L’exécutif de Perroy se fend d’une note écrite sur la patinoire

PolitiqueÀ cause du redoux, la surface de glace a fermé avant l’heure. Mais les tensions politiques qu'elle a suscitées ne sont pas terminées.

Contrairement à la photo, la patinoire de Perroy a fait le bonheur des hockeyeurs, des écoles et du public.

Contrairement à la photo, la patinoire de Perroy a fait le bonheur des hockeyeurs, des écoles et du public. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La patinoire de Perroy a fermé avec dix jours d’avance. À cause du redoux de cette dernière quinzaine, la surface de glace non couverte s’était transformée en piscine. «Avec une température de 15 à 20 degrés, la maintenir aurait été une dépense d’énergie énorme et de toute façon, les clubs de hockey ont pratiquement fini leur saison», explique le syndic François Roch, qui s’attend, malgré une saison raccourcie, à un bilan financier positif vu l’affluence réjouissante qu’a connue cette surface de glace récupérée de la Blécherette, pour deux ans.

Cela n’empêchera pas l’Exécutif de passer une fois encore à la moulinette pour dissiper les malentendus et conflits nés de cette opportunité de doter le village d’une grande patinoire homologuée pour la 1re ligue. La Municipalité de Perroy ayant renoncé à organiser une séance extraordinaire du Conseil communal, elle a fait rédiger une note de six pages qui a été envoyée aux élus avant la séance régulière du 21 mars. Dans ce document, elle reprend point par point les divers reproches qu’on lui a adressés l’automne dernier, notamment à travers deux interpellations. «On redit ce qu’on a déjà exprimé par trois fois oralement, mais nous voulons renseigner de manière complète et transparente sur ce projet», résume le syndic François Roch.

Pour cela, il a fait appel à l’avocat-conseil de la Commune qui a rédigé les trois quarts de la note. Et de réexpliquer pourquoi la Municipalité, empêchée de passer par le budget et de faire un préavis faute de temps, a créé une association en se basant sur la loi sur les communes. Celle-ci stipule que «toute commune peut fonder une association à but idéal avec une ou d’autres communes ou avec des personnes privées». L’accord du Conseil communal est certes nécessaire pour constituer de telles entités, mais il peut accorder à la Municipalité une autorisation générale pour la législature. Ce qu’il a fait en octobre 2016, avec une limite financière pour des acquisitions dans des sociétés de 50'000 francs par cas.

«Pas de conflit d’intérêts»

La Municipalité a donc constitué l’Association pour le développement sportif régional, de droit privé, sans déposer de préavis. Le but de son comité, formé pour l’instant que de Perrolans, soit leur syndic, deux municipaux, la boursière, la secrétaire communale et le responsable de la buvette, était la recherche de sponsors, la gestion de la patinoire et l’exploitation de la buvette. «Il n’y a pas de conflit d’intérêts, car c’est l’association qui est employeur et vient à l’aide de la Commune», précise le syndic. Enfin, comme d’autres communes, Perroy n’a versé qu’un soutien, d’un montant de 10'000 francs. Autre point d’achoppement, l’utilisation des trois employés communaux qui auraient été contraints à des heures supplémentaires pour cette patinoire. La Municipalité s’expliquera de manière détaillée lors de la prochaine séance, en réponse à une interpellation sur ce sujet.

De son côté, le président du Conseil communal, Jean-Robert Probst, espère que ce document répondra à toutes les questions. «S’il avait pu sortir en octobre dernier, on aurait pu éviter cette crispation.» Une crispation qui a conduit le syndic et les deux municipaux Sandra Gordon et Aggripino Cardello, blessés par les attaques, à démissionner pour juin 2020. «On ne peut accepter de se faire traiter de salopards», conclut François Roch.

Créé: 04.03.2019, 22h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.