L’ancien banquier explore le monde fantastique des agrumes

La Clé des Champs 38/40Le self-made-man Niels Rodin est sans cesse à la recherche de la nouveauté sous ses serres à Borex.

Niels Rodin vit de sa passion pour les agrumes.

Niels Rodin vit de sa passion pour les agrumes. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'étais banquier, maintenant je suis agriculteur!» Niels Rodin est la démonstration que l’argent ne fait pas le bonheur. «Mon niveau de vie a baissé, assure-t-il. J’ai divisé par trois mes revenus mais je suis trois fois plus heureux. J’ai moins besoin de cravates, et de complets hors de prix. Et c’est génial de goûter le fruit de son travail.»

Niels Rodin s’éclate et ça se voit. Sa moustache pointue sur sa barbe riche lui donne un air de savant fou. Ses amis l’appellent d’ailleurs le «druide». Le néoagriculteur est en réalité un explorateur, un découvreur de nouveaux mondes. Dans son cas, il s’agit des mondes gustatifs. Tombé amoureux du yuzu il y a une décennie, il a commencé par en planter un chez lui à Gland. Petit à petit, il s’est pris au jeu et a commencé sa collection d’agrumes. «J’ai toujours eu la main verte, mais j’ai tout appris par moi-même, notamment en regardant des vidéos sur YouTube.»

Niels Rodin s’aventure aussi dans d’autres univers exotiques que les agrumes: ici du poivre du Sichuan.

À force, il s’est imposé comme une sommité dans son domaine de prédilection. Il est invité à donner des conférences. Il est en contact avec des experts à l’international, lui permettant de faire venir des espèces rares. Il est même reconnu importateur d’agrumes, après cinq années d’insistance auprès de l’Office fédéral de l’agriculture. Aujourd’hui, dans ses serres de Borex, il possède 1500 plantes de 150 espèces. «C’est approximatif. J’ai arrêté de compter.»

Un vrai musée vivant de l’agrume s’étend ainsi dans les grandes verrières agricoles. Y pénétrer, c’est voyager dans une contrée exotique: citrons roses, pomelo Enzo, mains de Bouddha, combava… Les agrumes – fruits qui se pèlent et qui se divisent en quartiers – constituent le core business de la PME de Niels Rodin, qui compte trois employés en plus du patron. Mais le chef aime s’aventurer dans d’autres univers. Il s’essaie ainsi à cultiver aussi du poivre du Sichuan et de Timut, de la vanille, de la mangue rustique, des abricots d’Azerbaïdjan, différentes variétés de cacahuète, des gingembres et des curcumas, ou encore un lilly pilly, un arbuste endémique d’Australie qui donne des baies roses comestibles. Il a appris l’art de l’hybridation. Il a alors marié l’abricot et la cerise, la griotte à la cerise ou encore le kumquat à la lime. «Chaque plante est un projet, souligne Niels Rodin. Je recherche la rareté et la variété des plantes, toujours dans un objectif gustatif.»

Des trésors de fruits

Le patron est conscient de la valeur patrimoniale de ses collections. Il a conclu une collaboration avec le Jardin botanique de Genève, qui conserve des doubles des variétés présentes à Borex. En cas de sinistre, il s’assure ainsi une sauvegarde. La banque végétale n’est d’ailleurs pas près de s’arrêter de grossir. Avec l’association Rétropomme, un verger à cidre sera planté avec des variétés anciennes cet automne dans les champs derrière les serres. Niels Rodin n’a pas attendu pour effectuer quelques essais à quelques mètres de là. Il s’amuse devant une poire culotte qui a la particularité d’être jaune avec des raies verte.

Un citron caviar, originaire d’Australie. Sa chair est constituée de petites billes translucides et croquantes.

Si les explorations de ce descendant éloigné du célèbre sculpteur ne s’arrêtent jamais, sa production reste toutefois modeste. Il sort à peu près une tonne de fruits par année des serres de Borex. Ce volume est mis en vente auprès des professionnels uniquement. Les restaurateurs sont très friands de l’exotisme des trésors de Niels Rodin. Parmi sa clientèle, on retrouve entre autres Anne-Sophie Pic, la cheffe du restaurant gastronomique du Beau-Rivage Palace à Lausanne, 18/20 au Gault&Millau. À Crassier, dans le village voisin de Borex, Gabriel Burnier aime aussi travailler les agrumes de Niels Rodin dans ses fourneaux du Bœuf Rouge. Son dessert électrique, où une fleur du Sichuan adoucit l’acidité d’un sorbet au yuzu, est un exemple en la matière. «Le summum du plaisir, c’est de goûter un plat dans lequel mes fruits sont transcendés par le cuisinier», avoue l’agrumiculteur.

Le rêve des mixologues

Un autre débouché est apparu dernièrement: les mixologues. Ces spécialistes des cocktails sont de plus en plus inventifs et recherchent des fruits qui ont une identité gustative marquée. Un microbrasseur, dans un milieu où l’agrume est très à la mode, s’est aussi approché de Niels Rodin. Cela dit, la vente de sa production, même rare et chère, ne permet pas à l’ancien banquier de gagner sa vie. Il mise ainsi sur la transformation de ses fruits.

En s’alliant avec des artisans spécialisés, il propose une moutarde à l’ancienne au combava, une huile aux mains de Bouddha, une confiture de cynorhodon noir et citron ou du chocolat aux agrumes. L’une des dernières créations montre l’esprit ludique de l’agriculteur: un gin au genièvre, yuzu et framboise. De couleur bleue grâce à la macération de fleurs de pois bleu, il devient rose quand on y ajoute du tonic.

Une petite grenade, un fruit très apprécié au Moyen-Orient, aux multiples vertus nutritives.

Niels Rodin ne souhaite pas faire de la vente directe de ces produits. Cela lui coûterait trop cher à organiser. Il livre par contre dans différents points de vente sur l’arc lémanique et au-delà. Il a même quelques revendeurs en France. D’ici quelques semaines, le magasin devant ses serres sera repris par deux femmes qui travaillent les fleurs. Elles proposeront bien entendu les produits du propriétaire des lieux.

Créé: 22.08.2019, 11h58

Avec le soutien de



Le domaine

Le producteur

Niels Rodin est né en 1975 à Lausanne. Il a été ingénieur dans l’industrie textile avant de rejoindre le monde bancaire comme fiscaliste. En 2009, il plante son premier yuzu dans son jardin à Gland. Il tombe amoureux de ce fruit, qui le conduit à une nouvelle reconversion. Il est agrumiculteur à plein temps depuis trois ans.

Serres

Niels Rodin vient de racheter les serres de Guichard Fleurs, à Borex, qui a fermé ses portes définitivement le 19 juin. Il y louait depuis plusieurs années une partie des surfaces de l’établissement horticole. Aujourd’hui, 1500 plantes de 150 variétés y poussent. La production annuelle est d’environ 1 tonne. L’objectif est d’atteindre 4 tonnes d’ici trois à quatre ans.

Bio

L’exploitation de Niels Rodin est certifiée bio. Les coccinelles sont utilisées pour éliminer les pucerons. Contre les cochenilles, on épand de l’huile de neem. En guise d’engrais, des bactéries sont introduites dans le sol pour booster les plantes, qui poussent selon les principes de la permaculture.

Les épisodes de la région nyonnaise

Le projet «Clé des champs»: Un été à la campagne à la rencontre de nos paysans



35° La grande mue d’un domaine viticole à Perroy
L’exploitation viticole de la famille Taurian s’apprête à vivre de grands changements. La fille Marilyne, veut donner une orientation plus durable au domaine et se diversifier: fruits, légumes, céréales, fabrication de pain, activités culturelles, etc.


36° Champions de la diversification à Gland
Stéphane et Stéfanie Baumgartner exploitent le domaine des Avouillons. Vente de lait à la ferme, présentation du monde agricole aux enfants, parrainage de poules… Pour ces champions de la diversification, l’avenir passe par l’interactivité.


37° L’amour des vivaces à Trélex
Esthète, fleuriste, décorateur, pépiniériste, Remy Jaggi cultive une grande variété de vivaces. Ses fleurs sont vendues au marché et dans ses magasins d’une incroyable poésie.


38° Étonnants agrumes de Borex
Niels Rodin s’est spécialisé dans la culture d’agrumes. Sous ses serres de Borex poussent Combawa, faustrime, yuzu, citron caviar et mains de Bouddha.


39° Vaches connectées à Crassier
Le député et syndic Serge Melly achève de rénover son domaine à Crassier. Il s’est lancé dans le bio avec l’arrivée des nouvelles technologies. Les vaches iront se faire traire toutes seules quand ce sera nécessaire.

Articles en relation

La brebis et l’agneau, les deux mamelles de la vente directe du Petit-Boutavant

La clé des champs 33/40 Quatre paysans de Vaulion prônent à la fois esprit de communauté et indépendance. Plus...

À Premier, Gabrielle Candaux règne sur une pension pour génisses

La clé des champs 32/40 À 39 ans, cette mère de deux filles succède à son père à la tête du domaine familial. Plus...

Paysan-luthier, il devise avec ses chevaux et écoute le bois de ses violons

La Clé des Champs 31/40 Homme «libre», hors du temps, Hans-Martin Bader a choisi un mode de vie qui fait éloge de la lenteur. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...