Les jardiniers des nantis fêtent 100 ans de solidarité

AssociationCréée en 1920, la Société des jardiniers de maisons bourgeoises est une mine d’anecdotes sur un métier qui a bien changé. Elle se réunit dimanche à Prilly.

C'est au parc de Valency que Gaston Solliard a commencé.

C'est au parc de Valency que Gaston Solliard a commencé. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À lui seul, son nom est tout un poème. La Société vaudoises des jardiniers de maisons bourgeoises fête ses 100 ans ce dimanche. Ce sera à la grande salle de Prilly, et pour l’occasion 140 personnes sont déjà inscrites. Au programme, il y aura un déjeuner en musique, une tombola, sans oublier le discours annuel du président de l’association. Gaston Solliard, 88 ans, occupe cette fonction depuis quarante-cinq ans. Autant dire qu’il a des choses à raconter sur un métier qui a bien évolué en un siècle: celui de jardinier auprès des nantis.

«La société a été fondée en 1920 quand un jardinier de Renens est décédé. La famille n’avait pas d’argent pour les obsèques, au point de devoir se tourner vers l’Armée du Salut. C’est comme ça qu’est venue l’idée de créer une caisse de décès.»

À l’époque, explique Gaston Solliard, ceux qui entretenaient les jardins des avocats, des médecins et des châtelains étaient souvent nourris et logés, mais ils ne gagnaient pas grand-chose. «Bien sûr, il y avait les patrons qui se conduisaient bien, et il y avait les autres. Quelqu’un pouvait se faire virer sur-le-champ parce qu’il avait râclé la terre du mauvais côté de l’allée.»

À partir des années 1940 déjà, les jardiniers de grandes maisons privées se sont faits plus rares, et la société s’est ouverte aux employés des communes et des institutions. Gaston Solliard, lui, a travaillé toute sa carrière pour la Ville de Lausanne, mais il a beaucoup œuvré pour placer des jardiniers auprès de grandes familles de la région. «En tant que président, j’ai même été invité en Angleterre par la baronne de Rothschild, se souvient-il. Elle nous avait demandé de trouver des gens pour ses propriétés en Suisse.»

Le respect envers les patrons allait parfois très loin, se souvient-il. «Il est arrivé qu’un jardinier et sa femme partent au beau milieu de leur anniversaire de mariage pour aller chauffer la maison des propriétaires. Ils étaient rentrés de vacances sans prévenir. C’était comme ça.» Gaston Solliard s’est même rendu à Berne pour réclamer des contrats de travail décents pour la profession.

Depuis, les choses ont bien changé. «Il n’y a plus de jardiniers de maisons privées parmi nos membres. Avec le temps, en plus des employés communaux, la société s’est ouverte aux femmes et même à tout ceux qui ont un balcon fleuri. Il a fallu trouver du monde!» Des membres qui se réunissent aujourd’hui essentiellement pour partager un bon moment.

Créé: 21.02.2020, 17h05

Informations

Dimanche 23 février à la grande salle de Prilly dès 11h30. Inscription obligatoire au 079 385 80 79.

Articles en relation

Un potager géant pour les jardiniers de Prangins

Écologie Une association propose des jardins cultivés avec l’aide de professionnels sur une parcelle de deux hectares et demi. Plus...

«Les espaces se réinventeront toujours»

Jardins Le jardinier-paysagiste français Gilles Clément partagera son amour pour une nature créative, le 27 août à Lausanne Plus...

Promotion canopée pour le Jardin botanique

Lausanne Il aura fallu 25 ans, mais la nouvelle serre, toute de verre et d’acier abrite désormais les plantes carnivores et tropicales. Plus...

[Vidéo] Les arbres sont les climatiseurs des villes

Canicule En quoi le réchauffement climatique impacte-t-il les parcs et jardins des villes? Réponse avec Christophe Leuthold, l'un des protagonistes de l'émission de la RTS "Monsieur Jardinier". Plus...

A mi-chemin, comment va Lausanne Jardins?

Bilan Les œuvres ont eu deux mois pour se déployer. Coup de fil à la commissaire, Monique Keller, et palmarès. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.