une satisfaction de savoir que d'autres personnes peuvent être heureuses en ouvrant les portes d'un calendrier, comme moi quand j'étais enfant», confie le travailleur en atelier protégé.

Si vous êtes sur l'une de nos applications mobiles, cliquez ici pour découvrir les sujets de l'Avent déjà publiés.

Créé: 02.12.2013, 09h19

Dossiers

(Image: Valott)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.