«Cet orage, pour nous, c’est simplement du jamais vu»

OragesAu niveau cantonal, c’est à Cossonay que les pluies ont été les plus fortes samedi. Les pompiers étaient encore à l’œuvre lundi.

Les rues de Cossonay ont été inondées samedi par les 23 millimètres de pluie tombés en dix minutes, vers 17 h 50.

Les rues de Cossonay ont été inondées samedi par les 23 millimètres de pluie tombés en dix minutes, vers 17 h 50. Image: MARTIAL GROGNUZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des bouches d’égout qui sautent, des routes aux allures de piscine, de la grêle et des fortes rafales… Cossonay a vécu une fin d’après-midi agitée samedi. En dix minutes, quelque 23 mm de pluie sont tombés vers 17 h 50 dans le bourg du district de Morges, record du jour. Un événement qualifié de «remarquable» par MétéoSuisse, même si les 44 mm mesurés à Lausanne en juin 2018 – toujours record de Suisse! – sont loin d’avoir été battus. Hasard du calendrier, c’est justement dans le bourg du district de Morges qu’avait lieu au même moment la traditionnelle Journée des communes vaudoises, où étaient réunies quelque 1700 personnes. Si la cantine a dû être évacuée et des barrages posés préventivement dans le secteur, aucun dégât n’a été déploré.


A lire: «J'ai vu un énorme mur d'eau blanc s'avancer vers Lausanne»


Les habitants des alentours n’ont pas tous eu cette chance. Caves, parkings souterrains ou cages d’ascenseurs inondés… les sapeurs-pompiers n’ont pas chômé. «Pour nous, c’est tout simplement du jamais-vu, commente Robin Baudraz, chargé de communication du SDIS Région Venoge, qui a à sa charge 27 communes de la région de Cossonay. Nous avons réalisé au total plus de 115 interventions qui ont nécessité l’engagement de 110 personnes. Cela a évidemment commencé samedi soir. Il y a ensuite eu une deuxième vague dimanche matin, lorsque nous avons été appelés par de nombreuses personnes qui n’avaient pas pu contacter le 118 la veille. Lundi matin, six opérations étaient en cours, notamment dans des entreprises qui n’ont constaté les dégâts qu’à ce moment-là.»

Au four et au moulin

Au Centre TCS, les pompes fonctionnaient également encore plus de trente-six heures après les intempéries pour évacuer l’eau dans un local technique. À quelques kilomètres de là, le SIS Morget était également au four et au moulin, même si le nombre d’interventions n’a pas été aussi important. Les sapeurs-pompiers chargés de protéger les communes des environs de Morges étaient une soixantaine sur le pont entre samedi et dimanche pour répondre aux alarmes reçues à la suite d’inondations en tout genre ou de chutes d’arbres. Étoy et Saint-Prex ont été particulièrement touchés puisque la moitié de la cinquantaine d’interventions effectuées ont eu lieu sur leurs territoires. Si les communes du district de Morges ont subi de plein fouet les intempéries, Nyon, Lausanne, Échallens et Payerne ont également pris l’eau, révèle l’Établissement d’assurance contre l’incendie et les éléments naturels du canton de Vaud. «Au total, nous avons reçu 1144 appels samedi entre 17 h et 19 h 30, révèle la chargée de communication Claudia Dormeier Freire. Ils ont débouché sur environ 400 interventions. À l’heure actuelle, ce sont quelque 250 cas qui sont ouverts chez nous.»

Créé: 17.06.2019, 19h50

Genève à l’épicentre

C’est à Genève que l’orage a été le plus violent, faisant notamment une victime sur le lac. Après les inondations et les nombreux dégâts matériels, l’heure était, lundi, à l’évaluation des dommages, mais aussi à pointer des dysfonctionnements. De nombreuses personnes ayant appelé le 118 déploraient n’avoir jamais pu s’adresser aux secours. La centrale genevoise a indiqué avoir reçu pas moins de 2500 appels en trois heures. Jusqu’à 350 pompiers ont été déployés sur le terrain simultanément.

Le réseau de canalisations a eu de la peine à absorber les énormes quantités d’eau. De nombreux parkings et caves ont été inondés, des rues se transformant en torrents et des toilettes recrachant leurs eaux usées. «Le réseau actuel a été conçu pour tolérer des inondations potentielles tous les dix ou vingt ans mais, à l’avenir, elles risquent d’être plus fréquentes, a reconnu Alain Wyss, directeur du Service de la planification de l’eau à l’État de Genève. Nous réfléchissons donc à la manière de gérer ces événements.»

Les maraîchers et les viticulteurs n’ont pas non plus été épargnés. Les ceps situés sur le coteau de Lully ont été particulièrement atteints. «On évalue jusqu’à 60% de dégâts sur le vignoble touché», estime à la louche Florian Favre, œnologue de l’État de Genève.

En chiffres

16,7

litres d’eau au mètre carré sont tombés en dix minutes à Lausanne, contre 23 à Cossonay. C’est beaucoup, mais nettement moins que les 41 litres au mètre carré de l’orage du siècle, en 2018.

115

interventions ont été effectuées entre samedi et lundi par les sapeurs-pompiers du SDIS Région Venoge. Du jamais-vu.

250

cas de sinistres ont jusqu’ici été ouverts par l’ECA dans le canton.

350

appels ont été passés à la police cantonale vaudoise samedi entre 16 h et 19 h.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.