Chez Thierry Jaccoud, la cueillette du tabac bat son plein au mois d’août

La clé des champs 25/40Dans cette exploitation familiale, on cultive l’herbe à Nicot depuis trois générations.

Cultivateur de tabac, Thierry Jaccoud récolte les premières feuilles le matin. (Photo: Olivier Vogelsang)

Cultivateur de tabac, Thierry Jaccoud récolte les premières feuilles le matin. (Photo: Olivier Vogelsang)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une drôle de machine, sur laquelle on travaille assis, en récoltant les feuilles sur deux rangées parallèles – celles du bas étant cueillies en premier. On l’appelle «cortinette», un nom qui sonne mignon, assorti à la douceur et au vert printanier des feuilles de tabac que des mains juvéniles empilent avec application. Au milieu de la verdure, sous un soleil déjà cuisant, les cueilleurs tombent parfois sur une balle de golf échappée du club de Payerne tout proche, et déposée là par un corbeau farceur.

Fils aîné de l’agriculteur Thierry Jaccoud, Damien, 18 ans, travaille aux champs le matin, et à la piscine comme gardien l’après-midi. Pour le gymnasien, qui participe à la cueillette de la production paternelle durant ses vacances, ce sera des études de physique. «Quand ils étaient petits, mes quatre enfants voulaient tous devenir paysans, raconte son père, établi à Vers-chez-Perrin. Mais il faut voir les choses comme elles sont: ils ont meilleur temps d’apprendre un autre métier, quitte à revenir à l’agriculture après. C’est plus sûr pour leur avenir.»

Lundi 22 juillet, au domaine des Jaccoud, c’était le premier jour de la récolte du tabac, qui dure un mois et demi environ. Cette année, les végétaux ne sont «pas tant gros», mais ils continueront à grandir durant la cueillette, explique le paysan, qui a d’autres objets d’inquiétude sur son domaine: le fourrage, qui a souffert du printemps froid, et le maïs, qui ne se développe pas bien à cause de la sécheresse.

Chaleur, humidité et terre légère

Pour s’épanouir, l’herbe a Nicot a besoin de chaleur et d’humidité, et puis d’une terre légère. Sa collecte nécessite du doigté, car «s’il est maltraité, le tabac devient vilain», prévient le paysan. De variété Burley, celui de Thierry Jaccoud sèche ensuite dans un hangar, après avoir été suspendu à des ficelles par le biais d’une seconde machine, inaugurée en 1962, s’il vous plaît. Engourdi par l’hiver, l’appareil peine à redémarrer en ce lundi matin, malgré les gestes appliqués de Camille, 11 ans, qui participe au labeur familial. «On pourrait acheter des machines plus sophistiquées, mais on ne gagnerait pas de temps», assure le paysan.



Les feuilles sont récoltées à l’aide d’une machine appelée «cortinette».


En musique, l’équipe suspendra ensuite les feuilles pour trois semaines ou un mois, le temps que le joli vert tourne au brun avant de partir en fumée. «Durant le séchage, le tabac a besoin d’un taux d’humidité de 80%, explique l’exploitant. Quand il fait chaud, il faut donc l’arroser.» Une fois prêtes, les feuilles seront triées, car toutes ne seront pas propres à la consommation, puis acheminées début octobre vers la SOTA, la Société coopérative pour l’achat du tabac indigène de Payerne.

Pour Thierry Jaccoud, la récolte matinale du tabac a lieu après la traite, et avant la moisson, qui se déroule l’après-midi. À côté de l’herbe à cigarette qui couvre 95 ares, le paysan cultive de la betterave, du maïs, du blé, de l’orge, du colza, ainsi que du fourrage pour son bétail. Quarante hectares au total. Parmi toutes ces cultures, le tabac est celle qui demande le plus de travail, mais qui permet de dégager le chiffre d’affaires le plus important.



Après avoir été suspendues à des ficelles, elles sont mises à sécher dans le hangar.


Outre les «petites mains» engagées durant les vacances, dont ses fils font partie, Thierry Jaccoud peut compter sur l’aide de son père, 74 ans, cultivateur de tabac, comme son père avant lui. «L’hiver, ils allaient encore couper du bois, se souvient l’agriculteur. Moi, j’ai arrêté.» En 2007, après avoir travaillé à la centrale d’achat des tabacs de Payerne, puis dans une cave à la mise en bouteille, l’homme a repris l’exploitation familiale. «On a agrandi, augmenté un peu le bétail.» Aujourd’hui, ce dernier compte 25 têtes. Des vaches qui produisent du lait destiné à l’industrie – un gagne-misère, souligne le paysan.

Attablés sur la terrasse des Jaccoud, qu’une moustiquaire géante protège des mouches, on se sent bien loin de Philip Morris et de la polémique autour du sponsoring du pavillon suisse de Dubaï par le numéro un mondial du tabac. La cigarette? Pas le truc de Thierry Jaccoud, qui répète à ses enfants qu’il est mauvais de fumer. Pas de problèmes de conscience? «Non, les gens sont responsables. Moi, je livre mes feuilles et je ne m’occupe pas de ce qu’il se passe après. Personne ne peut ignorer aujourd’hui que la consommation a un impact sur la santé.»

Réduction des surfaces

Il y a dix ou quinze ans, l’agriculteur a commencé à constater une baisse de la demande, parallèle à la lutte contre la fumée. Mais le véritable impact, qui reste modéré, s’est fait sentir pour lui il y a deux ans. «Swiss Tabac, qui fixe les quantités en fonction du marché, nous a demandé de réduire les surfaces de 5% ainsi que les quantités à l’hectare. Je trouve que c’est mieux que de baisser les prix.»



Après avoir été suspendues à des ficelles, elles sont mises à sécher dans le hangar.


Sur la paysannerie en général, l’exploitant porte un regard plutôt optimiste. «Dans la région de Payerne, on ne peut pas dire que ça va mal. Bien sûr, certaines exploitations ont fermé. Mais celles qui restent sont suffisamment grandes pour que les gens vivent bien.»

Créé: 07.08.2019, 09h50

Avec le soutien de




153 producteurs

Selon Swiss Tabac, organisation faîtière des planteurs de tabac du pays, le canton de Vaud comptabilisait en 2018 quelque 36 planteurs de tabac Burley, la variété la plus cultivée, pour une surface totale de 94 hectares.

Le tabac Virginie, qui tire son nom de l’État américain d’où il provient, n’était, lui, cultivé que par 15 exploitants. La grosse majorité de la production suisse est issue de la région de la Broye. Après Fribourg, Vaud est ainsi le canton qui compte la plus grande surface dévolue à la culture de l’herbe à Nicot.

En Suisse, le tabac est cultivé depuis le XVIIe siècle. Mais le nombre d’exploitants ne cesse de baisser. À son apogée, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la culture du tabac comptait quelque 6000 planteurs en Suisse pour une surface de 1450 hectares.

En 2001, le pays ne dénombrait plus que 357 cultivateurs sur 653 hectares. Ils sont aujourd’hui 153, pour 420 hectares seulement.

La présence en Suisse de gros cigarettiers comme Philip Morris, British American Tobacco et Japan Tobacco assure leur subsistance.

Articles en relation

À la Bluette, le houblon mène une transition rude mais sans amertume

La clé des champs 24/40 Fous de biodiversité, les Pillionnel repensent leur ferme autour de la vigne du nord. Plus...

Le roi broyard de la tomate en a déjà testé plus de 1000 variétés différentes

La clé des champs 23/40 Maraîchers bios depuis 1987 à Salavaux, les Blaser feront la fête à la tomate ce week-end. Plus...

L’asperge, emblème d’une ferme bernoise qui veut contrôler ses prix

La clé des champs 22/40 Le délice printanier est au cœur de la stratégie indépendante de la famille Burren, à Köniz. Plus...

Pierre-Alain Schweizer fait le pari d’une agriculture vraiment nourricière

La clé des champs 21/40 D’année en année, le paysan d’Aigle augmente sa production maraîchère et vante les mérites des anciennes céréales. La Perrole attire les gourmands et les oiseaux. Plus...

Au-dessus de La Forclaz, des patous veillent sur les moutons des Vittoni

La clé des champs 20/40 Les agriculteurs ormonans ont choisi une parade naturelle contre les attaques de loup. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.