José Barrense-Dias fêtera ses 50 ans passés à Nyon

AnniversaireLe guitariste brésilien âgé de 85 ans jouera à l’Abbaye de Bonmont le 15 juin. Il raconte son arrivée en Suisse en 1968

José Barrense-Dias habite le même immeuble à Nyon depuis son arrivée en Suisse en 1968. Dans le Nordeste, au Brésil, où il est né en 1932, on le surnommait «O Canhoto» (la main du diable) parce qu’il était gaucher. Cette main est devenue celle d’un grand artiste.

José Barrense-Dias habite le même immeuble à Nyon depuis son arrivée en Suisse en 1968. Dans le Nordeste, au Brésil, où il est né en 1932, on le surnommait «O Canhoto» (la main du diable) parce qu’il était gaucher. Cette main est devenue celle d’un grand artiste. Image: SABINE PAPILLOUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Dans la galerie photos des célébrités du Montreux Jazz Festival, je suis entouré de Miles Davis, Herbie Hancock, Carlos Santana et Duke Ellington. J’en suis très honoré». Son regard lumineux exprime de la fierté, mais José Barrense-Dias le dit en toute modestie. Le célèbre guitariste brésilien n’a jamais vécu une vie de star. Il habite le même immeuble locatif depuis 1968, année de son arrivée à Nyon, et fait son marché comme tout le monde. Si un admirateur a le plaisir de le rencontrer dans la rue, il est toujours disposé à faire un brin de causette.

C’est par amour pour Pierrette, une charmante Neuchâteloise de Fleurier, que José Barrense-Dias s’est fixé en Suisse il y a 50 ans. Ce natif du Nordeste brésilien, petit-fils d’une mulâtre descendante d’esclave, ne tarit pas d’éloges envers cette épouse qui a toujours été à ses côtés. «J’étais venu d’Italie avec mon groupe pour faire un concert à Lausanne. C’est là que je l’ai rencontrée et que j’ai décidé de rester. J’ai tout de suite trouvé un boulot dans une école à Genève, au Conservatoire de Meyrin. Mais pour les papiers, ça n’a pas été facile. Il y a pourtant une chose importante qui est arrivée. Avant, on m’appelait par mon nom d’artiste, «O Canhoto» (la main du diable). Ici, on m’a appelé par mon vrai nom. Ce qui me fait dire que José Barrense-Dias est né à Nyon.»

Côté scène, les choses se sont mieux déroulées. À Nyon, le guitariste gaucher fait son premier concert au Théâtre de l’Escalier. Il interprète autant du Chopin, du Villa-Lobos que du Baden Powell. La critique est bonne. L’année suivante, il sort son premier 33 tours, vendu à 30 000 exemplaires, et part en tournée faire la première partie du spectacle d’Henri Dès. On le voit sur les plateaux TV. Son charme naturel ravit les Suisses… et les Suissesses.

Aujourd’hui, il s’amuse d’une anecdote qui avait failli lui faire perdre son travail d’enseignant. «À mes débuts, je jouais parfois dans des bars, des pubs ou des petits clubs pour arrondir les fins de mois. Une collègue m’avait dénoncé car à l’époque, cela faisait mauvais genre pour un professeur de conservatoire. Le directeur m’avait alors interdit d’aller jouer dans les restaurants à Genève, bien trop calviniste à l’époque.»

Le 15 juin prochain, c’est la vénérable Abbaye cistercienne de Bonmont, à Chéserex, qui accueillera José Barrense-Dias et son percussionniste pour un concert célébrant ses 50 ans en Suisse. «Je ne pouvais pas rêver mieux. Je considère qu’il s’agit d’un aboutissement de ma carrière». Mais pas la fin, car l’artiste a encore mille et un projets, dont une exposition de ses peintures très colorées à la galerie Boléro à Versoix en novembre. (24 heures)

Créé: 09.06.2018, 17h13

Articles en relation

Il sera difficile de s’ennuyer cet été dans la région d’Yverdon

Loisirs Des balades, de la musique et des spectacles, les trois mois à venir sont riches d’animations Plus...

«J’aime provoquer le kitsch»

Musique Révélation de l’année, Juliette Armanet reflète les goûts d’une génération montante. À écouter en juillet au Montreux Jazz Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...