Jacqueline de Quattro garde le dossier Orllati

Conflit immobilierL’Exécutif écarte la requête de Fabien Dunand, qui soupçonnait la ministre de favoritisme envers l’entrepreneur.

La conseillere d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro lors d'une conférence de presse.

La conseillere d'Etat vaudoise Jacqueline de Quattro lors d'une conférence de presse. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les protagonistes du conflit immobilier et environnemental qui secoue le canton de Vaud se sont expliqué les uns après les autres dans les médias: le promoteur Bernard Nicod, son allié Fabien Dunand, ancien rédacteur en chef de 24 heures qui avait envoyé des dénonciations anonymes, puis l’entrepreneur de Bioley-Orjulaz Avni Orllati. Au tour de la conseillère d’État Jacqueline de Quattro, accusée de favoritisme envers le groupe Orllati.

Fabien Dunand a demandé, dans une lettre postée le 1er décembre, que Jacqueline de Quattro soit dessaisie du dossier Orllati. La présidente de l’Exécutif cantonal, Nuria Gorrite, ne s’est pas déplacée face aux médias jeudi, mais elle a signé la réponse écrite, négative: «Vos griefs ne résistent pas à l’analyse», affirme-t-elle. La cheffe du Département du territoire et de l’environnement (DTE) a dû remettre en urgence un rapport à ses collègues. «Nous refusons d’être les otages du conflit qui oppose Bernard Nicod à Avni Orllati», lance-t-elle. Elle rappelle qu’elle a déposé une plainte pénale pour calomnie et diffamation contre le «corbeau». Elle s’explique point par point.

«Pas de collusion»

Le nom de Marc Comina, conseiller en communication d’Orllati, est au centre de l’accusation de «conflit d’intérêts» portée contre Jacqueline de Quattro. «Je le vois régulièrement, nous allons parfois manger ensemble. Mais il n’a jamais reçu d’argent de ma part», affirme-t-elle. Marc Comina a aidé la candidate de Quattro lors de l’élection au Conseil d’État en 2006, «à titre de militant du PLR». L’État de Vaud l’a mandaté à deux reprises: au sujet de la police cantonale coordonnée (deux mandats de 15 000 fr.) et en lien avec une loi sur l’énergie (2268 fr.).

Dénonciation «sérieuse»

Le 15 juillet 2016, Jacqueline de Quattro a dénoncé à la justice le groupe Orllati, soupçonné de pratiques illicites, notamment dans sa décharge de Bioley-Orjulaz. Elle a pris cette décision après avoir reçu trois entrepreneurs. Lesquels? Elle ne le dit pas mais on sait qu’Orllati a déposé une plainte contre Bernard Nicod, Sotrag et Marti. La dénonciation pénale, remise aux médias, évoque une «pollution très importante et bien organisée» ainsi qu’un «climat malsain, fait de pressions, menaces et secrets, autour de l’activité du groupe Orllati». «J’étais sûre que quelque chose allait sortir de l’enquête. J’ai été surprise en bien car je n’aime pas les pollutions», affirme Jacqueline de Quattro. De fait, le procureur Christian Buffat a classé l’affaire.

Éloge critiqué

Fabien Dunand reproche à Jacqueline de Quattro d’avoir fait l’éloge des frères Orllati, le 19 juin 2017, sur le chantier des Cèdres, à Chavannes-près-Renens. Selon lui, ils étaient sous enquête pénale. Pour le Conseil d’État, il n’y a pas de problème: le procureur avait classé au mois de mai l’affaire des déchets non conformes dans la décharge de Bioley-Orjulaz. Mais l’ordonnance de classement n’est pas exécutoire puisqu’elle fait encore l’objet d’un recours. «L’enquête pénale était close», insiste le chancelier Vincent Grandjean. Il reste que le Tribunal fédéral peut ordonner à la justice vaudoise d’investiguer de nouveau. Une perspective jugée «peu probable» par le Conseil d’État.

Trous assez profonds?

Le procureur ne précise pas à quelle profondeur il a fait creuser à Bioley-Orjulaz. On sait qu’il a renoncé à chercher d’anciennes pistes bétonnées qui se trouveraient à 20 ou 25 mètres sous terre. Il a aussi refusé de détruire une dalle en béton épaisse de 40 cm qui recouvrirait des déchets illégaux. Il a trouvé des traces de matériaux non autorisés à un mètre de profondeur, mais dans une «faible ampleur». Avni Orllati évoque des trous de «plusieurs mètres». Est-ce juste? Selon un spécialiste de l’État de Vaud, «la pelle mécanique engagée a remué un volume suffisant, et au-delà d’un mètre de profondeur, en vue d’une analyse sérieuse».

Une décharge et des oiseaux

Une convention autorisant Orllati à utiliser provisoirement une parcelle de l’État, destinée à la protection d’oiseaux à Bioley-Orjulaz, les gravelots, fait l’objet de critiques. Le document a été remis aux médias. Il précise qu’Orllati peut exercer ses activités de décharge de matériaux pierreux pendant la période non écologique, de septembre à mars. À l’horizon 2020, les gravelots, qui aiment les gravières, deviendront les maîtres des lieux. Pour l’État, il s’agit d’une contre-prestation: le Canton «prête» le terrain à Orllati qui lui donne forme en vue de la protection naturelle. L’opération ne peut être chiffrée financièrement mais l’État assure que ce genre d’accord est courant. (24 heures)

Créé: 07.12.2017, 21h03

Articles en relation

Orllati: des centaines de trajets en camion seront évités

Affaire Orlatti-Nicod C'est la mise en service d’une plate-forme de valorisation de terres polluées qui permettra de réduire les trajets en camion. Plus...

Avni Orllati: «Bernard Nicod a perdu la tête»

Affaire Nicod-Orllati L'entrepreneur, en conflit avec Bernard Nicod et au centre de critiques au vitriol, sort de sa réserve. Il répond aux accusations du promoteur et de son allié le «corbeau». Plus...

Inauguration sous haute tension chez Orllati

Bioley-Orjulaz Une installation de lavage des terres polluées sera dévoilée mercredi soir. Elle se trouvait au centre de dénonciations anonymes. Plus...

Nouveau témoin dans l’affaire Nicod-Orllati

Justice Un chauffeur poids lourd veut faire rouvrir l’enquête contre le promoteur de Bioley-Orjulaz. Plus...

La personnalité derrière le personnage du corbeau

Affaire Nicod-Orllati Qui est vraiment Fabien Dunand l’auteur des lettres anonymes qui lui valent de gros ennuis judiciaires? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Johnny monument national. (Paru le 9 décembre)
(Image: Vallott) Plus...