Un joker fédéral pour renforcer la direction du CHUV

SantéOliver Peters revient après trois ans passés au chevet de l'assurance maladie. Cet homme à poigne respecté et redouté sera-t-il le futur directeur général du mammouth?

Oliver Peters sera de retour à la direction du CHUV trois ans après l’avoir quittée pour étoffer sa carrière à Berne.

Oliver Peters sera de retour à la direction du CHUV trois ans après l’avoir quittée pour étoffer sa carrière à Berne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le CHUV traverse une phase difficile. Depuis juin 2008 et l’arrivée à sa tête du professeur Pierre-François Leyvraz, des investissements portant sur un total de 700 millions de francs ont été engagés pour reconfigurer l’hôpital universitaire vaudois. L’ampleur des travaux en cours et à venir pour réaliser le Plan stratégique 2014-2018 nécessite des forces supplémentaires au sein de la direction. Le directeur général a ressenti le besoin de réorganiser et renforcer son équipe. Il a reçu le plein soutien du conseiller d’Etat de tutelle, Pierre-Yves Maillard, à la condition que la direction fonctionne à budget constant.

Succession en 2019

Une année et demie de réflexion a précédé les décisions annoncées hier par le Conseil d’Etat. La première, qui en a surpris plus d’un dans l’hôpital, est la prolongation de deux ans du mandat de Pierre-François Leyvraz. Le directeur général a atteint l’âge de la retraite en décembre 2014. Il avait déjà obtenu le droit de jouer les prolongations jusqu’en 2017. Il ajoute encore deux ans et sa succession interviendra à fin 2019. «J’ai l’énergie pour concrétiser la mutation du CHUV en un hôpital tertiaire du XXIe siècle. Nous sommes à mi-chemin et je suis heureux d’obtenir la confiance pour achever le chantier.»

La modernisation des fonctions cliniques du CHUV liées aux nouvelles infrastructures (hôpital de l’enfance, bâtiment pour l’oncologie, hôtel des patients, etc.) pose des défis nouveaux et réclame une organisation plus efficiente, explique le directeur général. Il a recruté une bonne connaissance du CHUV: Oliver Peters. Pendant cinq ans, de 2007 à 2013, ce manager de la santé au parcours atypique a assumé avec autorité la direction financière et administrative du paquebot CHUV – 1,6 milliard pour 10 400 collaborateurs en 2015. Puis il est parti à Berne, comme vice-directeur de l’Office fédéral de la santé publique. Il revient avec un nouveau cahier des charges d’adjoint du directeur général. Dès janvier 2017, il aura des missions d’organisation opérationnelle et de développement de l’efficience clinique à l’intérieur de l’hôpital. Pierre-François Leyvraz se concentrera sur des tâches stratégiques et il reprend la direction médicale au professeur Jean-Blaise Wasserfallen. Ce dernier lui apportera des soutiens ciblés mais il est écarté de la direction qui reste composée de huit membres.

Un excellent connaisseur de l’institution

Plusieurs médecins cadres saluaient hier le retour d’un homme à poigne, hors norme, excellent connaisseur, en profondeur, de l’institution. Oliver Peters est respecté pour sa grande intelligence et son «efficacité diabolique», comme le dit un cadre. Il est aussi redouté pour ses exigences élevées et sa capacité à imposer des choix clairs et à les assumer.

C’est cousu de fil blanc, Oliver Peters sera le prochain directeur général du CHUV, commentaient hier plusieurs médecins cadres. «Ce n’est pas acquis: trois ans, c’est un peu long pour considérer qu’il s’agit d’une période de transition», analysaient d’autres. Pierre-Yves Maillard assure que rien n’est décidé: «Le délai de trois ans permettra de bien peser les avantages et les inconvénients des deux modèles: un patron médecin secondé par un solide gestionnaire ou l’inverse, comme c’est le cas ailleurs qu’au CHUV.»

Créé: 22.08.2016, 22h28

«C’est un privilège de revenir au CHUV»

Oliver Peters n’a jamais caché le plaisir que lui avaient procuré ses cinq années à la direction financière du CHUV. Son recrutement par le conseiller fédéral Alain Berset pour piloter l’assurance-maladie et la faire évoluer vers une meilleure maîtrise des coûts et l’incitation à la qualité des soins avait été salué comme un joli coup du conseiller fédéral socialiste. Le vice-directeur de l’Office fédéral de la santé publique s’explique sur son retour à Lausanne.

Pourquoi rejoignez-vous la direction du CHUV?

On m’a proposé un poste magnifique. Je suis toujours resté très attaché au CHUV avec sa mission de conjuguer l’excellence clinique avec l’approche globale du patient. Je connais les projets en cours et l’équipe pour les concrétiser. Je vois la possibilité de réaliser des projets médicaux qui auront des effets directs sur une grande population. J’aime faire avancer les choses et au CHUV je serai dans une position qui le permet.

La croissance des moyens du CHUV a été importante ces dernières années, mais il semble bien que ce soit terminé…

Le CHUV traverse une période pas facile, avec un cumul de projets à réaliser en même temps et qui vont changer durablement le visage de l’hôpital. Cela demande une organisation très efficiente et on vient me chercher pour y contribuer. C’est un privilège de devenir un acteur de cette évolution de l’institution qui sera marquante.

Certains vous voient déjà comme le futur directeur général de l’hôpital. C’est votre ambition?

La succession de M. Leyvraz sera ouverte dans trois ans. J’ai toujours pensé que c’était important d’avoir un médecin à la tête du CHUV à condition qu’il soit bien soutenu pour toute une série de tâches. L’autre scénario est d’inverser ce binôme. Mon arrivée ouvre le jeu et rend possible les deux scénarios. Chacun a des avantages et des inconvénients.

Ces trois ans au chevet de l’assurance-maladie ont-ils généré beaucoup de frustrations pour que vous quittiez déjà la Berne fédérale?

Depuis les dernières élections, on sent que le climat politique a changé. C’est plus difficile d’avancer, mais tout n’est pas bloqué. La loi sur la surveillance des caisses maladie a évolué dans le bon sens, des corrections pour le prix des médicaments ont été engrangées.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...