Au jeu des chaises musicales, l’UDC espère un renouveau grâce à Parmelin

Election au Conseil fédéralL’élection du ministre ponctue une série de rocades au sein du parti. L’UDC Vaud y voit un gage de sérieux

Image: PHIL FORNEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Autant l’été fut pourri, autant l’automne aura été tourbillonnant pour l’UDC Vaud, même si elle n’a pas gagné de siège aux élections. En deux mois, les prises de galons se sont succédé, avec en point d’orgue le sacre de Guy Parmelin au Conseil fédéral, qui sera célébré aujourd’hui à Nyon. Entre trois nouveaux à Berne, le départ de la présidente et les ambitions personnelles pour les élections cantonales de 2017, le parti espère faire fructifier le succès de Guy Parmelin après des années de guerres intestines. Le président du parti suisse, Toni Brunner, imagine une hausse de 4% en Suisse romande («24 heures» de lundi).

Les rocades

Mais qu’est-ce qui change concrètement à l’interne de l’UDC? Guy Parmelin cédera sa place à la députée Alice Glauser, qui a déjà siégé à Berne de 2007 à 2011. A côté, les députés Jacques Nicolet et Michaël Buffat viennent de faire leur entrée au Conseil national. A moyen terme, si l’un d’eux est élu au gouvernement vaudois en 2017, il devra aussi céder son siège. Conséquence: une nouvelle rocade (voir infographie).

En parallèle, le parti voit débarquer trois nouveaux élus au Grand Conseil pour y remplacer les trois nouveaux élus fédéraux. Sans compter que le groupe UDC connaît un nouveau chef: Philippe Jobin. Enfin, le parti connaîtra un nouveau président en janvier (probablement Jacques Nicolet) et un nouveau vice-président.

Le message de «crédibilité»

Avoir un conseiller fédéral, c’est un gage de sérieux, selon les pontes du parti. Sous-entendu: la droite devra compter avec l’UDC – qui compte 27 sièges au Grand Conseil – pour reconquérir la majorité au Conseil d’Etat en 2017. «L’élection de Guy Parmelin nous donne de la crédibilité, tant vis-à-vis de l’UDC Suisse que des autres partis, commente Michaël Buffat. Cela prouve que nous ne sommes pas tombés du ciel et que nous avons une véritable assise.»

Message similaire du secrétaire général, Kevin Grangier, qui parle de «respectabilité»: l’élection de Guy Parmelin et celle du PLR Olivier Français au Conseil des Etats sont dues à un soutien réciproque: «Ce sont deux victoires pour deux partis qui entendent travailler ensemble.»

L’analyse diffère légèrement du côté du PLR: avec ou sans Parmelin, l’UDC est de toute façon un partenaire crédible avant 2017. «Guy Parmelin a toujours été un leader dans son parti, mais l’image d’une formation politique ne dépend pas d’une seule personne», commente Frédéric Borloz, président du PLR vaudois et conseiller national.

Le message de paix interne

Ce message, il faut aussi l’entendre à l’interne, pour transformer l’élection en dynamique positive. C’est le moment de serrer les rangs, selon Philippe Jobin, qui voit une occasion de «redorer le blason» de l’UDC: «J’espère que le parti va pouvoir se fédérer, pour autant que chacun y mette de la bonne volonté. Nous devons passer à une étape supérieure. Nous avons d’autres choses à faire que des discussions de bistrot.»

Le profil de l’élu vigneron est aussi un message dans la guerre entre UDC des villes et UDC des champs. «Certains citadins pensent que nous sommes une génération dépassée, note Alice Glauser, elle aussi agricultrice. Notre tour n’est pas passé et nous devons travailler tous ensemble.»

Les doutes de la gauche

Les partis de gauche doutent que l’élection de Guy Parmelin impacte son parti. «La question est de savoir si l’UDC va continuer de suivre les sirènes de Zurich ou non. Les déclarations au Grand Conseil ne donnent pas l’impression d’une inflexion», note le président du PS, Stéphane Montangero. Le chef des députés Verts, Vassilis Venizelos, est plus frontal: «L’UDC demeure alignée sur les positions blochériennes du parti suisse. Ce parti n’est pas un partenaire fiable. Ses députés retournent leurs vestes selon les sujets.»

Créé: 16.12.2015, 19h29

Articles en relation

Kevin Grangier, artisan de la victoire

Election au Conseil fédéral Le secrétaire général de l’UDC Vaud fait partie du team qui a mené Guy Parmelin à la victoire. Elevé à l’UDC Suisse, le trentenaire imprime sa marque au parti vaudois. Plus...

La longue journée des nouveaux élus vaudois à Berne

Rentrée politique Six des vingt élus sous la Coupole ont officiellement découvert le Palais fédéral. 24 heures les a suivis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.