Passer au contenu principal

À la Bluette, le houblon mène une transition rude mais sans amertume

Fous de biodiversité, les Pillionnel repensent leur ferme autour de la vigne du nord.

Mireille et Gérard au milieu de leur premier hectare de houblon, une culture pérenne puisqu’un plant peut produire une vingtaine d’années. À terme, les époux Pillionnel espèrent déployer la «vigne du Nord» sur quatre hectares. Images: Olivier Vogelsang
Mireille et Gérard au milieu de leur premier hectare de houblon, une culture pérenne puisqu’un plant peut produire une vingtaine d’années. À terme, les époux Pillionnel espèrent déployer la «vigne du Nord» sur quatre hectares. Images: Olivier Vogelsang

Spontané, intuitif, poétique, familial… Quand les Pillionnel racontent leur domaine, le lexique est tout sauf technique. Dans le bruissement des tiges s’élançant du potager à la houblonnière, en passant par le verger, les champs de lentilles ou de sarrasin, vous n’entendrez pas ces sexagénaires parler exploitation, rentabilité ou rigueur. À la Bluette, site enchanteur palpitant de presque trois siècles d’histoire, l’amour de la biodiversité se respire, et cela fleure bon l’harmonie.

Pourtant, ces jeunes grands-parents tirent la langue pour vivre de la terre. Commencé il y a trois ans, leur retour aux racines agricoles a coûté des sous, des encoubles et des déconvenues. Mais rien n’altère le sourire pétillant de Mireille et la ténacité granitique de Gérard: «La passion est le seul moteur de ce cheminement. Ce n’est plus une question de s’enrichir, c’est de vivre bien dans son éthique et dans sa production. On essaie de faire de beaux produits, sains et de bonne qualité, pour des gens qui sont toujours plus attentifs à ça.»

Rembobinons. Le couple, qui a élevé ses trois filles sur les terres familiales à Grandcour, avait fini par tourner le dos à l’agriculture. «Comme tous ceux qui n’ont pas de grandes surfaces, je bossais à 150% avec trois ou quatre jobs à côté. De 2012 à 2016, j’ai complètement arrêté», se remémore Gérard. Mais pour la décoratrice étalagiste amoureuse des végétaux et le paysan dingue de graines, la nature reprend le dessus. «Notre cadre de vie est si beau! En travaillant à l’extérieur tous les deux, on n’avait plus le temps d’en profiter. On s’est dit que c’était le moment de mettre en route notre rêve.»

Première suisse

L’envie initiale est d’ouvrir la Bluette au public en y proposant chambres d’hôtes et activités. Hic: le para-agricole n’est autorisé qu’aux fermes qui produisent. «Vu notre taille, on ne pouvait guère faire que du légume ou des fraises. Puis, une de nos filles nous a parlé du houblon…» En 2016, le domaine devient le premier de Suisse romande à cultiver cette plante, alors que les brasseries artisanales se multiplient dans un pays déjà très brassicole. L’idée? Produire un houblon suisse et bio, denrée rarissime, pour laquelle quelques brasseurs seraient prêts à mettre le prix (lire encadré).

Les Pillionnel se lancent, quitte à passer pour des illuminés au milieu des grandes cultures de la Broye. «Il est difficile de trouver des renseignements sur cette plante, on doit aller à la pêche aux infos pour savoir comment la travailler. Il n’y a pas de références dans notre organisation professionnelle. On voudrait visiter une houblonnière bio en Allemagne, mais le problème, c’est de dégager du temps. Cet été, on est en retard sur tout!»

Car le couple se retrouve seul dans une aventure qui comptait au départ d’autres ramifications et plusieurs associés: «Sans salaire en phase de lancement, on s’essouffle», compatissent-ils. Mireille et Gérard ont bénéficié cet été de la solidarité d’amis pour entretenir la houblonnière. «L’agriculture est un métier de constance et de confiance. Quand on met une graine en terre à l’automne, on croit qu’elle va germer durant l’hiver. Quand on lance un projet durable, on sait que cela va prendre plus de deux ans», philosophe Gérard. «En attendant, on essaie de tourner avec ma petite boutique», souffle Mireille, qui transforme leurs fruits, légumes et graines en conserves, pains, pâtisseries et condiments, vendus sur place. «Nous sommes deux natures confiantes. On fait cela pour du mieux après. On va essayer de créer un outil qui permette à une famille paysanne de vivre. Ensuite, on verra si on peut passer le témoin.»

----------

Domaine de la Bluette

chemin de Chesard 1111543 Grandcourwww.la-bluette.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.