Passer au contenu principal

«J’aimerais faire du canton un laboratoire vivant de la viticulture»

Olivier Viret passera, en 2017, de la station fédérale de recherche Agroscope à la tête du centre de compétence vitivinicole du canton.

Olivier Viret devant un plan du cépage résistant Divico
Olivier Viret devant un plan du cépage résistant Divico
ANETKA MÜHLEMANN

En tant que Monsieur Vigne, quel sera votre principal objectif?

Pour moi, il est indispensable d’utiliser les compétences des scientifiques d’Agroscope à l’échelle vaudoise. Avec la création d’un groupe de gens intéressés par l’innovation viticole, afin de voir où sont leurs problèmes. C’est aussi d’accompagner les viticulteurs dans leur démarche expérimentale à l’échelle de leur entreprise avec les moyens possibles, et de faire des synthèses avec eux. Cela implique des vinifications, des microvinifications. Ce qui nécessite une rigueur absolue. L’approche devrait inclure, si possible, les experts d’Agroscope.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.