Jean-Pascal Delamuraz est le plus grand des Vaudois

PalmarèsAu terme d'un procès plus «faux» que nature, un jury de 12 lecteurs de 24heures a désigné l'ancien conseiller fédéral comme plus grand Vaudois des 250 dernières années. Récit d'une audience pour rire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bonne humeur mais sérieux tout de même, jeudi soir à la grande salle d'audience du Palais de justice de Montbenon. Car si dans les rangs bien garnis du public, sourires voire rires étaient de mise, c'est avec la mine on ne peut plus sérieuse que sont entrés Jean-Daniel Martin, président du Tribunal d'arrondissement de Lausanne, ses douze jurés désignés au sein du cercle des lecteurs de 24heures, et le procureur général du canton de Vaud Eric Cottier.

Sur le banc des accusés: les quatre finalistes de notre grande opération visant à désigner le plus grand Vaudois des 250 dernières années. Faisaient ainsi face à la Cour, joués par des comédiens, le général Henri Guisan, la première conseillère nationale vaudoise Gertrude Girard-Montet, le père de Paléo Daniel Rossellat et l'ancien conseiller fédéral Jean-Pascal Delamuraz. Quant à leurs avocats, ils n'avaient eux rien de factice, puisque tous sont inscrits au barreau.

«Aucun ne mérite cet honneur»
Durant près d'une heure et demie, procureur puis avocats ont usé de tout leur verbe pour convaincre juge et jurés, pour les seconds, que leur client était LE plus grand. Pour le premier, c'était plus aisé, il n'en était pas un pour rattraper l'autre. Dans un réquisitoire aussi brillant qu'appuyé, Eric Cottier s'adresse aux jurés: «Aucun des quatre rescapés qui comparaissent devant vous ne mérite l’honneur qu’on voudrait vous contraindre à lui décerner. Mais rassurez-vous. Les quatre derniers éliminés n’étaient pas de meilleure trempe.»

Et de s'appliquer à démolir chacun des nominés. Jean-Pascal Delamuraz? Comment donc un tribunal si austère pourrait-il porter au plus haut sommet «un fêtard», fier membre des «pirates d'Ouchy et le plus brillant des brigands du Jorat»?

A ses yeux, Gertrude Girard-Montet ne devrait même pas figurer sur la liste, «puisqu'il s'agit d'élire LE plus grand des Vaudois». Un évident vice de procédure estime alors Eric Cottier.

Poursuivant sur le général Guisan, «adoubé par les Bourbines en 1932 avant d'être acclamé par les Genevois en 2011 (ndlr: il avait été élu Romand du siècle sur la TSR)», il ne trouvera pas plus de qualités au général qu'à Daniel Rossellat. «Je ne sais pas si vous êtes passés en voiture sur l’autoroute pendant son festival mais ça ne sent pas le Chasselas.»

Et à la fin, c'est Delamu qui gagne
Suivent quatre plaidoiries (Me Christian Dénériaz pour Delamuraz, Me Sandrine Osojnak pour Girard-Montet, Me Christian Favre pour Guisan et Me Leila Roussianos pour Rossellat) jouant délicieusement de mauvaise foi, attaquant l'adversaire avec finesse et ne manquant jamais rien d'adresser une pique bien sentie au ministère public.

Et, enfin, le verdict. Près de deux heures de suspense et quelques mots du président Martin: «Il a su, par ses qualités d’être humain, rallier la cause des Lausannois, des Vaudois puis des Suisses. C’est un choix de l’ouverture, d’un personnage qui a abattu un certain nombre de frontières.» Jean-Pascal Delamuraz, fils d'un honnête garagiste de Paudex, est depuis jeudi soir le plus grand des Vaudois. Des 250 dernières années, certes, mais c'est déjà pas mal.

Créé: 29.06.2012, 19h58

Dossiers

Jean-Pascal Delamuraz en dates

1er avril 1936 Naissance à Vevey
1964 Adjoint au directeur administratif de l'expo nationale de Lausanne
1965 Secrétaire permanent du Parti radical vaudois, il fait ses premiers pas au Conseil communal de Lausanne.
1970 Elu à la Municipalité, il prend en charge les travaux publics.
1974 Elu syndic
1975 Elu au Conseil national
1981 Elu au Conseil d'Etat, il dirige le département de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce.
7 décembre 1983 Elu au Conseil fédéral pour remplacer un autre Vaudois, Georges-André Chevallaz, il prendra la tête des départements de la Défense (jusqu'en 1984), puis de l'Economie.
1989 Président de la Confédération pour la première fois.
6 décembre 1992 La Suisse dit non à l'Europe au terme de ce qu'il qualifiera de «journée noire».
1996 Seconde année de présidence de la Confédération.
31 mars 1998 Dernier jour au Conseil fédéral. Il sera remplacé par Pascal Couchepin.
Le 4 octobre 1998, à 62 ans, Jean-Pascal Delamuraz décède d'un cancer dans sa ville de Lausanne. 200'000 Vaudois suivent ses obsèques.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.