L’Hôpital reçoit un buste vietnamien à la mémoire d’un grand Morgien

MorgesUne sculpture du Dr Alexandre Yersin a été remise par l’Institut Pasteur.

Le buste a été placé au 3e étage de l’Hôpital de Morges.

Le buste a été placé au 3e étage de l’Hôpital de Morges. Image: P. MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 9000 kilomètres: telle est la distance qu’a parcourue le buste du Dr Alexandre Yersin pour rentrer «à la maison». Une sculpture réalisée par un artiste vietnamien et offerte par l’Institut Pasteur du Laos à l’Hôpital de Morges le 11 septembre afin d’honorer la mémoire de ce natif d’Aubonne qui a passé la majeure partie de son existence en Indochine française.

L’occasion pour le Dr Paul Brey, directeur de l’Institut Pasteur du Laos, de rendre hommage au médecin et de souligner l’influence que sa région natale a eue sur sa vie: «Lors d’une visite à Hanoï en 2008, Pascal Couchepin, alors président de la Confédération, a prononcé en faisant allusion à Alexandre Yersin des paroles qui m’ont marqué. Il a dit: «La Suisse qui se fait honneur à donner à la France ses grands hommes.» Il est vrai que les pays avec une forte immigration comme la France oublient souvent l’importance des origines et le passé de leurs nouveaux citoyens naturalisés. Mais ces origines étrangères, ces vingt premières années de leur existence sont les années de formation. Et elles jouent bien évidemment un rôle prépondérant dans l’avenir de ces individus. Certainement, l’identité vaudoise de Yersin lui a permis de devenir ce qu’il est devenu.»

Ce qu’il est devenu? Médecin, microbiologiste, explorateur, marin, entrepreneur, ethnologue… Alexandre Yersin était un homme aux multiples casquettes. Né en 1863, il passe son enfance à Morges, avant de devenir médecin à Paris, où il rejoint l’Institut Pasteur. Pris de l’envie de voyager, il est engagé par la Compagnie des messageries maritimes et rallie Saigon (actuellement Hô Chi Minh-Ville) en octobre 1890. Il parcourt l’Indochine à cheval, à pied et mène des expéditions à travers la jungle, avant de découvrir la baie de Nha Trang (Vietnam actuel).

C’est en 1894 qu’il découvre le bacille de la peste à Hongkong. À la suite de cela, il développe la préparation du premier sérum antipesteux. En 1895, il crée le deuxième Institut Pasteur d’Indochine, dans lequel il soignera gratuitement les habitants. Dès 1898, il s’intéresse à la culture de l’hévéa (arbre à caoutchouc), qu’il introduit dans la région. Puis il fournit les frères Michelin, ce qui lui permet de financer ses recherches médicales. Il fonde ensuite l’École de médecine de Hanoï en 1902, dont il est premier directeur.

Décédé en 1943 à Nha Trang, il y est encore «religieusement» vénéré aujourd’hui. Reconnu comme un bienfaiteur, il a été nommé citoyen d’honneur du Vietnam à titre posthume en 2014. C’est désormais dans l’esprit de sa région natale qu’Alexandre Yersin doit retrouver la place qu’il mérite, comme souligné par le syndic de Morges, Vincent Jaques.

Créé: 19.09.2019, 09h38

150?ans de soins à Morges

Six années après la naissance d’Alexandre Yersin, ce fut au tour de l’Infirmerie des Pâquis de voir le jour à Morges. Devenu Hôpital de Morges en 1949, l’établissement fête aujourd’hui ses 150 ans. Pour marquer le coup, des portes ouvertes sont organisées samedi 21 septembre de 10h à 16h.

La visite se fera de manière libre. Elle sera jalonnée d’informations sur le fonctionnement des différents services avec diverses animations. Les curieux auront la possibilité de découvrir le bloc opératoire ou de plonger dans le quotidien des soignants avec des lunettes de réalité virtuelle, tandis que les enfants pourront guérir leur nounours à l’Hôpital des doudous.

Une exposition dédiée aux 150 ans de l’hôpital et jalonnée de portraits de patients, de collaborateurs ainsi que de personnalités de la région pourra également être visitée dans les couloirs.

Articles en relation

Un concept de clinique unique à l’Hôpital de Morges

Santé Dernière pièce du puzzle de sa remise à neuf, l’unité privée de l’Ensemble hospitalier comble un vide dans une région convoitée. Plus...

L’hôpital arrive au terme d’une mutation qui coûte 52 millions

Morges Le vaisseau amiral de l’Ensemble hospitalier de La Côte est à bout touchant de quatre ans de travaux. Visite guidée. Plus...

Le directeur d’hôpital garde sa gratification

Justice Le directeur de l’Ensemble hospitalier de La Côte gagne son recours face au Département de la santé Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.