L’intelligence artificielle au service de la performance aérodynamique d’un vélo

EPFLL’intelligence artificielle au service de la performance aérodynamique d’un vélo.

Pierre Baqué, directeur général de Neural Concept (à g.),
et Jérémy Jansa, de l’IUT d’Annecy.

Pierre Baqué, directeur général de Neural Concept (à g.), et Jérémy Jansa, de l’IUT d’Annecy. Image: ALAIN HERZOG

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Du 10 au 15 septembre prochain se tiendra, dans le désert du Nevada aux États-Unis, le World Human Powered Speed Challenge. Cette compétition regroupe divers instituts universitaires qui ont tous un but en commun: battre, à la seule force des mollets du pilote, le record du monde de vitesse à vélo sur piste plate. Il est donc nécessaire que celui-ci dispose d’une coque à la forme profilée pour une meilleure pénétration dans l’air. Le record est détenu par une équipe universitaire hollandaise depuis 2012, avec une vitesse de 133,78 km/h.

Pour préparer au mieux ce concours, l’équipe de l’IUT d’Annecy a décidé de solliciter l’aide d’une jeune start-up de l’EPFL, Neural Concept. L’informatique permet, dans ce cas précis, de déterminer la forme aérodynamique idéale du premier coup grâce à une intelligence artificielle.

«Ce logiciel permet un gain tant en termes de temps que de coûts, car il anticipe les résultats. Ainsi, il n’est pas nécessaire de recommencer toute une série d’équations depuis le début à chaque nouvelle simulation car le programme mémorise les résultats précédents et s’adapte en fonction. On est donc dans une logique d’optimisation», précise Pierre Baqué, directeur général de Neural Concept.

Cette méthode permet aussi un bénéfice qualitatif avec une précision beaucoup plus importante dans les simulations. «Dans certains cas, elle permet d’obtenir un résultat 5% à 20% plus aérodynamique que la méthode habituelle et, encore plus important, cette approche s’applique aux cas que la méthode traditionnelle ne peut pas traiter», assure Pierre Baqué.

Toutefois, cette technologie n’est pas réservée au seul domaine sportif, «les drones, l’aéronautique et les éoliennes sont des marchés dans lesquels nous pouvons apporter une certaine innovation», soutient le responsable de Neural Concept. La toute nouvelle start-up était d’ailleurs invitée, la semaine dernière, à Stockholm pour présenter son logiciel dans le cadre d’une conférence mondiale sur l’apprentissage automatique. «Nous avons eu de bons retours de la part des industriels qui pourraient potentiellement financer notre technologie. Cela permettra, dans le futur, de développer l’entreprise.» La conception d’un prochain vélo, sans intervention humaine dans son élaboration, est d’ailleurs prévue pour l’année prochaine.

Créé: 17.07.2018, 08h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.