L’Entente Morgienne a barré la route au PLR

Elections communalesEn partant seul au second tour, le parti du centre a fait trébucher le PLR. Et a marché sur les plates-bandes de l'Indépendant Daniel Buache, éjecté.

En juillet prochain, quatre socialistes, une Verte et deux PLR siégeront à la Municipalité de Morges.

En juillet prochain, quatre socialistes, une Verte et deux PLR siégeront à la Municipalité de Morges. Image: Gérald Bosshard - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au lendemain du second tour, qui a vu la gauche triompher et le PS gagner un siège, le résultat des élections a un goût amer pour le PLR ainsi que pour l’Indépendant Daniel Buache, qui a été sèchement éjecté. De part et d’autre, on pointe le même responsable: l’Entente Morgienne (EM), qui, malgré un score médiocre au premier tour, s’est relancée dans la bataille, en vain.

«Il est regrettable que l’EM n’ait pas voulu d’une alliance. Pour contrecarrer les velléités de la gauche, qui partait avec cinq candidats, il aurait fallu que la droite parte groupée avec cinq candidats du centre droit. L’UDC et le PLR auraient été partants, mais l’EM n’a pas voulu de cette alliance», fulmine Pierre Marc Burnand, vice-président du PLR Morges. Attaqué, Eric Décosterd, président de l’EM, souhaite remettre l’église au milieu du village. «Nous avions déjà lancé un ticket centre droit par le passé et cela n’a jamais empêché la gauche de caracoler en tête des suffrages.» Selon lui, le PLR aurait dû s’allier à l’UDC pour réussir à faire passer Baptiste Müller, candidat malheureux, qui s’est retrouvé à 1% de sa colistière Mélanie Wyss-Pittet, élue. «Depuis le début, nous avons affirmé vouloir nous détacher du clivage gauche-droite. Nous avons maintenu cette cohérence au second tour», poursuit-il.

Assommé à la lecture des résultats, Daniel Buache a, lui aussi, fait les frais de la stratégie choisie par l’EM. «Philippe Laurent m’a fait de l’ombre, car il avait les mêmes thèmes de campagne», regrette-t-il. Un point que ne conteste pas Eric Décosterd: «C’est évident que nous occupions la même place sur l’échiquier politique. Je ne nierai jamais qu’il y ait pu avoir une certaine influence, mais c’est difficile à prouver.» (24 heures)

Créé: 21.03.2016, 17h09

Réélu dimanche à la Municipalité de Morges, Vincent Jaques (PS), actuel chef de l'Exécutif, est venu déposer sa liste pour la syndicature, ce lundi matin à 11h30. "Vu les excellents résultats du PS lors du second tour, il n'était pas nécessaire de maintenir le suspense", confiait-il devant l'Hôtel de Ville.
Vincent Jaques est venu déposer sa liste accompagné par les socialistes Eric Züger et Anne-Catherine Aubert, eux aussi élus dimanche, et de Laurent Beauverd, président du Conseil communal. (Image: Jonathan PICARD)

Articles en relation

Ebranlée, la gauche finit par renouer avec le succès à Morges

Morges Les cinq candidats de la gauche ont été élus au détriment de l’Indépendant Daniel Buache, éjecté. Le PLR garde ses deux sièges. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.