«Audrey Hepburn est toujours avec moi»

MorgesLes musées de Morges déroulent le tapis rouge au célèbre couturier Hubert de Givenchy, qui retrace par ses robes son amitié éternelle avec l’actrice.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà une histoire que le monde d’aujourd’hui n’offre plus souvent: celle d’une amitié simple mais belle. A l’ère du «tout commercial», comment, en effet, un événement aussi prestigieux qu’une rétrospective de l’œuvre du célèbre couturier Hubert de Givenchy peut-il bien se tenir à Morges, dès aujourd’hui, après… La Haye et Madrid? «C’est parti d’une blague», s’excuse presque Salvatore Gervasi, le conservateur de l’Expo Fondation Bolle et âme de ce projet qui a fini par dépasser tout le monde par son ampleur inhabituelle.

«En 2012, j’ai lancé à une amie commune d’Audrey Hepburn et de Monsieur de Givenchy qu’elle pouvait lui dire que nous étions prêts à l’accueillir un jour à Morges. Quatre ans plus tard, j’ai reçu un appel téléphonique de Paris. C’était lui au bout du fil, qui me donnait son accord alors que j’avais complètement oublié cette boutade!»

Musées unis par le défi

Salvatore Gervasi comprend vite que la barre est un peu haute, refuse, cherche un autre musée, et finit par accepter le défi. «A l’origine, nous avions parlé de trois robes et de quelques dessins», se souvient ce fan de la Juventus de Turin, qui a rejoint le domaine culturel au gré des circonstances. «Aujourd’hui, nous pouvons être fiers de présenter une rétrospective riche, avec des pièces rares et uniques, mais plus encore d’avoir fédéré les musées et la ville par cette aventure.»

D’abord un peu surpris quand il a réalisé que Morges n’avait pas vraiment l’étoffe d’une capitale malgré le cachet de ses salles, Hubert de Givenchy (90 ans) s’est finalement laissé embarquer par les liens du cœur. Ceux qu’il entretenait avec son amie de toujours et ceux déployés par Salvatore Gervasi et son équipe au service de son œuvre, ceci en un temps record.

«Je n’étais pas inquiet, mais un peu anxieux de voir cette exposition se tenir dans un cadre aussi original et intimiste», explique le couturier, de passage à Morges pour l’occasion. «Il se dégage ici une atmosphère différente, dans l’esprit de ce qu’était Audrey. Vous savez, elle est toujours présente à mes côtés, chaque jour, et je crois qu’elle aurait aimé ce bel hommage. Pour ma part, je suis stupéfait de voir ce qui a été réalisé dans des locaux plus modestes que ce qu’on a coutume de voir dans les grandes capitales. La haute couture, c’est – ou plutôt c’était – le monde de la perfection et j’avais demandé à Salvatore de garder ce mot en tête. Je peux dire qu’elle est ici atteinte.»

Concrètement, l’exposition baptisée «Une élégante amitié» propose un voyage dans la vie d’Audrey Hepburn à travers les robes, les accessoires et les dessins – dont de nombreux inédits – de Givenchy, procédé habile qui permet de se plonger dans le destin de l’une et de l’autre.

Trois entrées d’une rue à l’autre

L’originalité vient du fait de devoir se balader entre les trois lieux retenus. Le château pour faire connaissance avec l’actrice et la femme, le Musée Forel pour la mise en valeur du travail des artisans, et la Fondation Bolle pour rappeler les liens de la star planétaire avec sa région d’adoption, elle qui avait élu domicile à Tolochenaz.

«J’ai l’impression de la voir, c’est très émouvant», lâche Hubert de Givenchy. «Je crois que les plus beaux moments de sa vie ont été ici. Je me souviens sa joie quand elle m’a annoncé qu’elle avait pu acquérir La Paisible, à Tolochenaz. J’y suis venu très souvent, c’était elle qui faisait la cuisine, et le monde était heureux autour d’elle. Jeudi, je me suis arrêté au cimetière et toutes ces émotions sont remontées.»

Modèle parfait, elle reste – on l’a compris – une étoile dans le cœur du créateur. «Il fallait trouver des robes pour chaque film. Comme elle avait été danseuse, elle se connaissait bien, elle bougeait bien, elle maîtrisait son corps. Et comme elle souriait tout le temps, travailler avec elle était unique, même si j’ai refusé au départ car je n’avais pas assez de temps. Elle m’a invité au restaurant et j’ai été conquis.» Qui ne l’aurait pas été…

Au final, les amateurs de haute couture tout comme les fans de l’actrice disparue en 1993 seront comblés, alors que ceux qui ne partagent pas leur passion ne pourront que s’incliner devant la beauté des trois scènes proposées au public. Avec en fil rouge cette histoire d’amitié, qui lie désormais une légende de la mode à la ville de Morges.

(24 heures)

Créé: 20.05.2017, 14h09

Infobox

Morges, Expo Fondation Bolle/Musée Alexis-Forel/Château
Jusqu’au 17 septembre
Du mardi au dimanche de 10 h à 17 h
www.fondationbolle.ch/elegante-amitie

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...