«J’ai été abandonné dans une étable, j'avais 3 mois»

Grand ConseilPlusieurs anciens enfants placés ont assisté hier aux excuses officielles du Canton de Vaud. Ils témoignent de leur calvaire.

Clément Wieilly a fondé l’Association pour la Dignité (APLD). Elle regroupe plusieurs anciens «enfants placés». «Il n’est jamais trop tard pour s’excuser», note-t-il.

Clément Wieilly a fondé l’Association pour la Dignité (APLD). Elle regroupe plusieurs anciens «enfants placés». «Il n’est jamais trop tard pour s’excuser», note-t-il. Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Je suis née dans une famille d’accueil. Ma maman y avait été placée à 18 ans, car elle était une fille-mère. J’y ai moi-même été violée.» Le destin de Marianne Steiner est dur à écouter. Hier, elle le racontait avec une voix tremblante dans la buvette du Grand Conseil à Lausanne.

Pourquoi cet endroit particulier? Car elle faisait partie des quelques «enfants placés» qui sont venus assister aux excuses officielles des autorités vaudoises. Celles-ci s’adressaient à toutes les «victimes de mesures coercitives» jusqu’aux années 1980. Ces termes regroupent plusieurs catégories de personnes: enfants arrachés à leurs parents, malades mentaux stérilisés, alcooliques, prostituées et «fainéants» internés.

Vies ballottées

Mais quels ont été les destins de ces enfants marginalisés? Une vie de gamin trimballé entre familles d’accueil, orphelinats et internats, faite de violences physiques et sexuelles pour certains.

«Ma mère et moi avons pu quitter notre famille d’accueil pendant deux ans. Mais j’y ai été à nouveau placée à l’âge de 2 ans, car ma mère s’était mariée à un homme peu recommandable.»

Le reste de l’enfance de Marianne Steiner a été fait de va-et-vient. A nouveau violée avant ses 10 ans, elle a été placée dans une famille en Suisse alémanique à l’âge de 16 ans, puis dans un internat à Genève dont elle a fugué plusieurs fois, puis à nouveau outre-Sarine. «Là, j’ai encore fugué quelques fois et, à cause de cela, on m’a envoyé dans une prison pour femmes dans le canton de Berne pendant une année. J’avais 18 ans. J’étais mineure, car la majorité était fixée à 21 ans.»

«Le problème subsiste»

Les excuses, Marianne Steiner les accepte avec difficulté: «Aujourd'hui, les problèmes subsistent. Ma fille a aussi été en internat et y a subi des violences.»

Ces excuses, Clément Wieilly les accepte aussi. «Il n’est jamais trop tard», note ce sexagénaire qui a fondé l’Association pour la dignité (APLD). «Ma mère m’a abandonné dans une étable dans le canton de Fribourg alors que j’avais 3 mois, raconte-t-il. Elle avait demandé de l’aide à l’Etat, qui la lui avait refusée. Je ne l’ai vue qu’une fois, sur son lit de mort dans les années 1960.»

Son parcours? D’abord l’orphelinat catholique à Fribourg jusqu’à 13 ans. «Nous étions battus et il existait un système d’électrocution automatique pour les enfants qui faisait pipi au lit, se souvient Clément Wieilly. Ensuite j’ai vécu deux ans dans une famille de paysans, où j’avais un papa et une maman pour la première fois.» Puis retour en institution, où les violences ont recommencé. Clément Wieilly touche désormais l’AI, après avoir travaillé dans l’enseignement et comme animateur socioculturel.

En prison pour alcoolisme

Les drames subis par les «victimes de mesures coercitives» semblent sortir d’une autre époque. Mais certains les ont vécues il y a à peine plus de trente ans. Anne-Catherine Menétrey-Savary s’en souvient. Cette ancienne députée et conseillère nationale Verte a été à l’origine de certains changements de lois dans les années 1970 et 1980.

«A l’époque, j’avais rencontré un alcoolique. Il était en prison à Bochuz à cause de son alcoolisme et sans avoir commis un délit. On parlait très peu de ces internements. Ils étaient considérés comme des problèmes législatifs, avant d’être des problèmes humains.»

Créé: 21.06.2016, 22h16

Des excuses, malgré quelques bémols

L’atmosphère était lourde, hier au moment où le Grand Conseil a voté les excuses des autorités vaudoises aux enfants placés et aux «victimes de mesures coercitives» jusqu’aux années 1980. Proposé par le Conseil d’Etat, le texte a été soutenu à l’unanimité des députés votants, moins une abstention.

«L’Etat a outrepassé les principes de morale et de respect des libertés fondamentales, au-delà de ce qui était admissible pendant des décennies», a regretté Pierre-Yves Maillard, le président socialiste du Conseil d’Etat. Il a appelé à la vigilance pour que de telles erreurs ne se reproduisent pas.

Pour le socialiste Jean Tschopp, «le principe de continuité de l’Etat veut que les autorités en place répondent des agissements des autorités passées qui ont commis l’irréparable». A droite, la libérale-radicale Christa Calpini y voit «une partie de notre histoire qui fait froid dans le dos». Son collègue Jean-Luc Bezençon utilise même le mot d’«enfer».

Quelques bémols néanmoins dans ce concert. L’UDC Philippe Krieg n’a pas pris part au vote et a appelé ses collègues à «ne pas dramatiser la situation». Certains enfants ont été traités correctement, a-t-il indiqué. «Ma famille en a accueilli et ma mère s’est parfois occupée d’eux mieux que de moi.»

La seule abstention est celle du socialiste Laurent Ballif: «Je n’ai pas à assumer des décisions d’il y a 50 ans.» Il explique avoir lui-même, à titre personnel et comme syndic de Vevey, aidé une victime par le passé.

Articles en relation

Vaud demande pardon aux enfants placés

Injustices Le Grand Conseil débat ce mardi de la reconnaissance des souffrances des enfants placés, ainsi que des internés de force. Plus...

«J’espère que ce vote soulagera les victimes de placements abusifs»

Enfants placés Une majorité du National accepte d’indemniser les victimes. Vers un retrait de l’initiative. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...