Divinum dope l’attrait du cépage roi des Vaudois

VignobleLe salon qui ouvre mercredi est un rendez-vous majeur pour les vignerons: il assure le succès du chasselas.

Figures du vignoble morgien, Rodrigo Banto, Chantal Chambaz et Jean-François Crausaz voient en Divinum une vitrine capitale pour la vente du chasselas à cette période de la saison.

Figures du vignoble morgien, Rodrigo Banto, Chantal Chambaz et Jean-François Crausaz voient en Divinum une vitrine capitale pour la vente du chasselas à cette période de la saison. Image: Julien Lambert

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si les Français ont leur beaujolais nouveau en novembre, les Vaudois attendent avril et le salon des vins Divinum – qui ouvre ses portes mercredi à Morges – pour lever le voile sur le dernier millésime des chasselas. Le moment est très attendu par de nombreux consommateurs, mais plus encore par les vignerons, qui ont besoin d’une telle vitrine pour doper les ventes du «cépage roi» à une période d’ordinaire creuse pour la profession. «De nombreux visiteurs viennent faire leur tournée du nouveau millésime, qui est proposé en avant-première lors de ce salon», constate Chantal Chambaz, vice-présidente des Vins de Morges et vigneronne au domaine Les Tilleuls, à Monnaz. «Quand on propose une cuvée plus ancienne, on sent bien que les gens veulent surtout déguster le petit dernier.»

Des chiffres peuvent témoigner de cette attente. «Alors que nous cultivons environ 65% de cépages rouges, le chasselas représente deux tiers de nos ventes lors de Divinum, constate Jean-François Crausaz, maître caviste pour la maison Bolle, à Vufflens-le-Château. Autant dire que ce rendez-vous d’avril est primordial pour bien lancer la saison du blanc. Maintenant, on aimerait que le canton soit également reconnu pour ses vins rouges, qui sont excellents. Mais la concurrence est plus forte.»

Ce lien fort qui lie le chasselas et les Vaudois, les Vins de Morges l’entretiennent lors du salon. Depuis plus de vingt-cinq ans, l’association de promotion organise une dégustation à laquelle presque tous les vignerons prennent part. Cette année, 55 vins ont ainsi été soumis à un jury chargé d’en retenir six qui seront présentés lors de Divinum et dont le champion sera désigné par les visiteurs sur le stand du journal local. Une compétition teintée de fair-play entre vignerons qui ne dit pas tout – certains vins n’étant pas encore forcément à leur apogée à ce moment – mais qui confirme les promesses du millésime 2018. «Malgré des raisins très mûrs, nous avons des chasselas fruités, aériens, élégants et joyeux qui correspondent parfaitement à ce que l’on peut en attendre», détaille Jean-François Crausaz.

Numéro un des ventes

Le chasselas recouvre aujourd’hui encore 60% du vignoble vaudois, soit plus de neuf bouteilles de blanc sur dix. Autant dire qu’il reste le roi incontesté dans le canton, son dauphin, le pinot noir, ne représentant «que» 13%. Et même si certains vignerons ont arraché ces dernières années plusieurs hectares de ce vin blanc (– 15% en vingt-cinq ans) au profit de «spécialités» comme le doral ou le merlot, le cépage reste bien ancré dans la tradition. «L’engouement s’est renforcé ces cinq dernières années, estime même Jean-François Crausaz. Il redevient incontournable et on sent un intérêt grandissant autour de lui. Il faut dire que c’est une véritable éponge à terroir et qu’il peut, dans une même région, proposer une richesse incroyable. Et puis les spécialités blanches n’ont jamais vraiment pris leur essor.»

Autant dire que le chasselas est essentiel pour les vignerons vaudois. «Il est toujours notre emblème, la référence de nos caves, constate Chantal Chambaz. Et il faut bien admettre qu’il est beaucoup plus facile de vendre une bouteille de ce cépage qu’un vin rouge.»

Si certains se sont lancés dans des chasselas haut de gamme, son prix moyen plutôt bas reste évidemment un argument de taille pour le consommateur. «C’est notre vin phare, précise l’œnologue de la Cave de la Côte, Rodrigo Banto. Il représente 60% de notre production, avec toute une variété de terroirs et de vinifications. Même si c’est un vin de partage, convivial et facile à boire, il a ses lettres de noblesse. C’est un cépage délicat, qu’il faut respecter et dont il faut prendre soin.»

Créé: 31.03.2019, 18h37

Divinum a remporté son duel à distance

Depuis l’annonce du départ d’Arvinis de Montreux à Palexpo et en prime son déplacement à la fin de l’automne, Divinum occupe seul une place de choix dans le calendrier viticole. Une situation qui arrange tout le monde, d’autant que certains vignerons avaient fait le choix de Montreux par loyauté pour les organisateurs historiques plus que pour le business pur et dur. Autant dire que la manifestation morgienne peut envisager la 3e édition de l’événement avec sérénité. En plus des 140 exposants présents du 3 au 8 avril au parc des Sports, une soixantaine de candidats piaffent sur la liste d’attente, bien conscients que ce rendez-vous a trouvé son public. «Mais notre salon a atteint sa taille maximum, précise son directeur, Richard Chassot. Le but n’est pas de faire de la quantité, mais de la qualité.» Après avoir accueilli 15 200 visiteurs en 2017 et 18 000 en 2018, Divinum semble bien parti pour faire mieux que l’an dernier. Reste à savoir où se trouve la limite pour déguster dans de bonnes conditions.

Articles en relation

Les jeunes vignerons suisses ont du talent

Portraits Gabriel Tinguely propose un beau portrait du vignoble suisse et de 44 de ses représentants originaux. Plus...

Le vignoble vaudois tient sa première bible

Patrimoine Le livre «Acteurs de la vigne» met en lumière le rôle de la viticulture dans la création de ce coin de pays. Plus...

Coop ose la 4e couleur dans son assortiment de vins

Marché suisse Les principaux détaillants n’y croient pas encore. Sauf le numéro 2! À côté du rouge, du blanc et du rosé, il tente le vin orange. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.