L’interdiction du voile intégral divise les socialistes

InitiativeGéraldine Savary rejette l’initiative alors que d’autres élus la soutiennent. Le comité du PS suisse hésite à prendre position.

Géraldine Savary et Marlyse Dormond, deux socialistes respectivement contre et pour l'initiative demandant l'interdiction du voile intégral.

Géraldine Savary et Marlyse Dormond, deux socialistes respectivement contre et pour l'initiative demandant l'interdiction du voile intégral. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Casse-tête chez les camarades. Deux conseillers d’Etat PS ont pris position ces derniers jours pour l’initiative populaire «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage». Le Zurichois Mario Fehr la semaine passée et le Vaudois Pierre-Yves Maillard ce dimanche (lire ici).

Entre-temps, d’autres personnalités de gauche se sont, elles aussi, déclarées en faveur du texte lancé par le comité d’Egerkingen, telle l’ancienne conseillère nationale vaudoise Marlyse Dormond. Ces soutiens dérangent au sein du parti, dont une majorité d’élus semblent exclure tout soutien à un texte d’inspiration nationaliste et conservatrice.

Le parti prend acte

Quelle position doit prendre le PS suisse? Pour l’instant la direction du parti prend acte des voix discordantes. «Nous allons en discuter cette semaine», indique Géraldine Savary, conseillère aux Etats vaudoise et vice-présidente du PS suisse. Elle-même rejette fermement le texte (lire ci-dessous) mais elle s’exprime pour l’heure comme élue à Berne et non en tant que responsable du parti. La proposition qu’elle fait aujourd’hui, à savoir de laisser à chaque canton le soin de mener le débat et de légiférer, ne s’oppose pas frontalement aux conseillers d’Etat qui se sont exprimés. En face, Marlyse Dormond ne tergiverse pas sur ses convictions et réaffirme son soutien au texte.

Un texte qui divise aussi à droite: interrogé hier soir sur La Première, le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet (PLR) rejette l’initiative.


Contre l'initiative

Géraldine Savary, conseillère aux Etats PS

Pourquoi ne soutenez-vous pas l’initiative pour interdire le voile intégral? Les membres du comité d’Egerkingen, à l’origine de cette initiative, sont contre l’assurance maternité, sont contre le droit à l’avortement, contre les mesures pour les victimes de violences conjugales, contre la limitation des armes à feu. Ils combattent toutes les mesures en faveur de l’égalité hommes-femmes. S’ils étaient assez vieux, les initiants se seraient même opposés au droit de vote des femmes. Je refuse de m’acoquiner, sous prétexte de défendre les femmes, avec des gens qui sont leurs adversaires les plus acharnés. C’est de la naïveté de penser que soutenir cette initiative fera avancer la cause féminine. Comme si on disait que parce que Donald Trump a une bonne idée, alors il faudrait le soutenir!

Ce n’est pas l’avis de l’ancienne conseillère nationale Marlyse Dormond ou de Pierre-Yves Maillard. Chacun pense ce qu’il veut, mais je prétends qu’on ne peut pas distinguer l’initiative des initiants. Le PS n’est pas le seul à être divisé. Ce texte divise aussi bien les femmes, que les musulmans et beaucoup de milieux. C’est un débat extrêmement polarisant. Cela ne nous empêche pas de réfléchir et de considérer que le port de la burka ou du niqab est en contradiction avec certaines de nos valeurs inaliénables, qui prônent la neutralité confessionnelle et un accès identique à l’espace public pour les hommes et pour les femmes. C’est un élément qui pousse à l’oppression des femmes et qui doit être critiqué en tant que tel. De ce point de vue, je suis parfaitement d’accord avec Marlyse Dormond.

Quelle est votre solution? Je pense qu’il faudra réfléchir à un contre-projet, qu’il soit législatif ou constitutionnel. Il y aura de toute façon un travail parlementaire sur l’initiative. Une piste à laquelle je pense serait de donner la compétence aux cantons d’interdire la burka et le niqab s’ils le jugent nécessaire, comme cela a été fait au Tessin. Cela ferait partie des politiques fédéralistes telles qu’on les prône dans notre pays. D’autres formes de contre-projets seraient envisageables, mais je ne serai en aucun cas complice de ce comité qui s’oppose de manière virulente aux droits des femmes.


Pour l'initiative

Marlyse Dormond, ancienne conseillère nationale PS

Ne craignez-vous pas, en soutenant cette initiative, de faire le jeu de vos adversaires et en même temps du tort à votre famille politique?

Non. On peut estimer qu’une question doit se poser, tout en n’aimant pas ceux qui la posent ni la manière dont ils la posent. Je ne vais pas dire le contraire de ce que je pense sous prétexte que les initiants ne me plaisent pas. Je fais partie d’une génération qui s’est battue pour l’égalité hommes-femmes et pour les libertés. Le voile intégral est pour moi un synonyme de régression. Notre société garantit beaucoup de libertés aux individus, y compris la liberté de religion, mais elle doit se vivre dans le respect de notre culture. Attendre que mon parti ait pris une position avant de m’exprimer, ce n’est pas du tout ma façon de fonctionner. Désolée, mais tant pis si cela dérange certaines personnes. Peut-être, d’ailleurs, que le PS aurait dû s’occuper de cette question bien avant. Quand on se contente de mettre toute la poussière sous le tapis, un jour le tas devient si gros qu’on en prend plein la figure.

Comme pour l’interdiction des minarets en 2009, cette initiative ne combat-elle pas un problème très marginal?

Ce n’est pas la même votation. J’étais opposée à l’initiative visant à interdire les minarets, un texte que j’estimais inutile. Là, c’est différent, il s’agit d’un débat fondamental qui porte sur nos valeurs occidentales. Bien sûr qu’il y a très peu ou pas du tout de burqas en Suisse, mais on croise un nombre grandissant de niqabs, c’est une réalité et il vaut mieux prévenir que guérir.

Géraldine Savary propose un contre-projet à l’initiative, consistant par exemple à laisser les cantons libres de légiférer ou non. N’est-ce pas préférable?

Pourquoi pas, du moment où nous sommes d’accord sur les valeurs à défendre. J’ai évidemment une vision politique beaucoup plus large que celle du comité d’initiative: je défends non seulement le féminisme, mais aussi toute une vision de société. Cela me dérange profondément que certains nous accusent d’intolérance ou d’islamophobie. Que disent-ils alors de Saïda Keller-Messahli, la présidente du Forum pour un islam modéré, qui se bat pour l’interdiction du niqab et qui a reçu des menaces de mort? C’est une femme que je trouve magnifique et courageuse.

Créé: 16.08.2016, 06h51

Articles en relation

Pierre-Yves Maillard antiburqa: réactions

Le conseiller d’Etat se distancie du PS: il ne combattra pas l’interdiction du voile intégral Plus...

Le socialiste Mario Fehr est opposé à la burqa

Port du voile Le conseiller d'Etat zurichois estime que les burqas n'ont pas leur place en Suisse et ne devraient pas y être tolérées. Polémique. Plus...

Le tourisme craint les effets d’un Tessin sans burqa

Initiative L’application de l’interdiction du voile intégral ne se fait pas sans remous. Le milieu du tourisme craint des pertes. Plus...

Le peuple tranchera sur le voile intégral

Espace public La commission des institutions politiques du National propose de ne pas donner suite à une initiative parlementaire. Plus...

L’interdiction du voile intégral divise les femmes

Initiative populaire Quelques féministes apportent leur caution à l’initiative. Mais la majorité la rejette, par crainte de discriminer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.