La justice désavoue l’UDC dans l’affaire Voiblet

PolitiqueLe tribunal confirme l’exclusion de Claude-Alain Voiblet par l’UDC Vaud en 2016. Mais déclare nulle la mise à l’écart de quatre autres exclus.

En 2016, l'UDC avait exclu Claude-Alain Voiblet. La procédure a été validée par la justice, car il a pu être entendu avec son exclusion.

En 2016, l'UDC avait exclu Claude-Alain Voiblet. La procédure a été validée par la justice, car il a pu être entendu avec son exclusion. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En 2015, pendant la campagne des élections fédérales, Claude-Alain Voiblet avait peinturluré des affiches de son propre parti. En réaction, l’UDC Vaud décidait de l’exclure en avril 2016. Et fin juin, plusieurs de ses alliés étaient aussi mis à la porte du parti pour avoir créé le Parti libéral-conservateur (PLC).

Rebondissement ce mardi matin devant le Tribunal d’arrondissement de Lausanne. La justice a partiellement donné raison aux exclus qui avaient fait recours contre leurs mises à l’écart. Si l’exclusion de Claude-Alain Voiblet est bel et bien confirmée (car conforme au droit), celle de ses quatre alliés est déclarée nulle. Parmi eux, on compte trois conseillers communaux lausannois, dont Philipp Stauber et Valentin Christe.

«L’exclusion des membres d’une association, d’un parti en l’occurrence, doit suivre une certaine procédure et des garanties existent dans le droit fédéral», explique Philipp Stauber, confirmant une information du site 20minutes.ch. «En ce qui nous concerne, notre exclusion a été décidée après une motion d’ordre lors d’un congrès du parti, sans que nous puissions nous défendre.»

La décision de justice n’est pas une surprise. Ce fameux soir de juin 2016, certaines éminences du parti avaient déjà pronostiqué ce résultat. C’était le cas par exemple d’André Bugnon, l’ancien conseiller national, qui avait appelé ses collègues à la prudence. En vain.

«Le cœur de notre démarche, c’est moins nos exclusions en tant que personnes, mais l’exclusion des sections UDC de la ville de Lausanne et du district de Lausanne, ajoute Philipp Stauber. Sur ce plan-là, le tribunal devrait se décider d’ici à la fin de l’année.» L’affaire se complique. Car dans le sillage de l’affaire Voiblet, l’UDC Vaud avait exclu ses sections UDC Ville de Lausanne et UDC District de Lausanne, dirigées par Claude-Alain Voiblet et ses proches. Pour Philipp Stauber, ces décisions doivent être déclarées nulles également.

Du côté de l’UDC Vaud, on prend acte de la décision de justice de mardi et le parti exclurait a priori de faire recours. La direction retient qu’on lui a donné raison sur la procédure d’exclusion de Claude-Alain Voiblet. «Nous sommes satisfaits et soulagés», explique Kevin Crausaz, le secrétaire général de l’UDC Vaud. Concernant les autres recourants, une nouvelle procédure d’exclusion pourrait être mise en route, pour satisfaire aux conditions légales. (24 heures)

Créé: 11.09.2018, 17h17

Articles en relation

Le Grand Conseil liquide la candidature des dissidents UDC

Politique Les députés ont validé mardi la liste officielle de l'UDC Lausanne pour le Grand Conseil. Plus...

Cinq partis se bagarrent autour du label UDC

Politique Cinq organisations se réclament de l’UDC dans et autour de Lausanne. Trois sont proches de Claude-Alain Voiblet, deux du parti cantonal. Les accusations fusent. Plus...

Les dissidents UDC font la nique au parti cantonal

Crise Qu’importent les expulsions, le Parti libéral conservateur veut se présenter aux élections de 2017 tout en se réclamant de l’UDC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.