Passer au contenu principal

Les jets militaires épargnent les éoliennes de Provence

L'armée a revu à la baisse son périmètre d'exclusion pour les rotors géants autour de l'aérodrome de Payerne. Le futur parc de Provence n'est plus en zone rouge.

L'aérodrome de Payerne, principale base des Forces aériennes suisses - ici des F/A-18 en vol - pose des restrictions pour les éoliennes dans un rayon de 20 kilomètres.
L'aérodrome de Payerne, principale base des Forces aériennes suisses - ici des F/A-18 en vol - pose des restrictions pour les éoliennes dans un rayon de 20 kilomètres.
Keystone

Les jets de chasse de l'armée suisse n'abattront pas les futures éoliennes de Provence, dans le Jura vaudois. C'est ce qui ressort d'une étude publiée jeudi par le Département de la défense (DDPS). Le plan fixe une nouvelle zone «d'exclusion» pour les éoliennes allant jusqu'à vingt kilomètres autour de l'aérodrome de Payerne.

Une première version de cette étude, publiée le 9 décembre 2016, englobait une partie du Jura vaudois et plaçait le futur parc éolien de Provence en «zone d'exclusion». «De nombreuses discussions ont eu lieu avec les cantons et les investisseurs concernés et des analyses plus détaillées ont été réalisées», explique le DDPS. Le projet Provence, piloté par Romande Energie et ewz (service d'électricité de la ville de Zurich) comprenait 17 mâts d'éoliennes dans sa version initiale. Le dossier préalable du plan d'affectation a été déposé en mars pour examen auprès des services cantonaux.

Promoteurs prudents

Romande Energie se garde à ce stade de tout triomphalisme. «Les discussions sont toujours en cours et une séance est encore agendée avec le DDPS pour partager les analyses et échanger sur les éventuelles contraintes d’exploitation du parc», explique la compagnie électrique.

«Compromis des deux côtés»

La réduction de la «zone d'exclusion» ne signifie pas que l'entraînement des F/A-18 autour de la piste de Payerne ou de la zone d'entraînement de Forel (FR) sera réduit, indique Berne. «L'étude présentée en décembre avait été faite par des spécialistes, c'était une base de travail, indique Karin Suini, porte-parole du DDPS. Nous nous étions engagés à ouvrir des discussions et il était entendu que des compromis seraient faits des deux côtés.»

L'étude présentée en décembre avait surpris les promoteurs d'éoliennes et fâché les cantons, qui s'estimaient pris au dépourvu. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro avait qualifié de «catastrophiques» les «messages contradictoires» venant de Berne.

D'autres parcs encore touchés

Même réduite, la zone rouge touche encore d'autres projets de parcs, tels que Tous-Vents, dans le Nord vaudois, et Vaud-Air, dans la Broye. Quant à la zone de réserve (où des analyses se révèlent nécessaires sur les interactions entre les radars et les éoliennes) elle n'a pas changé et couvre toujours une partie du Canton.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.