À Premier, Gabrielle Candaux règne sur une pension pour génisses

La clé des champs 32/40À 39 ans, cette mère de deux filles succède à son père à la tête du domaine familial.

Gabrielle Candaux avec quelques-unes de ses pensionnaires.
Images: VANESSA CARDOSO

Gabrielle Candaux avec quelques-unes de ses pensionnaires. Images: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Traditionnellement masculin, le monde agricole est peut-être en train de faire sa révolution grâce à une nouvelle génération de femmes. Dans la ferme familiale de Premier, 200 habitants, au-dessus de Romainmôtier, Gabrielle Candaux, 39 ans, divorcée et mère de deux filles, en fait partie. «Depuis le début de l’année, l’exploitation est à mon nom, c’est moi qui paie les factures et verse un salaire à mon papa. Et plus l’inverse.»

Il était dans l’ordre patriarcal des choses que son frère succède au père. Il a d’ailleurs accompli un apprentissage agricole dans ce but, avant de se désister. C’est donc désormais Gabrielle la patronne. «Vous savez, les écoles d’agriculture sont pleines de femmes. Et j’ai deux cousines à Juriens qui finissent leur apprentissage et vont reprendre l’exploitation des mains de leur père.»

Pourtant, la voie n’était pas toute tracée pour la jeune femme, partie vivre et travailler à Lausanne. «Enfant, j’ai passé beaucoup de temps à l’écurie, beaucoup joué avec le bétail. Mais il me paraissait logique que ce soit mon frère qui reprenne le domaine. Je suis devenue une vraie citadine, je profitais de la vie.»

Un poulain avec la première paie

Des chevaux la forçaient cependant à garder un pied au village. «J’ai toujours fait du cheval. Mes premières paies d’employée m’ont servi à acheter un poulain, qui a fini de grandir à Premier. Je suis donc toujours venue à la maison pour m’en occuper, et donner un coup de main à la ferme de temps en temps.»

La naissance de ses filles a changé la donne. Gabrielle et son mari voulaient qu’elles grandissent à la campagne. «À Premier, dit-elle, il n’y a pas de trafic, tous les enfants apprennent à faire du vélo sur la route.» Un appartement créé dans une grange a accueilli la famille. Un divorce a à nouveau modifié son destin. «Je n’ai pas demandé de pension pour moi, seulement un petit peu pour les filles. Mais il fallait retourner travailler.»

Ce fut l’œuf de Colomb pour le papa, Denis Candaux, arrivé à l’âge de la retraite, qui désespérait d’avoir un successeur et pensait prendre un fermier. «Casse-toi pas la tête, dit-il en substance à sa fille. Ici, on a tout ce qu’il faut.»

Formation accélérée

La jeune mère de famille s’est donc mise au boulot. Elle a suivi les cours de l’école de Grange-Verney, à Moudon, qui propose une formation raccourcie aux enfants d’agriculteurs prenant leur retraite, âgés de plus de 25 ans et possédant déjà un CFC. Une attestation qui permet de devenir «chef d’exploitation», de toucher les paiements directs de la Confédération et qui a autorisé le transfert de la ferme.

«Ç’aurait été très ennuyeux d’arrêter, souligne Denis Candaux. Cette ferme, c’était toute ma vie. Et puis on a le type d’exploitation qui correspond à ce que la population veut. On a fait ce qu’il fallait.» L’activité elle-même est très originale: une pension pour modzons, des génisses appartenant à des agriculteurs de plaine, qui paient un forfait par jour et par tête pour que Gabrielle Candaux et son père s’en occupent. «C’est une toute petite niche, relève la jeune femme, je ne connais pas d’autre ferme où l’on ne fait que ça.»

Car Denis Candaux «a fait ce qu’il fallait». Arrêter les vaches laitières au début des années 2000, construire une nouvelle étable pour loger en stabulation les bêtes, moderniser la grange afin de stocker et sécher le foin pour l’hiver, louer des pâtures pour l’été, remplacer l’usage du glyphosate par l’arrachage des lampés (l’oseille des Alpes, Rumex alpinus) et des chardons, deux vivaces envahissantes, afin d’être certifié bio.

Sur ce terrain, Gabrielle Candaux se fait ardente. «Les gens extérieurs au monde paysan ne se rendent pas compte de la pression que l’on ressent face à l’avenir. Le monde du lait est fragile, c’est inquiétant, mais c’est comme ça depuis tellement longtemps; déjà quand j’étais gamine, mon grand-père et mon père parlaient de ça à table. Mais dès qu’on a un problème de consommation, de nature, les gens disent que c’est la faute du paysan. Au lieu de critiquer, mangez local, voilà mon message!»

On n’est qu’à moitié surpris de découvrir que Gabrielle Candaux a un discours politique, peut-être coloré par son passé d’employée CFF. D’ailleurs, le 14 juin dernier, elle était à Lausanne pour la grève féministe. Dans la joie. «Ma première manif! J’ai vécu ça comme un raz-de-marée. J’ai eu l’impression qu’on était les maîtres du monde, que rien ne pouvait arrêter ce flot humain.» Ses motivations? «Être avec d’autres femmes, avec plein de gens qui pensent comme moi. C’est vrai que dans l’agriculture, on est indépendant, l’égalité salariale est là. Mais lorsque je travaillais aux CFF, j’étais payée 500 francs de moins que mon mari qui faisait le même boulot, alors que j’étais mieux formée et avec plus d’ancienneté.»

Le monde agricole n’est pas macho

Avec ses filles Emma, 11 ans, et Mélissa, 9 ans, elles ont beaucoup parlé de patriarcat, des faits de société, du climat, bref, du monde qui les entoure. Mais ce n’est pas tout. «Je suis foncièrement pour un revenu universel. Une femme qui arrête de travailler pour s’occuper de ses enfants doit être payée.» Heureusement, Gabrielle Candaux ne ressent pas le monde agricole comme macho. «Non. Si j’ai un souci, trois coups de téléphone et on vient me donner un coup de main.»

«Je comprends qu’on puisse ne pas avoir d’attrait pour ce métier, enchaîne l’agricultrice. La charge psychologique que représente la reprise d’un domaine, le fait de devoir être là tous les jours, toute l’année, c’est lourd. Car l’important, c’est la constance. J’ai vécu une crise de gros doute, c’était compliqué. Heureusement, papa a toujours été là. Toute seule, je ne sais pas si j’aurais eu la force de continuer.»

Reste qu’aujourd’hui elle se sent bien dans cette vie. «Nous avons une qualité de vie insoupçonnable. Et l’été, on est en vacances. Parce qu’on vit ici.»

Créé: 15.08.2019, 08h54



L'exploitation



Si Gabrielle Candaux n’est pas une fan de tracteur, elle manie avec dextérité la griffe à fourrage.
Photo Vanessa Cardoso (cliquer dans l'image pour agrandir)

Animaux
De 80 à 100 génisses grandissent dans l’exploitation de Gabrielle Candaux. Appartenant à des producteurs de lait de plaine n’ayant pas la place ou le temps de s’en occuper, les animaux y restent deux ans à deux ans et demi. Inséminées, les vaches partent prêtes à vêler.

Nourriture
Les Candaux disposent de pâturages (part en propriété, part en location) au bord du Nozon, près de Premier, ainsi qu’à Mauborget et à Provence, où les génisses passent l’été. L’hiver, elles logent à la ferme, où elles sont nourries du foin récolté en été et stocké dans la grange, avec des bouchons de betteraves en complément.

Cultures
À côté de 20 hectares en prairie permanente, les Candaux en cultivent 20 autres alternativement en blé et en seigle panifiables, ainsi qu’en orge fourrager (avec une rotation en prairie).

Bio
Déjà «IP» (production intégrée) auparavant, l’exploitation des Candaux n’a pas eu de problème à recevoir une certification bio. «On n’utilisait déjà plus d’insecticides ni de pesticides.»

Le projet «Clé des champs»: Un été à la campagne à la rencontre de nos paysans



29° Du grain au pain à Pomy
À la ferme des Terres Rouges, Caroline et Fabien Thubert-Richardet sont à la fois paysans, meuniers et boulangers. Ils produisent des céréales bios qu’ils transforment en farine dans leur propre moulin et fabriquent du pain à l’ancienne.


30° Méthanisation à Lignerolle
Frédéric Petermann et ses partenaires exploitent une étable de vaches laitières à Lignerolle. L’agriculteur s’est lancé dans la réalisation d’une installation de biogaz intégrant les engrais de ferme de l’étable et d’autres exploitations.


31° Le luthier paysan de Premier
Le maître luthier Hans Martin Bader s’est installé dans une magnifique ferme historique à Premier. Il y conjugue l’exercice de son art et les travaux de la terre.


32° Reine de son domaine à Premier
Gabrielle Candaux, 39 ans, divorcée, deux enfants, est depuis le début de l’année seule patronne de l’exploitation familiale à Premier. Particularité: c’est une pension pour génisses.


33° Bergers voyageurs à Vaulion
Colette et Luc Rempe élèvent des brebis et produisent du fromage et de la viande à la bergerie du Petit-Boutavent. Ils s’activent de mars à novembre et voyagent beaucoup. Ils ont notamment enseigné la fabrication du fromage à des femmes du Sultanat d’Oman.


Articles en relation

Dans la Broye, trois amis d’enfance cultivent la graine des Incas

La clé des champs 27/40 Joël Scheidegger, Laurent Charbon et Stéphane Bütikofer font pousser du quinoa. Plus...

La «farina bóna» tessinoise fait à nouveau tourner le vieux moulin de Vergeletto

La clé des champs 28/40 Ilario Garbani, l’instituteur-meunier, fait recette avec sa «bonne farine» de maïs torréfié. Plus...

Au val Onsernone, un esprit rebelle fait revivre les traditions

La Clé des Champs Dans la verte vallée tessinoise, à bonne distance des projecteurs de Locarno, de jeunes entrepreneurs relancent les activités qui ont nourri leurs ancêtres: la «bonne farine», le vin et le tressage de paille. Plus...

Du grain au pain, les paysans-boulangers de Pomy sont au four et au moulin

La Clé des Champs 29/40 La ferme de Caroline et Fabien Thubert-Richardet, un domaine modèle d’agroécologie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...