À Lignerolle, les vaches de Frédéric Petermann éclairent 900 ménages

La Clé des Champs 30/40L’éleveur valorise les déchets de ferme de la région en les transformant en électricité.

Frédéric Petermann transforme 60 tonnes de déchets par jour en biogaz ensuite brûlé pour alimenter un moteur produisant 3 millions de kWh par an, soit la consommation de 900 ménages.

Frédéric Petermann transforme 60 tonnes de déchets par jour en biogaz ensuite brûlé pour alimenter un moteur produisant 3 millions de kWh par an, soit la consommation de 900 ménages. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Vailloud, sur les hauts de Lignerolle, Frédéric Petermann a trouvé la réponse aux détracteurs de l’élevage, ceux qui accusent les producteurs de hâter le réchauffement climatique. L’agriculteur leur donne en partie raison: «Sans dire que je suis écolo, je m’inquiète de cette réalité. L’élevage a un impact écologique, c’est certain. Mais la région compte de nombreux terrains qui ne peuvent pas être cultivés. Le bétail va rester une source de revenus importante.» Et le gruyère AOP le meilleur débouché pour créer de la valeur ajoutée.

Fort de ce constat, le producteur s’efforce depuis plusieurs années de réduire l’empreinte écologique de son exploitation en valorisant les déjections de son bétail sous la forme d’énergies renouvelables. Des mesures en cascade, interconnectées entre elles avec une logique effarante. «Je n’aime pas séparer les choses, sourit l’éleveur. En imaginant ce projet, j’ai voulu prendre en compte ce qui se passait en amont et en aval.» Au bout de cette chaîne, c’est l’équivalent de 800 tonnes de CO2 par an que l’agriculteur est parvenu à économiser.

La visite commence au pied des deux coupoles construites entre 2013 et 2014. Dans cette unité de méthanisation, l’éleveur transforme les déjections bovines en électricité. L’idée lui est venue facilement: «En septembre 2000, nous devions remettre nos installations à jour, mais les coûts étaient très élevés. Pour les rationaliser, nous avons décidé de créer une communauté d’élevage avec trois autres agriculteurs du coin.» Le vaste cheptel ainsi formé – 120 vaches laitières et une centaine de veaux et de génisses – produisait un volume imposant de fumier. Plutôt que de le laisser dormir dans une fosse en attendant de l’épandre sur les cultures des quatre associés, Frédéric Petermann a eu l’idée de le transformer en monnaie sonnante et trébuchante. «Je réfléchissais à la création d’une centrale de méthanisation depuis plusieurs années. En 2013, Romande Énergie a entendu parler de mon projet et m’a contacté.» L’échange aboutit à la création d’une SA à 60% aux mains de Frédéric et de son fils et à 40% aux mains du géant de l’énergie, puis à un investissement de 6 millions de francs.

Régime alimentaire strict

Dans ses deux digesteurs, l’agriculteur transforme chaque jour 60 tonnes de déchets récoltés sur sa ferme, ainsi que chez d’autres producteurs de la région, dans un rayon de 15 km. Des déjections bovines notamment – fumier et lisier, mais aussi des restes de légumes, des poussières de moulin, des céréales impropres à la consommation, les drêches de la brasserie Boxer, des huiles de friture provenant d’une chaîne de fast-food… Le régime alimentaire des bactéries qui se chargent de transformer cette masse en biogaz doit être suivi de près: «Il faut veiller à avoir un bon équilibre entre les différentes matières et un pH stable pour qu’elles puissent survivre.» L’unité tourne vingt-quatre heures sur vingt-quatre et peut être affinée en permanence depuis une salle de contrôle ou un téléphone portable. «Ce suivi est important car un cycle mal maîtrisé peut avoir des conséquences sur la santé des colonies de bactéries.»

Chaque cycle dure deux heures. À la fin de chacun d’eux, on retire 5 tonnes de matière solide transformée du second digesteur et on ajoute 5 tonnes de déchets dans le premier. Le biogaz produit qui s’accumule sous les bâches couvrant les coupoles est ensuite brûlé pour alimenter un moteur qui transforme cette chaleur en électricité: 3 millions de kWh par an, soit l’équivalent de l’énergie consommée par 900 ménages. À titre de comparaison, Lignerolle compte quelque 140 ménages. Le gain est économique, chaque kWh étant revendu 37,5 centimes. Mais il est surtout écologique: «Tout ce biogaz produit, c’est autant de méthane qui ne part pas dans l’atmosphère. En plus, la matière solide qui reste à la fin du processus peut être épandue et sent bien moins fort qu’un fumier qui ne serait pas passé par cette transformation.»

7000 km économisés par an

La chaîne verte ne s’arrête pas ici. Soucieux d’améliorer encore le rendement de ses installations, Frédéric Petermann a relié sa centrale par un réseau de conduites de 7 km environ à quatre fermes voisines, collectant le lisier et réacheminant la matière transformée. «Le fumier peut y être épandu sans l’utilisation de véhicules. À raison de 2,5 km par trajet, on économise 7000 km par an», calcule l’éleveur.

La chaleur récupérée par l’eau de refroidissement des moteurs de la centrale n’est pas non plus perdue: elle est acheminée vers des containers spécialement modifiés par Frédéric Petermann et sert à sécher des céréales, des plaquettes de bois de chauffage ou encore du bois de feu. Et comme l’agriculture aime faire les choses à fond, la chaleur qui subsiste au terme de ce processus est expédiée jusqu’au hameau du Versé pour chauffer sa poignée d’habitations ainsi que la ferme familiale en contrebas. Elle-même couverte de 3000 m2 de panneaux solaires exploités par Romande Énergie.

Créé: 13.08.2019, 09h14

Avec le soutien de



Du lait au kilowatt

En 2000, Frédéric Petermann et trois autres éleveurs de la région ont créé une communauté d’élevage. Soit un cumul de 240 hectares de terrains où poussent blé, seigle, orge, maïs, colza et où paissent 120 vaches laitières en AOP Gruyère et une centaine de veaux et génisses.

Depuis 2013, les déjections de ce cheptel ainsi que d’autres déchets fermiers sont valorisés. La combustion quotidienne de 60 tonnes de déchets (20 tonnes de matières solides tels que fumier, légumes, et 40 tonnes de liquide tel que lisier) permet à Frédéric Petermann de produire 4500 m3 de biogaz. Brûlé, ce gaz fournit 3 millions de kWh par an, soit l’équivalent de l’électricité nécessaire à 900 ménages.

Les épisodes du Jura-Nord vaudois

Le projet «Clé des champs»: Un été à la campagne à la rencontre de nos paysans



29° Du grain au pain à Pomy
À la ferme des Terres Rouges, Caroline et Fabien Thubert-Richardet sont à la fois paysans, meuniers et boulangers. Ils produisent des céréales bios qu’ils transforment en farine dans leur propre moulin et fabriquent du pain à l’ancienne.


19° Les secrets du fromage d’alpage aux Mosses
Blaise Chablaix raconte avec passion la fabrication artisanale du fromage dans son alpage au-dessus des Mosses. Mais aussi les difficultés d’un petit paysan de montage.


30° Méthanisation à Lignerolle
Frédéric Petermann et ses partenaires exploitent une étable de vaches laitières à Lignerolle. L’agriculteur s’est lancé dans la réalisation d’une installation de biogaz intégrant les engrais de ferme de l’étable et d’autres exploitations.


31° Le luthier paysan de Premier
Le maître luthier Hans Martin Bader s’est installé dans une magnifique ferme historique à Premier. Il y conjugue l’exercice de son art et les travaux de la terre.

Articles en relation

Au val Onsernone, un esprit rebelle fait revivre les traditions

La Clé des Champs Dans la verte vallée tessinoise, à bonne distance des projecteurs de Locarno, de jeunes entrepreneurs relancent les activités qui ont nourri leurs ancêtres: la «bonne farine», le vin et le tressage de paille. Plus...

La «farina bóna» tessinoise fait à nouveau tourner le vieux moulin de Vergeletto

La clé des champs 28/40 Ilario Garbani, l’instituteur-meunier, fait recette avec sa «bonne farine» de maïs torréfié. Plus...

Dans la Broye, trois amis d’enfance cultivent la graine des Incas

La clé des champs 27/40 Joël Scheidegger, Laurent Charbon et Stéphane Bütikofer font pousser du quinoa. Plus...

Patient et philosophe, Urs Gfeller croit dur comme fer en sa «forêt comestible»

La clé des champs 26/40 À Sédeilles, dans la Broye, le maraîcher bio mêle arbres fruitiers et herbes aromatiques. Plus...

Chez Thierry Jaccoud, la cueillette du tabac bat son plein au mois d’août

La clé des champs 25/40 Dans cette exploitation familiale, on cultive l’herbe à Nicot depuis trois générations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...