Passer au contenu principal

Haïti et Thaïlande: ces pays qui détonnent aux JOJ

Même si aucun flocon ne tombe jamais dans leur pays, certaines délégations ont envoyé des athlètes sur les pistes.

D'origine haïtienne, Mackenson Florindo, 17 ans, a grandi dans la région de Grenoble en France. Interview de Jean-Pierre Roy, président de la Fédération haïtienne de ski.

«Donner une image positive du pays.» Au pied de la piste du slalom géant des Diablerets, Jean-Pierre Roy, président de la Fédération haïtienne de ski, attend impatiemment la descente de Mackenson Florindo, 17 ans. Ce dernier est l'unique mais aussi le premier athlète d'une édition hivernale des Jeux olympiques à représenter la petite île des Caraïbes.

Bref, dans l'aire d'arrivée, beaucoup s'attendent sûrement à assister à un remake du film «Rasta Rockett», un film s'inspirant de la participation de la Jamaïque aux épreuves de bobsleigh lors des Jeux olympiques d'hiver de 1988 à Calgary au Canada. Il n'en est rien. En déboulant au bas de la piste casque vissé sur la tête et combinaison de ski juste au corps, Mackenson Florindo surprend en effet par sa maîtrise de la glisse. «Si vous voulez tout savoir, notre skieur fait en fait partie de la diaspora haïtienne de France, révèle tout sourire Jean-Pierre Roy. Il a grandi dans les montagnes de Grenoble avec sa famille d'adoption et pratique le ski depuis tout petit.»

Certes avec une 51e place, il n'a de loin pas terminé sur le podium. Mais le jeune athlète d'origine haïtienne n'a pas manqué de faire la fierté de sa délégation. Comme d'autres nations sans montagnes ou sans neige, Haïti entend en effet profiter des JOJ pour s'offrir une visibilité internationale et positive. «Au-delà de tous les problèmes qu'Haïti peut rencontrer actuellement, nous voulons montrer que nous sommes toujours là. C'est tout le pays qui est fier», lance Jean-Pierre Roy.

Une délégation thaïlandaise

Autres pays à entrer dans la grande arène des JOJ cette année: l'Albanie, l’Azerbaïdjan, la Corée du Nord, l'Équateur, le Kosovo, le Qatar, Singapour, la Thaïlande, Trinité-et-Tobago et le Turkménistan. Parmi le public des Diablerets, on retrouve justement une jeune skieuse thaïlandaise. Nichakan Chinupun, c'est son nom, n'avait encore jamais vu la neige il y a encore un an. Elle s'est entraînée un an durant en Italie pour se préparer aux épreuves de ski alpin aux Diablerets. Une formation qui a payé puisqu'elle a terminé 37e sur 78 dimanche lors du slalom géant féminin.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.