Des pros de la politique à la tête du Conseil régional de Nyon

District de NyonLe comité directeur de l'organe intercommunal a été élu. La plupart des membres se consacrent entièrement à la politique.

Le comité directeur du Conseil régional lors de son assermentation, avec de gauche à droite, Pierre Graber (Saint-Cergue), Françoise Tecon-Hebeisen (Rolle), François Roch (Perroy), Chantal Landeiro (Le Vaud), François Debluë (Founex), Dominique-Ella Christin (Prangins), Daniel Rossellat (Nyon) et Gérald CRetegny (Gland). Gérard Produit (Coppet) était absent.

Le comité directeur du Conseil régional lors de son assermentation, avec de gauche à droite, Pierre Graber (Saint-Cergue), Françoise Tecon-Hebeisen (Rolle), François Roch (Perroy), Chantal Landeiro (Le Vaud), François Debluë (Founex), Dominique-Ella Christin (Prangins), Daniel Rossellat (Nyon) et Gérald CRetegny (Gland). Gérard Produit (Coppet) était absent. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Parmi les neuf syndics, pas un n’a les disponibilités pour rejoindre le comité directeur (codir) du Conseil régional. La sous-région d’Asse et Boiron n’est donc plus représentée à la tête de l’association. Une situation que tout le monde a regrettée, mercredi soir, lors de l’assemblée de l’organe intercommunal.

«C’est navrant, mais nous avons tous des agendas trop pris, expliquait Serge Melly au sortir de la séance. Mais ce n’est pas catastrophique.» L’agriculteur estime que ses confrères des autres sous-régions n’oublieront pas la sienne. Député au Grand Conseil, le porte-parole naturel d’Asse et Boiron a décliné le poste. Il a cherché jusqu’au dernier moment la perle rare. En vain. «Il y a deux nouveaux syndics manquant d’expérience, et deux autres qui ne souhaitaient pas s’engager pour quelques mois seulement, ayant annoncé qu’ils n’iraient pas au bout de la législature.»

Les vaches et la politique

Reste que le désintérêt pour la fonction n’est pas de la méfiance pour l’institution, comme en Terre-Sainte où Commugny a décidé de quitter le Conseil régional. «Quatre syndics sont agriculteurs, dont trois avec du bétail, explique Christian Graf, l’homme fort d’Arnex-sur-Nyon. Pour nous, c’est impossible de siéger aux séances du codir à 16 h.» La situation d’Asse et Boiron est le reflet d’une professionnalisation de la vie politique. Les mandats de municipaux et des syndics sont de plus en plus chronophages. Ajouter un 20% pour le Conseil régional est simplement impossible pour certains élus. Pour preuve, la plupart des membres du comité de direction ont comme activité principale la politique. Certains ne font pratiquement plus que cela.

Gérald Cretegny, qui a été réélu à la présidence du codir, est de ceux-là. Il est aussi syndic de Gland, député, président du conseil de fondation de l’accueil de jour des enfants et siège au bureau de l’agglomération du Grand Genève. Son occupation de commerçant est réduite à son strict minimum. Son collègue de Nyon, Daniel Rossellat, a un mandat communal estimé théoriquement à 60% et il a ainsi pu conserver la présidence de Paléo. Le syndic de Founex, François Debluë, est député.

Reste, parmi les sortants, l’exception Gérard Produit. L’homme fort de Coppet assume la fonction de directeur des écoles à Nyon, même à temps partiel, en plus de ses mandats politiques.

Exception à Perroy

Les nouveaux venus au comité directeur ont fait le choix de la vie politique, à l’exception du syndic de Perroy, François Roch. Ce jeune élu de 37 ans n’a pas intérêt à tirer un trait sur sa carrière dans l’immobilier. Il estime que la syndicature équivaut à un 50%. «Je dégage du temps en dehors de mon horaire professionnel. Cela a donc un impact sur mon temps libre, mes amis et ma famille. Je ne fais plus de hockey depuis que j’ai accédé à la syndicature il y a deux ans. Mais la politique est une passion.»

La municipale de l’Urbanisme à Rolle, Françoise Tecon-Hebeisen, a réussi à garder un 20% en dehors de ses responsabilités politiques. Nouveau syndic de Saint-Cergue, Pierre Graber fait le grand saut en entrant aussi au comité directeur du Conseil régional. «Je suis en préretraite et donc j’ai des disponibilités, admet-il. Je ne me rends pas encore bien compte de ce que cela représente, mais j’imagine que je ne vais faire pratiquement plus que de la politique.»

«J’imagine que je ne vais faire pratiquement plus que de la politique»

Egalement élue mercredi soir, Chantal Landeiro est dans la même veine. En plus de 60% pour sa commune, elle estime effectuer un 15% dans le cadre de l’association scolaire intercommunale. «C’est un choix», affirme cette éducatrice spécialisée. Pour assumer ses responsabilités, elle n’a conservé qu’une demi-journée d’enseignement.

Quant à la dernière élue, Dominique Ella-Christin, elle est députée au Grand Conseil en plus de son mandat de municipale à Prangins, qui est sa principale activité. (24 heures)

Créé: 01.07.2016, 08h42

Prangins gagne un siège

L’absence de candidats d’Asse et Boiron a permis de régler un problème: la quasi impossibilité pour Prangins d’obtenir une place au comité directeur. La quatrième commune du district en termes démographiques (4000 habitants) a désormais une élue en la personne de Dominique-Ella Christin. «S’il y avait eu un candidat d’Asse et Boiron, je ne me serais pas présentée», souligne la remuante municipale, qui s’était plainte à plusieurs reprises de la situation de sa commune.

Prangins fait partie de la sous-région Lac-Vignoble qui a droit à trois sièges au comité directeur, dont un de droit pour Gland en sa qualité de ville. Rolle, troisième commune du district, en a un de manière logique. Le dernier est alors laissé aux petites communes par souci de représentativité.

Articles en relation

Chambardement au Conseil régional du district de Nyon

La Côte A part le délégué de la sous-région Asse et Boiron, les membres du futur comité directeur ont été choisis. Plus...

Le Conseil régional du district de Nyon a mal à sa représentativité

La Côte Difficile de trouver l’équilibre entre villes et petites communes. Certains élus contestent la division en sous-régions. Plus...

«Le Conseil régional doit prendre des risques»

District de Nyon Le président de Régionyon tire un bilan positif de cette législature. Le Conseil régional a pourtant été remis en cause. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...