L'Agroscope de Changins est sauvé

RechercheLe lobbyisme des autorités a porté ses fruits. Berne a décidé de conserver le site fraîchement rénové pour 75 millions de francs.

L'Agroscope renforcera sa présence sur le site de Changins.

L'Agroscope renforcera sa présence sur le site de Changins. Image: VANESSA CARDOSO - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le revirement est extraordinaire. Alors que le site de recherche de l’Agroscope devait disparaître dans un projet de centralisation du Département fédéral de l’économie en 2016, la station de recherche agronomique de Changins sauve sa peau dans sa version définitive. Mieux, elle se renforcera avec l’arrivée de chercheurs déplacés de Reckenholz (ZH) qui composeront un nouveau centre de compétence pour les cultures spéciales en association avec l’État de Vaud et la HES de Changins. Le nombre d’emplois sur les hauts de Nyon passera de 130 à 160.

Soulagement des édiles

«Le projet doit encore passer devant le Conseil fédéral et les Chambres fédérales, mais les perspectives sont bonnes, se félicite le conseiller d’État Philippe Leuba, qui a fait un lobbying actif dans ce dossier depuis plusieurs mois. Les recherches menées à Changins seront dans tous les cas importantes pour relever les défis de l’agriculture de notre pays.» Même soulagement chez Daniel Rossellat: «C’est très positif pour Nyon et sa région. Le site de Changins a un réel potentiel.» Et le syndic de Nyon de rappeler que la station avait été modernisée entre 2012 et 2015 pour un montant de quelque 75 millions de francs.

«Les recherches menées à Changins seront importantes pour relever les défis de l’agriculture de notre pays»

Le Canton de Vaud semble avoir gagné sur toute la ligne dans la révision du projet de la Confédération, menée désormais sous la houlette du conseiller d’État Guy Parmelin. Les économies réalisées dans la réforme, qui prévoit des centralisations, seront réinjectées dans la recherche appliquée, comme le défendait les autorités cantonales. «Nous nous sommes aussi battus pour que Changins ne devienne pas un pôle de recherche fondamentale, souligne Philippe Leuba. Le travail effectué à Nyon doit amener des solutions concrètes aux agriculteurs et aux viticulteurs, comme ce fut le cas dans la lutte contre la mouche suzukii.» Le nouveau centre de compétence spécialisé dans la protection des végétaux s’inscrit dans cette logique. Il abordera entre autres les moyens de substituer efficacement les pesticides dans un souci écologique.

À noter que le Canton a prévu d’investir dans le domaine de l’œnologie, autre spécialité du site de Changins. Il participera au financement de la cave de l’institution, dont les domaines viticoles de l’État pourront profiter.

Pully et Avenches aussi

Si le maintien de l’Agroscope à Changins avait été évoqué sans assurance depuis plus d’une année, l’avenir du centre de recherche viticole de Pully et du haras d’Avenches était resté insondable jusque-là. Les deux sites, financés à 100% par la Confédération, sont finalement sauvés eux aussi. Un investissement est même envisagé pour améliorer les infrastructures de la station de la banlieue lausannoise.

Créé: 16.01.2020, 19h50

Articles en relation

Un revirement stratégique devrait sauver Changins

Agroscope Menacée par le projet de centraliser la recherche à Posieux, la station entre à nouveau dans les plans de Schneider-Ammann Plus...

La direction d’Agroscope Suisse décapitée, la station de Changins est sous le choc

Nyon Coupe budgétaire oblige, tous les chefs vont perdre leur poste, sauf le directeur. Il y a malaise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...