Actions collectives pour la biodiversité

District de NyonCorridors biologiques et réseaux agro-écologiques sont soutenus par les communes membres du Conseil régional

Chaque année, le travail des réseaux écologiques et les corridors biologiques sont présentés aux élus.

Chaque année, le travail des réseaux écologiques et les corridors biologiques sont présentés aux élus. Image: Alain Rouèche-A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux types de mesures sont mis en œuvre pour lutter contre l’appauvrissement de la biodiversité. Avec les corridors biologiques, on cherche à favoriser les déplacements de la faune et de la flore (mouvements des graines) le long des cours d’eau. Et avec les réseaux agro-écologiques, on vise à améliorer cette biodiversité sur les terres cultivées. Après celui de Vesancy-Versoix, la région de Nyon prévoit de créer, avec les services cantonaux, un corridor biologique sur le territoire de 33 communes dans le secteur dit «Lac - Pied du Jura» (entre Crans, Chéserex, Le Vaud et Rolle).

Le projet, évalué à un peu plus de 900 000 francs, est cofinancé par la Confédération, le Canton, les communes territoriales, et le Conseil régional du district de Nyon, qui va déposer une demande de crédit de 165 000 francs lors de la prochaine séance du Conseil intercommunal le 7 avril. Cette somme payera une série de 27 mesures (renaturation de cours d’eau et d’étangs, préservation, création de passages pour la faune, revitalisation des talus et des golfs, sensibilisation des écoliers, des habitants et des élus…).

Onze communes concernées

Lors de cette même séance, le Conseil régional demandera aussi un crédit de 135 000 francs pour cofinancer le réseau agro-écologique «Cœur de La Côte», budgété à 640 000 francs au total (également soutenu par la Confédération et le Canton). Le réseau a l’ambition d’en faire un projet pilote vaudois en matière de biodiversité dans les vignes. Il concerne onze communes entre Begnins et Rolle et implique à ce jour 27 des 91 agriculteurs-viticulteurs de ce secteur (mais 64% des terres cultivées).

Jean Sommer, responsable de ce dossier au comité directeur du Conseil régional, relève que toutes ces mesures, appliquées ailleurs dans le district depuis deux à trois ans, procurent beaucoup de bien-être aux habitants. «On voit le retour de fleurs qui attirent des papillons, de haies avec des oiseaux, de parfums oubliés ou de fruitiers disparus. On se dit: là on respire bien et on se détend.» (24 heures)

Créé: 31.03.2016, 08h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...