Passer au contenu principal

Après 15 ans de combat, les évangéliques auront enfin leur nouvelle église à Lonay

La construction vient de débuter. Les locaux pourraient être mis à disposition de la population.

Le lieu de culte comprendra 200 places. Image d'illustration.
Le lieu de culte comprendra 200 places. Image d'illustration.
Keystone

Cette fois, c’est parti. Dans les tuyaux depuis 2002, le projet de construction d’église évangélique à la route de la Gare à Lonay peut enfin démarrer. «Nous nous sommes longtemps heurtés aux exigences du Canton en matière d’aménagement du territoire, explique Jacques Chollet, membre de l’Église évangélique de Lonay depuis sa création en 1995.

«Pas une secte»

Finalement, après une quinzaine d’années de combat, nous avons obtenu un permis de construire en septembre 2017. Je tiens également à préciser que la Municipalité nous a toujours appuyés, et ce même si beaucoup de gens qui ne nous connaissent pas nous considèrent à tort comme un genre de secte.»

Alors que tous les feux étaient au vert pour débuter le chantier, il a fallu encore trouver les fonds pour financer cette réalisation chiffrée à un peu moins de 4 millions de francs. Une étape de plus qui a été franchie dernièrement. «Les travaux peuvent désormais commencer, poursuit l’ancien député au Grand Conseil vaudois. Nous sommes d’ailleurs allés prier sur le terrain dimanche 13 janvier pour matérialiser cette concrétisation.»

Lieu désacralisé

Sur quatre niveaux, le complexe comportera notamment un parking souterrain, un réfectoire, deux appartements ou des bureaux pour les collaborateurs. Sans oublier une grande salle de 200 places. «Ce lieu servira d’espace de culte, indique le pasteur de la communauté Marc Gallay. Mais notre intention est de mettre nos locaux à disposition de la population pour des concerts, expositions ou autres activités laïques. Dans cette optique, nous ne voulons pas créer un endroit sacralisé. Nous ne souhaitons pas agresser les gens qui viendraient de l’extérieur avec des signes chrétiens. Il y a encore un peu de travail pour convaincre certains, mais pour moi il n’y a même pas besoin d’avoir de croix au mur. On peut très bien en projeter une avec un vidéoprojecteur lors des cultes.» Le pasteur précise simplement ne pas vouloir accueillir de manifestations qui véhiculeraient des valeurs complètement opposées à celles de l’Église.

«Nous ne souhaitons pas agresser les gens qui viendraient de l’extérieur avec des signes chrétiens»

À une époque où les églises se vident, les évangéliques lonaysans prennent donc le pari d’en construire une. Il faut dire qu’ils se sentent un peu à l’étroit dans leurs locaux actuels situés à l’avenue de Morges et dont la capacité s’élève à une centaine de places. «Notre nombre de membres augmente, affirme Marc Gallay. Nous pensons que notre communauté pourrait atteindre à l’avenir les 200 personnes. Si nous arrivons encore à remplir nos lieux de culte, c’est notamment parce que nous sommes moins liés à l’histoire que nos amis des Églises historiques.

Ce qui nous permet, par exemple, de changer la forme des cultes. On y intègre de la musique moderne ou de la vidéo. On a également réussi à conserver les familles dans nos rangs en étant en mesure de proposer un culte de l’enfance dans nos locaux, alors que certains temples ou églises sont trop petits pour le permettre.»

----------

Un centre musulman a ouvert

Ismet Kuçi, imam, et Kastriot Duklini, président de la mosquée. Photo : Vanessa Cardoso
Ismet Kuçi, imam, et Kastriot Duklini, président de la mosquée. Photo : Vanessa Cardoso

Alors qu’une église évangélique sera construite prochainement à Lonay, un centre de prière musulman a ouvert ses portes dans le village il y a quelques mois. Au chemin du Bief, le président et cofondateur du lieu de culte explique la naissance du projet: «Il existait un réel besoin pour un tel endroit dans la région», affirme l’habitant d’Écublens Kastriot Duklini. Et ce malgré la présence du Centre culturel des musulmans de Morges à quelques centaines de mètres, sur le territoire de Préverenges. «Il n’y a aucune différence entre nos pratiques. On a la même direction et le même itinéraire», précise un des imams de Lonay, Ismet Kuçi. Pour l’instant, une vingtaine de personnes viennent régulièrement prier dans la nouvelle structure. «Cela commence gentiment à se faire connaître», soutient le président. La volonté des responsables est de développer le centre dans un esprit d’ouverture. «Ce lieu doit aussi servir à éduquer les gens. Nous ne faisons pas que prier, nous parlons de l’intégration en Suisse ainsi que de vie communautaire et sociale. Notre but est aussi de connaître les autres communautés religieuses des environs. Le dialogue est une richesse», déclare Ismet Kuçi.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.