À 63 ans, "Jonquille" lâche son garage, pas les circuits

TrajectoireChristian Jaquillard, quintuple champion suisse de rallye, vend son garage à Rolle mais continue à faire des courses

Mariés à 19 ans, Christian et Christiane (!) Jaquillard, pilote et copilote, ont fait des courses de rallye automobile pendant 35 ans. Depuis 2011, «Jonquille» roule seul sur les circuits.

Mariés à 19 ans, Christian et Christiane (!) Jaquillard, pilote et copilote, ont fait des courses de rallye automobile pendant 35 ans. Depuis 2011, «Jonquille» roule seul sur les circuits. Image: Dominic Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À l’âge de 5 ans, Christian Jaquillard conduisait déjà la voiture de son grand-père, sur ses genoux. Il en a aujourd’hui 63 et pilote encore des bolides sur les plus beaux circuits d’Europe. Mais ses heures de gloire, celui qu’on surnomme «Jonquille» les a connues à deux, avec son épouse Christiane. Le couple a fait les gros titres de la rubrique automobile durant des années, à une époque où il était rare de voir une femme copilote. «Je ne voulais pas rester au bord de la route à me faire du souci», explique cette intrépide épouse.

Christian et Christiane Jaquillard ont roulé trente-cinq ans ensemble, avec 5 titres de champion suisse de rallye à la clé (1988, 1989, 1994, 2000 et 2003). L’inséparable duo a aussi travaillé main dans la main pour gérer le RolleCars Garage, racheté en 1993. Ils viennent de le vendre. Il sera remplacé par deux immeubles locatifs et un bâtiment commercial. «C’est notre retraite. Une page se tourne, mais j’aurai un petit garage à Perroy pour restaurer des voitures anciennes, et bien sûr, je continue à faire des courses, sur des circuits», déclare le pilote.

La rage de vaincre

C’est la rage de vaincre qui a permis à cet enfant de Tartegnin de se surpasser. «J’ai toujours été le plus petit en taille. Mais je courais plus vite que les autres. Je suis un mauvais perdant. C’était déjà le cas quand je jouais au jass avec mes parents. Et je n’ai pas changé.» C’était aussi un gamin culotté. Son grand-père, qui livrait le courrier pour la poste, lui prêtait son véhicule… à 12-13 ans. «Je finissais la tournée pendant qu’il buvait trois décis au bistrot, se souvient «Jonquille». Une fois, la police m’a repéré. J’ai passé une journée à faire des problèmes de math au poste.» Ce qui ne l’a pas empêché, lorsqu’il a eu 14 ans, d’emprunter discrètement la voiture du fameux grand-père pour aller rouler sur les petites routes entre Gimel et Burtigny durant la nuit. «Après, mon grand père allait se plaindre au garage que sa voiture consommait trop», en rigole-t-il encore.

Le jour où il a gagné une course avec la NSU TT de son ami Charles-Ami Michon, devançant tous les concurrents de l’Écurie rolloise à l’âge de 15 ans, il a su qu’il était doué. Du coup, il lâche les Inter A du FC Forward Morges et s’inscrit à l’examen pour passer sa licence de pilote. C’était en 1974, l’année où Christiane est tombée enceinte, à 18 ans et demi. Ils se marient le 6 juillet, Stéphanie vient au monde le 21 octobre.

«La famille a changé mes priorités, raconte Jonquille. J’ai ouvert un petit garage à Tartegnin, à côté du restaurant que tenait ma mère. Je travaillais la journée comme serviceman sur l’autoroute et je réparais les voitures des copains le soir. Comme j’étais sorti premier du canton aux examens d’apprentissage en mécanique, j’avais du boulot à revendre.»

Premier titre en 1988

De 1979 à 1987, les Jaquillard font de bons résultats mais n’ont pas les moyens financiers de boucler une saison entière. Il a fallu que Ford Suisse décide de les soutenir pour que leur carrière s’envole. Ils décrochent le premier titre de champion suisses de rallye en 1988. Puis tout s’enchaîne: les médias, les sponsors, les succès.

Les qualités requises? «Il faut rouler à l’instinct, s’adapter aux conditions, et improviser, explique le champion. L’adrénaline, c’est d’arriver à maîtriser la voiture à la limite de l’adhérence. Et bien sûr, il y a ce travail d’équipe entre pilote et copilote, qui passe par une confiance réciproque absolue.» Depuis 2011, Jonquille s’aligne au départ de courses en circuit, avec des résultats honorables. «Je suis nettement le plus ancien, mais je reste en pleine forme. Pourvu que ça dure!» espère l’infatigable compétiteur. (24 heures)

Créé: 07.08.2018, 07h51

Une seule sortie de route en 35?ans

La peur? On ne connaît pas quand on fait des courses de rallye automobile. On maîtrise. «En 35 ans de conduite commune, on n’a eu qu’une seule sortie de route», précise Christian Jaquillard.

C’était au Rallye du Valais, dans la descente de Thyon 2000. «Il était interdit d’aller reconnaître la spéciale avant la course. Au contraire des autres, j’ai respecté le règlement. Je ne voulais pas tricher. Quand nous sommes arrivés dans un des virages en lacet, c’était gelé. Et comme j’étais à 80 km/h au lieu de 30, nous sommes sortis de la route.

J’ai dit «merde, on sort» et j’ai replié mon bras sur Christiane pour la protéger. On a sauté une route et on a atterri dans une sorte de talus marécageux. Une chance car la chute a été amortie. Mais je me suis arraché le bras. Je me suis remis au volant pour continuer. Ma femme changeait les vitesses. On n’est pas allé loin.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.